Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5448 MembresCréer un compte

Loup y es-tu ? Oui, je suis là !

Home_big_loup2_fotolia_-_copie

On a tous en tête cette petite phrase sortie des comptines de notre enfance. D’ailleurs ma fille de 4 ans m’en faisait part l’année dernière en me demandant si elle pouvait aller dans les bois parce qu’elle avait peur du grand méchant loup ; et moi je la rassurais en lui indiquant que le loup n’était plus présent dans nos forêts… Mais ça, c’était avant.

Quelques moi plus tard, ma fille me faisait remarquer que le loup était bien revenu, elle m’avait entendu en parler avec un collègue éleveur ovin, et je n’ai pas eu d’autre choix que de répondre positivement à sa remarque. Cela m’a fortement peiné de lui livrer cette information sans pouvoir tout lui expliquer de façon objective ; à son âge il est difficile de comprendre que le loup est dangereux pour l’homme à cause de l’habituation que l’on provoque en le surprotégeant et que, à l’état naturel, si on fait comprendre au loup qu’il n’est pas le bienvenu, il aura peur de l’homme.

Bénéfice de l’opération, elle s’inquiète quand elle voit ses brebis passer la nuit dans les pâtures… Hé oui, ce sont les siennes, elle est venue leur donner le biberon, elle a donné des noms à certaines d’entre elles et elle raffole de ces moments passés avec, comme elle dit, « ses filles ». Et moi, je suis désarmé, que puis-je faire ?

Acheter un chien de protection, mais elle ne comprendra pas que celui-là ne pourra pas venir le soir à la maison avec les autres chiens et qu’il faudra qu’elle fasse attention, qu’elle ne pourra plus approcher « ses filles » sans que sa maman à elle s’inquiète, que son papa va devoir rentrer tous les soirs ses filles, et pour certaines pâtures mettre en place des parcs de protection et sûrement aller passer une partie de sa nuit pour surveiller ses filles. Elle a très bien compris mon métier et les sacrifices qu’il fallait faire quelquefois dans l’année pour ses filles, surtout pendant l’agnelage, son papa n’est pas là la nuit parce qu’il s’occupe des bébés… Et lorsque je la rejoins le matin, sa première question c’est : « combien de bébés papa ? ».

Mais là, mes sorties nocturnes n’auront plus la même saveur, parce qu’elle aura compris que ce ne sont pas les bébés que son papa va sauver, mais ses filles, et son inquiétude grandira ; et je ne pense pas qu’à l’avenir on pourra lui faire entendre « raison » sur le bien fondé du maintien du loup, elle en deviendra la plus farouche opposante et je n’aurai pas les mots pour la contredire parce que moi aussi, je me trouverai dans la situation d’un collègue, qui cette semaine, a été ramasser en 3 jours 25 brebis tuées et 16 blessées (en un an 125 tuées sur un troupeau de 225). Je risque de passer plus de temps à extraire des cadavres, soigner les blessées et gérer la peur de ses filles que de travailler avec du vivant.

Cette expérience je la vis, aujourd’hui, au travers des récits mais il me reste en tête que l’année dernière, j’ai été fortement touché par le virus de Schmallenberg, ce qui a provoqué un surplus de 20 % en termes de mortalité sur mes agneaux, et je peux confirmer que tous les matins j’avais une boule au ventre quand je poussais la porte de ma bergerie. Je n’ose pas imaginer le traumatisme que vit mon collègue et bien d’autres malheureusement.

Alors oui, j’ai envie de balancer à la figure des défenseurs du loup les carcasses encore chaudes des brebis tuées pour exprimer ma colère, surtout que j’entends le préfet et les gardes de l’ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) qui émettent encore des doutes sur le fait que tout cela soit dû à un loup dans notre département, l’Aube, à 200 kilomètres de Paris.

J’ai envie, comme beaucoup d’éleveurs, de faire du loup un trophée de chasse, parce que moi j’essaie de faire vivre ma famille avec une production qui nourrit la population, entretient les territoires, maintient les zones d’herbage, égaye le paysage, et qui apporte une économie locale au travers de toutes les entreprises qui encadrent la production et maintiennent encore une activité dans les territoires ruraux.

Le loup coûte 15 millions d’euros par an, pour sa protection, aux contribuables mais en plus c’est sur notre budget de l’agriculture que cette somme est prélevée, il faut quand même être stupide pour soi-même entretenir celui qui causera notre perte, permettra à la broussaille de reprendre place et n’apportera aucune réponse économique sur nos territoires ; mais c’est peut être la volonté des écologistes que nous, les paysans, on déserte la campagne, pour pouvoir se nourrir de produits venus de l’étranger pour lesquels on ne demande aucune restriction. Mais chez nous, la nature aura repris ses droits avec son cortège de soucis sanitaires.

La situation actuelle fait apparaître que 350 loups ont pris place en France. Il y a 25 ans il n’y en avait que 2, et on peut, en étant pessimiste, approcher dans les 5 ans qui viennent une population de 600 loups. 250 loups ont massacré 6 000 brebis, 600 en massacreront 15 000. Mon département a encore aujourd’hui 16 000 brebis, le compte est vite fait. A tout ceux qui disent que l’on a encore le temps, il faut savoir que l’ONCFS tablait sur le retour du loup dans l’Aube dans 5 ans, on a pris un peu d’avance, et aujourd’hui mon exploitation se trouve à égale distance du loup transalpin et du loup d’Europe de l’Est, qui lui aussi progresse.

 La seule barrière s’appelle l’Atlantique, donc dans une quinzaine d’années l’histoire du loup qui tue des enfants dans le conte du petit chaperon rouge, et aujourd’hui en Inde, aux Etats-Unis, en Sibérie… redeviendra une réalité pour nous. Ce qui me rassure, c’est que ma fille, elle, ne sera pas crédule et n’aura pas écouté tous ces imbéciles qui veulent nous faire croire que l’on peut faire cohabiter le loup et l’homme sur un même territoire et qui en plus veulent créer des attractions en faisant pénétrer des jeunes enfants dans des enclos avec des loups en liberté… L’avantage pour ces loups est qu’ils pourront s’imprégner de l’odeur et du comportement de leur futur plateau repas.

Voilà la boucle est bouclée dans une société en pleine évolution, on va faire un bond d’un siècle, au moins, en arrière. Alors ne me demandez pas de comprendre et d’aimer ce super prédateur, parce que pour moi sa seule place c’est sous forme de trophée, ou dans un parc, et je préfère me faire insulter aujourd’hui, moi j’aurai la conscience tranquille quand on relatera une attaque sur des êtres humains.

@Crédit photos : Fotolia

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Gael Grosmaire
Thumb_photo_gael

Gaël Grosmaire, agriculteur à Radonvillers (céréales et élevage de brebis). J’ai été très actif au sein du syndicat Jeunes agriculteurs pendant 14 ans où j’...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats p...

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de...

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 4Commentaire
  • #1

    Merci Gael trés beau commentaire, prenant, empreint de la réalité que subissent les éleveurs. venez visiter mon blog que relate les problèmes de la prédations et surtout l’intolérance des intégristes pros loups comme damien Rochon. [http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/]

    Voici la lettre de vœux des extrémistes inconscients qui sont prêts a sacrifier les éleveurs qui vivent de et en accord avec la nature, au profit du loup : "Les moutons sont redescendus des estives, donc s'il en crève désormais, il sera difficile d'imputer ça au loup où à l'ours. Mais comme nos éleveurs grassement subventionnés nous disent eux-mêmes que perdre un mouton c'est comme perdre un membre de la famille (en empochant l'assurance-vie à chaque fois, quand même, ça aide à sécher les larmes), on peut aisément gager qu'aucun mouton dans l'Hexagone ne mourra cet hiver autrement que de vieillesse. C'est vrai, la famille, on veille dessus! Enfin en estive, pas trop, néanmoins. Mais on ne va pas revenir là-dessus, c'est bientôt Noël, je veux rester un gentil garçon." "L'année prochaine, si tout va bien, des voix dissonantes se feront entendre de plus en plus fort, y compris dans leur profession, contre les exactions, le racket, les mensonges, les méthodes de racaille de banlieue des Talibans du Moutonistan. Le fer doit être porté dans cet abcès purulent, et le plus tôt sera le mieux. Car l'année prochaine, si tout va bien, le processus à peut près irréversible d'ensauvagement des territoires continuera son oeuvre, et tous les combats d'arrière-garde perdront encore un peu plus de leur valeur. La déprise agricole continuera, c'est un fait. Et c'est très bien"

    Comment peuvent ils imaginer priver le pays de ses ressources en matières vitales?

    [http://leloupdanslehautdiois.blogspot.fr/2013/10/la-haine-comme-seul-guide.html]

  • #2

    Je ne suis pas sur F.B. Mon blog et mon reserau de résistance me prennent beaucoup de temps!

    en cas de crise majeure (pollution nucléaire, conflit, grave crise financière ( ce qui nous pends au nez)), les extrémistes pros loups n’auront pas d'état d’âme pour venir quémander le gite et le couvert chez les derniers ruraux en activité. Ils auront vite fait de retourner leurs vestes devant la réalité. Ceux qui écrivent les commentaires ne proposent aucune solution, preserve leurs petit confort, n'apporte aucune avancée autre que la discrimination et l'incitation a la haine. Quand on lit leurs prose on en déduit que chez les pros loup, ceux qui écrivent les commentaires, sont endoctrinés par ceux qui écrivent les articles pour la promotion du loup, en priorité pour drainer les subventions d'un état déficitaire, dont le principal souci est de garder la minorité des électeurs qui font pencher la balance de leur côté.
    Aucun d'entre eux ne maîtrise quoique ce soit! Ils sont animés par une passion, qui bien que légitime, ne doit pas rendre aveugle, au point de dresser les populations les unes contre les autres! Le loup ne peut pas être l'idole qui efface les erreurs humaines, dont la responsabilité incombe à nos civilisations, et dont les écologistes intégristes ne peuvent pas se targuer d'être les élus choisis pour les corriger, au mépris des populations qui vivent de et en accord avec, cette nature!

  • #3

    Excellent article de Gaël, qui reflète bien la réalité du terrain.

    Dans les Alpes, que je connais bien, les bergers comme les éleveurs se sont pour la plupart tous remis en question, en zone de prédation par la force des choses, les incitations des administrations ont fait le reste. Ils se sont équipés de filets, patous, bergers et aide-bergers, ont modifié leur façon de travailler sans qu'aucun résultat significatif ne vienne baisser la prédation.

    Le pire étant lorsque les meutes sont dites "installées" comme dans le 04 06 ou 83.

    http://www.msa-ardeche-drome-loire.fr/lfr/web/msa-ardeche-drome-loire/les-morsures-invisibles

    Prédation, site de l'Etat: http://www.rdbrmc-travaux.com/loup/spip.php?rubrique28

    A lire: http://www.pyrenees-pireneus.com/Faune/Loups/Cohabitation-Danger-Comportement-Homme/Fin-du-Mythe-Loup-Tue-Homme/2013-05-25-Loup-Fin-du-Mythe-Dossier-Scientifique.pdf

    A lire aussi l' excellent livre d'Anne Vallaeys : "Le loup est revenu" chez Fayard 2013.

    yeti05, berger salarié.

  • #4

    Il va falloir penser à réintroduire l'ours pour qu'une régulation naturelle se produise... Et surtout, refaire vivre les dinosaures pour réguler les ours dans dix ans. Toutes ces têtes de pseudo amoureux de la nature n'ont certes pas oubliées de s'instruire, mais il aurait fallu aussi un bon retour aux sources qui permet de revenir les pieds sur terre. produisons pour nourrir de plus en plus de monde, mais gardons les méthodes ancestrales qui ne permettaient pas à tous de manger. instruction et intelligence ne vont pas de pair...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit