Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Maec et aides bio, des montants mal ciblés

Home_big_paysage_agricole

Selon France stratégie, les aides au maintien à l’agriculture bio et les Maec (mesures agroenvironnementales et climatiques) manquent de cohérence. Dans une étude, l’institution montre qu’elles accentuent les inégalités de résultat entre les filières et les systèmes de production.

Les exploitations agricoles converties à l’agriculture biologique perçoivent des aides à la conversion puis au maintien à l’agriculture biologique tandis que celles qui adoptent des pratiques agroenvironnementales, bénéficient d’aides Maec (mesures agroenvironnementales et climatiques).

Ce sont des aides contractualisées avec l’Etat pour rémunérer le manque à gagner lié au respect du cahier des charges. Les niveaux de soutien sont définis à l’échelon national ou régional.

« Les montants des subventions versées ne sont proportionnés ni aux exigences environnementales que nous avons évaluées ni aux coûts ou bénéfices post-transition estimés », analyse France Stratégie dans une étude intitulée « Améliorer les performances économiques et environnementales de l’agriculture : les coûts et bénéfices de l’agroécologie ».

Aussi, cette institution rattachée au Premier ministre apporte quelques réponses sur le ciblage des aides du second pilier de la Pac.

« Nous proposons soit d’ajuster réellement les aides publiques versées aux manques à gagner potentiels, soit de changer d’approche en rémunérant les externalités environnementales positives de l’agro-écologie à l’aide de bonus/malus portant sur les principaux leviers de préservation de la biodiversité et du climat (maintien de prairies permanentes et d’infrastructures agro-écologiques, rotation des cultures). »

Par ailleurs, « les systèmes les plus exigeants du point de vue environnemental ne sont pas nécessairement les plus coûteux, affirme France Stratégie. Autrement dit, il ne semble pas y avoir de corrélation entre score d’exigence environnementale et performance économique ». Aussi, verser des aides proportionnellement au niveau d’exigence écologique requis n’est pas forcément justifié.

France Stratégie montre également l’impact économique coût/bénéfice des aides à l’agriculture biologique (conversion et maintien) et des aides Maec versées aux exploitations bénéficiaires.

En comparant les comptes de résultat de centaines d’exploitations, l'institution constate que « les aides au maintien à l’agriculture biologique rendent toutes les filières bénéficiaires par rapport à ce qu’elles dégageraient en conventionnel ».

Autrement dit, en ajoutant les aides au maintien à l’agriculture biologique, les exploitations occitanes dégagent une marge nette de 62 €/ha. En production bovines, la marge directe est 38 €/ha et de 371 €/ha en production laitière.

Par ailleurs, les marges directes sont plus élevées en production laitière bio qu’en conventionnel (371 €/ha contre 281 €/ha) car les charges baisses et les produits se vendent plus chers.

Alors qu’en prenant en compte toutes les aides versées, hors aides au maintien à l’agriculture biologique, les 108 exploitations céréalières occitanes prises en exemple par France Stratégie ont encore des marges directes (- 38 €/ha) inférieures de 8 % à ce qu’elles seraient en conventionnel. En production bovines, la marge directe est de - 52 €/ha, en repli de 12 %.

Autrement dit, « la suppression des aides au maintien à l’agriculture biologique ne permet ni de rémunérer les services environnementaux rendus ni de combler le manque à gagner car pour certaines productions, les coûts ne sont pas compensés par les prix hauts et les charges faibles », analyse France Stratégie.

Mais les aides versées au titre du « maintien à l’agriculture biologique » ne corrigent pas les écarts de revenus entre les systèmes de production constatés alors qu’ils  étaient en conventionnel.

Dans le Grand-Est, les marges directes des exploitations céréalières prises en exemple par France Stratégie sont de 110 €/ha, soit 148 €/ha de plus qu’avec le précédent groupe (110 € - 38 €).

En ajoutant les aides au maintien à l’agriculture biologique, la marge directe des exploitations céréalières du Grand-Est passe à 270€/ha, soit un écart de 208 €/ha avec les exploitations occitanes (270 € - 62 €). Pour les élevages laitiers et bovins viande retenus, les marges directes augmentent fortement (respectivement 371 €/ha et 38 €/ha et non plus 281 €/ha et - 52 €/ha) mais l’écart de marge demeure constant (333 €/ha).

Des Maec parfois sans rapport avec les exigences écologiques

En analysant la cohérence des aides Maec, les subventions attribuées ne sont pas proportionnelles au niveau d’exigence environnementale des cahiers des charges et des coûts générés.

Dans le Centre Val de Loire, le montant de subvention accordé en grandes cultures de niveau 2 est presque le double (152 à 234 €/ha) de celui accordé pour le niveau 1 (90 €/121 €/ha), alors que les scores d’exigence agro-écologique sont très proches. Il ya peu de différence sur l’utilisation de produits phytopharmaeutiques entre les deux niveaux d’exigence.

Parfois, ces mesures visent à corriger les montants des aides directes du premier pilier et en particulier, à compenser la faiblesse des DPB (droits à paiement de base) en zones intermédiaires, avant de prendre en compte les coûts des contraintes et des cahiers des charges à respecter.


Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 1
  • 3
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • 1Commentaire
  • #1

    Eh ben oui, même avec des compensations ça ne fait pas le compte et encore moins en fruits et légumes en concurrence directe avec des pays moins disant en terme de main d'œuvre ! près de 80% des fruits & légumes consommés en France sont importés ! et quand, comme en ce moment, les collectivités n'achètent pas ou peu de légumes bio le marché s'effondre : un vrai désastre ! la production administrée et subventionnée ça ne fonctionne pas sans un vrai marché où les gens ont les moyens et l'envie de s'offrir les produits bio . je ne parle même pas des "outils" qu'on nous interdit par idéologie mais pas aux producteurs des autres pays voisins (Espagne...) 10 ans de bio : c'est sans doute la dernière ! Quel gâchis !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit