Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4257 MembresCréer un compte

L'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne se projette dans le futur

Home_big_jp_truie_en_case_maternit_-libert_

Pour l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (l'UGPVB représente 28 groupements bovins, porcins et pondeuses), la possibilité accordée par la Commission européenne se se voir reconnaître en tant qu’association d’organisation de producteurs (AOP) constitue une formidable chance de pouvoir moderniser leurs structures d’élevage.

C'est ce qu'ont dit ses dirigeants il y a quelques jours lors de l’assemblée générale de l’Union. Une AOP aurait la capacité, par des mesures de gestion (allongement de vide sanitaire en pondeuses, exportation de porcs vifs en période d’excédents, etc.), d’agir sur le marché pour orienter les cours. Elle aurait aussi la légitimité pour convaincre les groupements de producteurs de porcs de présenter plus d’animaux à la vente au Marché du Porc Breton qu’aujourd’hui, et ainsi renforcer le prix du porc.

« Il faut qu’a minima nous obtenions le prix allemand », souligne le président de l’UGPVB, Michel Bloc’h.

Aujourd’hui, la cotation française est systématiquement inférieure. Une association d’organisations de producteurs reconnue par Bruxelles présenterait un autre intérêt, stratégique celui-là : l’accès à des co-financements européens via des programmes opérationnels sur des thématiques générales (bien-être animal, production d’énergies renouvelables dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, qualité et traçabilité des produits, etc.) pour moderniser le parc de production.

L’UGPVB dermande dès à présent aux responsables des groupements adhérents de formuler leurs orientations futures qui nourriront le plan stratégique demandé par la Commission européenne à chaque Etat-membre pour définir la Pac 2021-2027.
 

Ci-dessous, truies et porcelets. Une AOP permettrait d’accompagner la modernisation des élevages de porcs.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière cherche jeunes éleveurs désespérément

    Les clignotants au vert. L’année 2019 démarre dans un contexte d’offre et de demande plus équilibré, selon Coop de France métie...

  • Home_vaches_lait_montagne

    Le lait de montagne doit affirmer son authenticité et sa naturalité

    La production française de lait de montagne résiste. Elle est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, bien moins sous l&...

  • Home_fromages

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires boudent le lait made in France

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires représentent 55 % de la consommation nationale, mais ils n’absorbent que 16 % de la production f...

  • Home_etienne_fourmont_-_bien-_tre_animal

    Bien-être animal, les éleveurs affichent leurs actions sur une page web

    L'élevage est désormais souvent soumis à la pression de ses détracteurs. Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe, a pris l'...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro