Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Maïs, "l'innovation, c'est aussi de la génétique"

Home_big_ma_s_recherche

Que l’on soit pour au contre les Ogm, le constat est sans ambiguités. Le rendement moyen par hectare de maïs est supérieur aux Etats-Unis de 20 q au rendement moyen français, selon l’Agpm. Et tout porte à croire qu’il va encore progresser plus rapidement (1q/ha).

Alors que la France est le premier pays exportateur de semences de maïs, ses agriculteurs n’ont plus les moyens d’être productifs. Il y a encore quinze ans, le rendement moyen par hectare de maïs était plus élevé qu’aux Etats-Unis. Aujourd’hui, il est inférieur de 20 quintaux. Outre Atlantique, il atteint 113 quintaux par hectare contre de 93 quintaux par hectare en France.

« Ce ne sont pas les tracteurs ou les intrants employés qui expliquent cette différence, mais les variétés cultivées », explique Daniel Peyraube, président de l’Agpm. Il présentait le 24 octobre dernier le bilan de la récolte de maïs en France. « L’innovation, c’est aussi de la génétique. »

Selon lui, les farmers américains cultivent des variétés génétiquement modifiées bien plus résistantes au dérèglement climatique et aux agressions parasitaires que les variétés conventionnelles disponibles en France. Ils valorisent mieux, dans des conditions climatiques extrêmes (fortes températures, précipitations déficitaires etc.), les intrants épandus dans le sol.  

Pour obtenir ces nouvelles variétés, les centres de recherche ont à leur disposition une gamme de biotechnologies interdites dans l’Union européenne. Pour sélectionner plus efficacement de nouvelles variétés de maïs. En conséquence, la recherche européenne prend du retard, au fil des années, vis-à-vis de ses concurrents. Et il n’est pas prêt de se résorber.  

La décision de la cour de justice européenne du 21 juillet dernier, qui assimile les plantes obtenues par édition génomique (modification du génome des plantes au moyen d’un ciseau moléculaire) à des Ogm, augmente la liste des technologies interdites à l’emploi. Cette décision devrait faire jurisprudence dans toute l’Union européenne.

Or l’édition génomique à la fois facile d’emploi et précise, est adoptée par tous les centres de recherche des grands pays hors de l’Union, producteurs de céréales. Assurer leur sécurité alimentaire dans les prochaines années et accroître leurs capacités exportatrices sont des priorités majeures.

Leur défit est de pouvoir produire plus en consommant moins d’intrants. Et les biotechnologies sont, selon ces pays des voies d’expérimentation efficaces pour y parvenir.

Partout dans le monde, des dizaines de variétés de plantes obtenues par identification génomique sont testées en vue d’être cultivées et d’être commercialisés. Plus de 80 dossiers sont étudiés en Chine.

Par ailleurs, les pays qui ont adopté l’édition génomique, assimilent leurs produits agricoles à  des produits conventionnels sur leur marché intérieur. Aussi, qu’adviendra-t-il si ces produits sont exportés ? L’Union européenne les assimilera-t-elle à des produits génétiquement modifiés ?

Quoi qu’il en soit, ces produits issus de l’édition génomique seront mélangés aux autres produits conventionnels dans les pas où ils sont cultivés puis récoltés. Il sera alors impossible de les distinguer.  

La différence de rendement conduit d’ores et déjà à des différences de rentabilité des cultures de part et d’autre de l’Atlantique. Les quintaux de maïs coûtent moins chers à produire aux Etats-Unis qu’en France.

Or la fermeture du marché chinois au soja américain pourrait conduire les farmers à cultiver encore plus de maïs sans débouché commercial assuré. Aussi, l’engorgement des marchés des céréales est une menace prise au sérieux avec comme conséquence, des prix bas. Mais les farmers américains restent sereins car ils savent produire à moindres coûts. Ce qui n’est le cas en France.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 0
  • 4
  • 0
  • 0
  • 2
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • 3Commentaire
  • #1

    Si on veut être cohérent, il faut sortir de l'Europe.. on ne peut pas continuer à nous empêcher nos producteurs européens et notamment français d'utiliser des semences OGM et d'importer du maïs américain en Europe...

  • #2

    @ Agregat. Quitter l'Union Européenne pour s'enfermer encore plus? S'enfermer avec comme uniques geôliers nos chers politiciens français qui sont ignorants des sciences, bien plus idéologisés, encore moins pragmatiques que leurs homologues européens? Nous ne pourrions pas davantage profiter des progrès génétiques, nous ne pourrions plus exporter chez nos voisins européens (maïs en Espagne, par exemple). Nos clients éleveurs et industriels français, soit achèteraient ailleurs moins cher, soit perdraient leurs marchés...

  • #3

    Bonjour les variétés population produites sur l'exploitation avec une sélection (et une VA) réappropriée en collectif par les agriculteurs sont aussi de "l'innovation génétique". on peut s'affliger du manque de technologies génétiques disponibles ; on peut aussi chercher à traduire la "contrainte" en créativité... On n'aura jamais les mêmes ilots qu'aux usa, en amérique du sud ou en europe de l'Est. Donc il faut inventer notre modele agro-alimentaire à nous, fondé sur les besoins des consommateurs et pas focalisé sur l'export. bon courage à tous !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit