Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4774 MembresCréer un compte

Maec et aides bio, des montants mal ciblés

Home_big_paysage_agricole

Selon France stratégie, les aides au maintien à l’agriculture bio et les Maec (mesures agroenvironnementales et climatiques) manquent de cohérence. Dans une étude, l’institution montre qu’elles accentuent les inégalités de résultat entre les filières et les systèmes de production.

Les exploitations agricoles converties à l’agriculture biologique perçoivent des aides à la conversion puis au maintien à l’agriculture biologique tandis que celles qui adoptent des pratiques agroenvironnementales, bénéficient d’aides Maec (mesures agroenvironnementales et climatiques).

Ce sont des aides contractualisées avec l’Etat pour rémunérer le manque à gagner lié au respect du cahier des charges. Les niveaux de soutien sont définis à l’échelon national ou régional.

« Les montants des subventions versées ne sont proportionnés ni aux exigences environnementales que nous avons évaluées ni aux coûts ou bénéfices post-transition estimés », analyse France Stratégie dans une étude intitulée « Améliorer les performances économiques et environnementales de l’agriculture : les coûts et bénéfices de l’agroécologie ».

Aussi, cette institution rattachée au Premier ministre apporte quelques réponses sur le ciblage des aides du second pilier de la Pac.

« Nous proposons soit d’ajuster réellement les aides publiques versées aux manques à gagner potentiels, soit de changer d’approche en rémunérant les externalités environnementales positives de l’agro-écologie à l’aide de bonus/malus portant sur les principaux leviers de préservation de la biodiversité et du climat (maintien de prairies permanentes et d’infrastructures agro-écologiques, rotation des cultures). »

Par ailleurs, « les systèmes les plus exigeants du point de vue environnemental ne sont pas nécessairement les plus coûteux, affirme France Stratégie. Autrement dit, il ne semble pas y avoir de corrélation entre score d’exigence environnementale et performance économique ». Aussi, verser des aides proportionnellement au niveau d’exigence écologique requis n’est pas forcément justifié.

France Stratégie montre également l’impact économique coût/bénéfice des aides à l’agriculture biologique (conversion et maintien) et des aides Maec versées aux exploitations bénéficiaires.

En comparant les comptes de résultat de centaines d’exploitations, l'institution constate que « les aides au maintien à l’agriculture biologique rendent toutes les filières bénéficiaires par rapport à ce qu’elles dégageraient en conventionnel ».

Autrement dit, en ajoutant les aides au maintien à l’agriculture biologique, les exploitations occitanes dégagent une marge nette de 62 €/ha. En production bovines, la marge directe est 38 €/ha et de 371 €/ha en production laitière.

Par ailleurs, les marges directes sont plus élevées en production laitière bio qu’en conventionnel (371 €/ha contre 281 €/ha) car les charges baisses et les produits se vendent plus chers.

Alors qu’en prenant en compte toutes les aides versées, hors aides au maintien à l’agriculture biologique, les 108 exploitations céréalières occitanes prises en exemple par France Stratégie ont encore des marges directes (- 38 €/ha) inférieures de 8 % à ce qu’elles seraient en conventionnel. En production bovines, la marge directe est de - 52 €/ha, en repli de 12 %.

Autrement dit, « la suppression des aides au maintien à l’agriculture biologique ne permet ni de rémunérer les services environnementaux rendus ni de combler le manque à gagner car pour certaines productions, les coûts ne sont pas compensés par les prix hauts et les charges faibles », analyse France Stratégie.

Mais les aides versées au titre du « maintien à l’agriculture biologique » ne corrigent pas les écarts de revenus entre les systèmes de production constatés alors qu’ils  étaient en conventionnel.

Dans le Grand-Est, les marges directes des exploitations céréalières prises en exemple par France Stratégie sont de 110 €/ha, soit 148 €/ha de plus qu’avec le précédent groupe (110 € - 38 €).

En ajoutant les aides au maintien à l’agriculture biologique, la marge directe des exploitations céréalières du Grand-Est passe à 270€/ha, soit un écart de 208 €/ha avec les exploitations occitanes (270 € - 62 €). Pour les élevages laitiers et bovins viande retenus, les marges directes augmentent fortement (respectivement 371 €/ha et 38 €/ha et non plus 281 €/ha et - 52 €/ha) mais l’écart de marge demeure constant (333 €/ha).

Des Maec parfois sans rapport avec les exigences écologiques

En analysant la cohérence des aides Maec, les subventions attribuées ne sont pas proportionnelles au niveau d’exigence environnementale des cahiers des charges et des coûts générés.

Dans le Centre Val de Loire, le montant de subvention accordé en grandes cultures de niveau 2 est presque le double (152 à 234 €/ha) de celui accordé pour le niveau 1 (90 €/121 €/ha), alors que les scores d’exigence agro-écologique sont très proches. Il ya peu de différence sur l’utilisation de produits phytopharmaeutiques entre les deux niveaux d’exigence.

Parfois, ces mesures visent à corriger les montants des aides directes du premier pilier et en particulier, à compenser la faiblesse des DPB (droits à paiement de base) en zones intermédiaires, avant de prendre en compte les coûts des contraintes et des cahiers des charges à respecter.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_bateau_c_r_alier_port_de_rouen

    Campagne céréalière 2020-2021, le blé français concurrencé sur tous les fronts

    La France n’a pas les moyens de s’imposer cette année sur les marchés des céréales, très bien approvisionnés par ailleur...

  • Home_c_r_ales_export_2020

    Exportations de céréales, les pays qui feront la course en tête

    Les conditions météorologiques dans les grands bassins de production et la crise sanitaire ont modifié en quelques mois le climat des affaires. Le bl&eac...

  • Home_budget_europe_2021_2027

    Budget européen, un très bon placement financier pour les 27 Etats-membres

    Contributeur net ou pas, tous les pays membres de l’Union européenne savent qu’ils tireront d’importants bénéfices de leur accès...

  • Home_soutiens_agricoles_dollars

    54 pays versent 708 milliards de dollars d'aides agricoles par an

    Le soutien total au secteur - comprenant l'aide aux producteurs (536 milliards USD), aux consommateurs (66 milliards USD) et aux services environnementaux (106 milliards ...

  • Home_prix_et_marges_loi_egalim

    Revenu des agriculteurs, la loi EGAlim n’a rien changé

    Dans chaque filière, le revenu des agriculteurs et des éleveurs est d’abord lié à la conjoncture des prix. Seuls les éleveurs de porc...

  • Home_kossowski_derambarsh

    Arash Derambarsh : "Nous voulons une ville durable à Courbevoie"

    Connu pour la lutte qu'il mène contre le gaspillage alimentaire, Arash Derambarsh, vient de devenir adjoint au maire à Courbevoie, chargé du dé...

  • Home_pac_2027

    Relance économique de l'Europe, la Pac et le Green Deal passeront après

    Le coronavirus, le confinement qu'il a impliqué, et la crise économique qui en découle ont changé la donne au niveau des priorités en E...

  • Home_commerce_mondial_c_r_ales

    Après coronavirus, deux poids deux mesures entre farmers américains et agriculteurs européens

    Aux Etats-Unis, la politique agricole et une partie des 3 000 milliards de dollars débloqués pour relancer l’économie américaine vienne...

  • 1Commentaire
  • #1

    Eh ben oui, même avec des compensations ça ne fait pas le compte et encore moins en fruits et légumes en concurrence directe avec des pays moins disant en terme de main d'œuvre ! près de 80% des fruits & légumes consommés en France sont importés ! et quand, comme en ce moment, les collectivités n'achètent pas ou peu de légumes bio le marché s'effondre : un vrai désastre ! la production administrée et subventionnée ça ne fonctionne pas sans un vrai marché où les gens ont les moyens et l'envie de s'offrir les produits bio . je ne parle même pas des "outils" qu'on nous interdit par idéologie mais pas aux producteurs des autres pays voisins (Espagne...) 10 ans de bio : c'est sans doute la dernière ! Quel gâchis !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit