Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Montauban bloqué par les agriculteurs qui veulent défendre les zones défavorisées

Home_big_ichn_manif_agricole_montauban_1

Plusieurs actions syndicales ont eu lieu ces derniers jours pour préserver le zonage des terres considérées comme défavorisées, et donc assujetties aux aides. Voici l’exemple de celle de ce mercredi 24 janvier, où plus de 1000 éleveurs et près de 140 tracteurs d’Occitanie ont bloqué Montauban.

Les représentants de la région Occitanie de la Frsea et des JA sont ressortis de la préfecture du Tarn-et-Garonne à Montauban quelque peu rassurés. Ils ont en effet obtenu une prise en compte de leurs contre-propositions quant au zonage des communes défavorisées.

Réunion au ministère de l’Agriculture ce vendredi

Désormais celles-ci seraient près de 900 dans la région à réintérer le dispositif, contre 1058 qui en étaient exclues, selon le plan proposé le mois dernier par le gouvernement. En tout cas, le préfet Pierre Besnard leur a indiqué qu’il va suggérer cela au ministre de l’Agriculture. Lequel doit présider une dernière réunion nationale ce vendredi 26 janvier pour présenter la nouvelle carte. Reste que les agriculteurs ont mis la pression sur le représentant de l’Etat. Pendant plusieurs heures ce mercredi, ils ont défilé dans le centre de la cité d’Ingres avant que les près de 140 tracteurs dépéchés ne déversent des tonnes de lisier, fumier et pneus devant la préfecture.

C’est même une ville presque en état de siège qu'ils ont investie, dès potronminet, puisque les transports scolaires avaient été supprimés, une douzaine d'écoles réparties sur le parcours fermées, ainsi qu'un lycée et un collège et les services préfectoraux comme ceux de la DDT (direction départementale des territoires). Car cette question des zones défavorisées, qui bénéficient d'indemnités compensatoires pour handicaps naturels, a le don de mettre les nerfs des agriculteurs d’Occitanie à rude épreuve. La décision est tout d’abord arrivée par l’Union européenne qui a demandé aux Etats membres de réviser les critères de définition de ces zones à l'horizon 2019.

En cause, une aide européenne de 5 à 12 000 € par exploitation

Puisque cette aide qui concerne l'élevage émane de l'Europe et s'élève entre 5 000 et 12 000 € par an et par exploitation. Une subvention inconnue du grand public, mais ô combien importante dans les trésoreries. Or l'ultime carte présentée le 20 décembre dernier s'est avérée, selon les organisations syndicales agricoles, très défavorable à l'Occitanie. « Nous sommes même les plus mal lotis de France ! » disait hier haut et fort dans les hauts-parleurs Benjamin Constant, le président des JA du Gers. « On a déjà eu un gouvernement mou, celui d’aujourd’hui avance en marche arrière. On est en train de condamner nos territoires avec cette richesse qu'est l'agriculture. C’est pour cela que nous sommes mobilisés pour réparer une injustice criante et inacceptable. » Et le responsable d'estimer que, si l'aide disparaît, cela porterait un rude coup à l'installation des exploitants, ainsi qu'à leur mise aux normes et donc au développement de leurs exploitations.

Dans le cortège, de nombreux jeunes avaient fait le déplacement pour Montauban. A l'image de Dorian Biffe. A 22 ans, il a repris l'exploitation céréalière de 80 hectares de ses grands-parents à Villefranche-de-Lauragais, à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse, en Haute-Garonne et lui aussi ne décolère pas. « Nos revenus sont déjà faibles à cause des prix de vente très bas, si en plus on perd cette aide, on ne pourra plus rien compenser et beaucoup de nous vont tout arrêter. On n'aura vraiment plus aucune rentabilité. C'est impensable de voir ça ! »

Une autre manifestation à l'identique doit se produire ce vendredi, devant la sous-préfecture de Parthenay (dans les Deux-Sèvres), cette fois avec l’ensemble des organisations syndicales (Coordination rurale et Confédération paysanne en plus de Fnsea et JA). Le gouvernement doit rendre sa copie à Bruxelles à la fin du mois de mars. Si elle ne convient pas, les organisations agricoles promettent de mobiliser à nouveau leurs troupes. Mais leurs responsables n'envisagent pas une telle issue négative.

 

Ci-dessous, pendant plusieurs heures un bon millier d'éleveurs ont défilé dans les rues de la cité d'Ingres pour défendre les zones défavorisées d'Occitanie.

Près de 140 tracteurs ont déversé plusieurs tonnes de lisier, fumier et pneus devant la préfecture de Montauban.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Morineau-Cooks Christophe
Thumb_cmc

Journaliste professionnel depuis 25 ans. Toulousain, reporter dans de grands quotidiens régionaux du nord de la Loire et la radio. Aujourd'hui de retour à To...

  • Vous aimerez également
  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit