Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4459 MembresCréer un compte

Limaces, tous les leviers pour une lutte efficace

Home_big_limace_noire_au_bord_d_un_champ_de_c_r_ales

Pour empêcher les limaces de mettre à mal les jeunes cultures, les pratiques agronomiques se combinent à une protection phytosanitaire, renforcée par l’arrivée sur le marché de nouveaux produits, conventionnels comme de biocontrôle.

Lentes (elles parcourent 5 mètres par heure) mais voraces (une limace consomme l’équivalent de 50 % de son poids en 24 heures), les limaces causent d’importants dégâts sur les graines et plantules. « Leurs dégâts peuvent très pénalisants et aller jusqu’à des destructions de cultures », prévient Pierre Olçomendy, chef de marché antilimaces chez De Sangosse. Le colza et les céréales sont les plus touchés, mais maïs, tournesol, pommes de terre ne sont pas épargnés.

Le colza est particulièrement sensible aux dégâts des limaces car si son bourgeon terminal est abîmé, la plante ne repartira pas. La germination et le début de la croissance, jusqu’à 4-5 feuilles en céréales, sont les stades les plus sen- sibles.

Une bonne vigueur de départ limitera la durée de cette phase. Les conditions météorologiques ont une grande influence sur la présence ou non des limaces. Malgré un automne dernier, très sec, qui a vu un marché en régression de 65 %, on note une tendance à l’augmentation des populations de limaces grises du fait des hivers doux et humides, de la simplification du travail du sol et de la généralisation des couverts.

Détruire gîte et couvert

Si, sur les conditions météo il n’y a aucune prise, certaines pratiques agronomiques limitent pourtant la reproduction et les déplacements des limaces : allonger les rotations avec des cultures de printemps, déchaumer pour détruire les œufs, affiner le lit de semences, rouler la terre après semis.

Certains couverts, comme la moutarde, le sarrasin ou la féverole, sont moins appétents pour les limaces. « Les antilimaces sont efficaces mais rarement très efficaces, souligne Jean-Baptiste Thibord, spécialiste ravageurs chez Arvalis. Les produits à eux seuls ne suffisent pas toujours, d’où l’importance des mesures agronomiques pour limiter les populations. » Il faut aussi veiller à préserver les auxiliaires, comme les carabes, qui sont d’importants prédateurs d’œufs de limaces. En l’absence de modèle de prévision, l’évolution des populations de limaces est difficile à anticiper.

Elle dépend des parcelles, des conditions météo, de la vigueur des plantes en début de cycle... La nécessaire estimation passe par des piégeages, avant les semis. Différents outils d’aides font leur apparition. Adama va proposer LimAlert, une application gratuite qui sera dispo- nible pour la prochaine campagne.

Déjà active dans d’autres pays européens, cette appli analyse les risques à la parcelle, selon le type et la météo. « Elle permet un raisonnement fin à la parcelle », dévoile Guillaume Barbe, chef de marché antilimaces chez Adama. De son côté, De Sangosse s’appuie sur un réseau de 800 agriculteurs qui piègent pour alimenter son observatoire des risques.

Pas une, mais des limaces

Il y a deux sortes de limaces qui s’attaquent aux cultures,les limaces grises, les plus fréquentes, et les limaces noires, les plus compliquées à détruire. Ces limaces noires, ou terricoles, vivent plus enfouies dans la terre et sont donc plus difficiles à repérer.

Il y en a une seule génération par an, contrairement aux limaces grises, qui se renouvellent à raison de deux générations par an, au printemps et à l’automne.

Face à elles, il faut privilégier un semis précoce de colza pour que le stade sensible soit passé à l’éclosion des limaces d’automne. Même si cela n’a pas été le cas cet hiver, des températures rigoureuses n’éliminent pas tout danger car, si les adultes meurent en deçà de - 3,5 °C, il faut - 10 °C pour détruire les œufs.

Agir au plus tôt

Les instituts techniques fixent les seuils d’intervention, pour le colza, à plus de 5 limaces au mètre carré avant le semis et dès la première limace à partir du semis et, pour les céréales, à partir de 10 limaces au mètre carré avant le semis, à partir de 5 après.
 
Si le risque est fort, il faudra intervenir avant ou au semis, puis au stade 3-4 feuilles si plus de 30 % de plantes sont attaquées. « En cas de pression limaces, il faut intervenir au plus tôt pour limiter les populations et éviter des dégâts irréversibles sur la culture », conseille Cédra Graeff, chef de marché grandes cultures chez Certis.
 
Depuis l’interdiction, en 2015, du méthiocarbe, l’arsenal antilimaces se compose de deux substances actives : le métaldéhyde et le phosphate ferrique. Le métaldéhyde représente toujours 80-85 % du marché (Magisem Protec ou Metarex Ino, de Sangosse ; Carakol ou Gusto 3 d’Adama).
 
Même s’il sera interdit au Royaume-Uni en 2020 et que les produits les plus anciens ne sont pas tous réhomologués, le métaldéhyde n’est pas remis en cause en France.
 
Depuis quelques années, le biocontrôle se fait sa place dans la lutte contre les limaces, à l’image de Sluxx HP, premier produit en biocontrôle grandes cultures en termes d’hectares traités. « Sluxx HP montre qu’un produit de biocontrôle peut être efficace et peut parfaitement se substituer à un produit conventionnel », souligne Cédra Graeff. Reconnu pour son action rapide, Iron Max MG, aussi en biocontrôle, s’utilise en mélange comme en localisé.
 
Le métaldéhyde est efficace rapidement mais plus lessivable. Le phosphate ferrique est moins fulgurant mais reste efficace plus longtemps. Au final, l’efficacité des deux matières actives est proche. « Il faut jouer sur la complémentarité de ces deux solutions pour coller au plus près à la situation de chaque parcelle », conseille Pierre Olçomendy. En l’absence de résistance constatée, il n’y a pas de recommandation d’alterner les matières actives.
 
Redaction : Cécile Julien

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_matthieu_cob_rac

    Sous le hangar, un parc matériel au top chez le Charentais Matthieu Cobérac

    Matthieu Cobérac a fondé en 2006 l’ETA du même nom. Toujours basée à Saint-Amant-de-Nouère, non loin d’Angoulême, l’entreprise est devenue récemment...

  • Home_semoir_horsch_

    Semoirs de précision, des rendements maximisés avec des semences bien ordonnées

    Si le contrôle de la profondeur concentre toute l’attention des constructeurs, Arvalis institut du végétal planche sur un nouveau paramètre, consistant à positionn...

  • Home_agriculture_pr_cision___champ_bl_

    La technologie de précision affine la fertilisation azotée du blé

    L’azote est un moteur de la croissance pour les plantes mais aussi l’élément le plus surveillé par la réglementation. Pour une fertilisation optimale, agronom...

  • Home_jeunes_pousses

    Herbicides céréales, des adjuvants pour sécuriser l'efficacité

    De plus en plus utilisés, les adjuvants optimisent l’efficacité des herbicides en affinant ses caractéristiques physiques et chimiques aux besoins de chaque par...

  • Home_ma_s_avec_enrouleur

    Ravageurs, comment protéger ses semis de maïs sans néonicotinoïdes

    L’interdiction des néonicotinoïdes, insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, demande de repenser la protection des jeunes plants de maïs. Cel...

  • Home_sous-le-hangar

    Sous le hangar, prime au débit de chantier chez Alexandre et Jean-Baptiste de Meulenaere

    En 2007, sur la base de leur ferme familiale de Seine-et-Marne dans la Brie, les jumeaux de Meulenaere ont entamé une belle aventure, celle de la prestation de services en a...

  • Home_moissonneuse-batteuse-1

    Moissonneuses-batteuses, les 40 bougies des Axial-Flow

    Case IH fête le 40e anniversaire des Axial-Flow, inaugurant le battage non conventionnel au moyen d’un rotor longitudinal. Un système qui a fait des émules. En 1...

  • Home_horsch_terragrip

    Indéracinable déchaumage

    Les objectifs assignés au déchaumage ne souffrent guère de remise en question. Mais la pratique mérite toujours un examen au cas par cas, à l’aune des deux famille...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit