Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Moisson 2016, mauvaises récoltes de céréales, la Pac ne sera d'aucun secours

Home_big_qualit__grain_orge

Il n’existe aucun dispositif approprié (assurance récoltes, aides contracycliques, épargne de précaution), lorsque les producteurs de céréales sont confrontés, pendant plusieurs années successives, à une baisse générale de leurs revenus.

Quelle que soit la qualité des céréales livrées, leurs débouchés sont assurés. Les coopératives et les collecteurs privés ont les moyens de nettoyer et de traiter les grains livrés par les producteurs de céréales pour constituer des lots homogènes commercialisables. Mais il ne faut pas s’attendre à des miracles : on n’a jamais fait du bon grain avec de l’ivraie. Et les industriels, comme les transformateurs, n’ont pas l’intention de revoir à la baisse leurs niveaux d’exigences et leurs cahiers des charges car le contexte économique actuel ne s’y prête pas : les marchés mondiaux sont très bien approvisionnés. Au pire, les lots de grains les moins bons seront destinés à la méthanisation, mais ils ne seront pas payés bien chers.

Un des rares points de satisfaction de cette campagne serait la teneur en protéines des céréales récoltées. La baisse des rendements généralisée sur l’ensemble des territoires se traduit corrélativement par une hausse des taux.

Ce n’est pas dans le sud-ouest que les problèmes des rendements et de qualité des céréales se posent. Ils n’ont jamais atteint des sommets et les mauvaises conditions climatiques n’ont pas vraiment affecté les cultures. « La récolte sera moyenne-plus, autour de 60 quintaux par hectarea. Aucun sinistre n’a été constaté pour le blé dur. Et à ce jour, les cultures de printemps ont une belle tenue car elles ont bien été alimentées en eau », explique Christian Pèes, président de la coopérative Euralis, également président "métiers du grain" à Coop de France.

Des pertes de rendements de plus de 30 % au nord de la Loire

Dans les grands bassins de production au nord de la Loire, le contexte est tout à fait différent. Des pertes de rendements de plus de 30 % ne sont pas exclues après deux années de fortes baisses de revenus et la qualité n’est pas au rendez-vous. Personne ne sait encore quelle sera la capacité d’exportation des céréales à paille de la France. La volatilité des cours traduit une certaine inquiétude des marchés même si, dans le contexte actuel, la France n’est pas en mesure d’orienter, seule et durablement, les cours mondiaux sur le long terme.

Mais le choc est rude. Deuxième exportateur mondial de céréales, notre pays est habituellement un acteur sûr et fiable sur lequel les importateurs ont toujours pu compter pour s’approvisionner. Sa production et ses capacités d’exportation sont peu affectées par des accidents climatiques dévastateurs dont sont régulièrement victimes les autres grands pays producteurs de céréales et exportateurs mondiaux (Etats-Unis, bassin de la Mer Noire, ou Australie notamment). 

En France, les marchés, comme la Pac, ne seront d’aucun secours. Cette année, le niveau actuel des prix des céréales ne compensera pas la chute des rendements et le régime d’indemnisation des assurances récoltes sera largement insuffisant pour espérer une quelconque indemnisation à la hauteur des pertes subies. Le taux de franchise appliqué de 30 % n’est pas adapté à la situation. Il conduira les assurés à supporter seuls une grande partie du manque à gagner.

Résultat, les agriculteurs savent d’ores et déjà que l’année 2016 sera de nouveau mauvaise avec des chutes de revenu qu’aucune autre catégorie socioprofessionnelle n’accepterait de supporter.

Après plusieurs années difficiles, ils n’ont même plus les moyens de puiser dans leur épargne de réserve pour faire fonctionner leur exploitation, s’ils ont pu, du reste, s’en constituer une, sous forme de DPA par exemple.

"La Pac n'est pas réactive
(face) à des situations de crise"

Tel qu’il a été construit, le dispositif d’aides découplées financé par un budget européen annualisé montre une nouvelle fois ses limites.

« La Pac n’est pas réactive pour apporter des solutions appropriées à des situations de crises telles que les vivent les agriculteurs depuis des années », déplore Christian Pèes.

Cette situation renforce les partisans, comme lui, de l’instauration d’aides contracyliques, cheval de bataille du think tank Momagri, et dont le montant serait calculé par rapport à un niveau de revenu moyen : leur montant serait élevé les années de mauvaises récoltes ou lorsque les prix sont faibles, et il serait plus faible lorsque la conjoncture est porteuse. Evidemment, ce système de soutien suppose des budgets européens conséquents, pluriannuels et facilement mobilisables.

Les aides découplées ne permettent pas de faire face à la volatilité des marchés ou à des accidents climatiques de plus en plus fréquents et imprévisibles. Elles n’ont jamais permis de compenser les manques à gagner des producteurs tant les préjudices subis sont alors importants. Et cette année, le dispositif est aussi insuffisant pour parer à des crises sanitaires et à des chutes de production. Enfin, les pertes sont si élevées qu’elles dépassent largement les enjeux du rééquilibrage et de convergence des soutiens publics entre les états membres et entre les agriculteurs européens et français.

En savoir plus : http://www.coopdefrance.coop/fr/29/metiers-du-grain (Coop de France "métiers du grain", dont Christian Pèes est président) ; http://www.euralis.fr (site de la coopérative Euralis).

La qualité du grain (ici de l'orge) laisse à désirer en cette année 2016.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit