Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Les poulets label rouge, gage de qualité... de vie

Home_big_poulets_label_rouge

Et si un atelier de poulets label rouge pouvait garantir un bon revenu et une meilleure qualité de vie ? C’est le pari gagné de Cécilia Dumaure, éleveuse à Salon-la-Tour en Corrèze depuis 2013. Avec passion, elle parle de ses poussins, des horaires qui préservent sa vie de famille et de la sécurité du modèle économique.

A Salon-la-Tour, Stéphane Dumaure élève 67 vaches allaitantes sur 80 hectares, et produit des broutards. Cécilia, sa femme, est rentrée en 2013 dans le Gaec, en ajoutant des poulets label rouge : « Je travaillais pour le groupe Natea et j’ai suivi une formation dans un CFPPA pour m’installer avec mon mari. Finalement, ça n’a pas été possible car le foncier nous bloquait... A la fin de mon premier congé parental, j’ai eu un deuxième enfant. J'ai alors pensé à mes amis qui élevaient des poulets depuis une dizaine d'années. »

Elle se rapproche du groupement Périgord Aviculture et en juillet 2013, elle reçoit ses premiers poussins : « Je me suis engagée dans le label rouge car je ne voulais pas faire de l’intensif. Cet atelier m’a permis à la fois de m’installer, de garder du temps pour mes enfants et d’aider mon mari. De son côté, il a arrêté son mi-temps pour se consacrer entièrement à l’exploitation. »

Un investissement subventionné à 44 % 

Cécilia Dumaure a monté deux bâtiments de 400 mètres carrés qui accueillent en même temps leurs 4400 poulets. « Quand ils arrivent, les poussins ont un jour. Je les mets sous un chauffage à gaz sous radian qui monte à trente degrés. Il faut toujours que la paille soit chaude et je laisse la lumière allumée la nuit les premiers jours. J'ai l'habitude de mettre aussi de la musique. L’eau doit être aussi de très bonne qualité (Ndlr : Il est indispensable d’effectuer une analyse bactériologique. L’idéal est d’avoir un PH de 6,5. Si besoin, on peut installer un filtre à chlore). La distribution de l’eau, de l’aliment, le chauffage et la ventilation sont automatisés. Des rideaux s’ouvrent sur le côté et j’ai une ouverture sur le toit. Le lanterneau coûte 5000 euros mais il garantit une bonne ventilation. C’est très pratique. » Deux aérations du tunnel sont possibles : latérale ou transversale.

Fournis par les établissements Barre, ses deux bâtiments ont coûté 156 000 euros HT (terrassement et terrain compris) et l’amortissement est étalé sur douze ans. Jeune agricultrice installée en Gaec, Cécilia Dumaure a reçu 69 000 euros de subventions (de l’Europe, de l’Etat, du Conseil général et de la Région). Le dossier PPE (plan de performance énergétique) a rapporté 10 000 euros. « Mais d’un élevage à l’autre, c’est très variable… Par ailleurs, les nouvelles dispositions de la Pac devraient rester stables », annonce Emmanuel Carbonnière, de la Chambre d’agriculture de Corrèze.

Des résultats garantis

Cécilia Dumaure est très satisfaite de ses performances : « Nous avons réalisé cinq ventes de poulets et un lot de pintades élevé pendant six mois. A chaque fois, les résultats correspondent à ce qui était prévu. Ma marge brute se situe entre 10 000 et 12 000 euros par bande et par bâtiment, et il faut déduire les coûts énergétiques, l’amortissement et la MSA. J’élève trois lots par an. Les poulets partent à 80 jours et doivent atteindre un poids de 2,15 kg, sinon ils sont déclassés. »

Le système est plutôt rassurant, car le prix des poulets est indexé sur les cours de l’alimentation. « Si l’éleveur le souhaite, la société fait même l’avance des frais d’alimentation, et les déduit du chèque de la bande », confie l’éleveuse. Par ailleurs, 2 % des poulets sont offert par Périgord Aviculture, ce qui correspond au taux de mortalité moyen.

Pour baisser les dépenses d’alimentation, l’éleveuse cultive du blé sur 3 hectares, qui est fertilisé avec le fumier des bâtiments. « J’ai distribué 10 tonnes sur la dernière bande, ce qui représente 10% de la quantité alimentaire distribuée après cinq semaines. Le blé favorise aussi la digestion », observe-t-elle.

Un élevage tranquille mais rigoureux

L’atelier ne demande pas beaucoup de travail, mais pas mal de surveillance : « Je passe trois ou quatre fois par jour quand les poussins arrivent. Au bout de deux semaines, je viens deux fois par jour aux horaires qui m’arrangent, et j’ouvre les trappes à l’aube et au crépuscule. Je fais aussi des pesées chaque semaine. En fait, le plus gros du travail, c’est quand les poulets partent », sourit-elle.

Le vide sanitaire entre deux bandes doit durer au minimum 16 jours et l’opération occupe deux journées. « Une femme peut tout à fait le faire toute seule. Mon mari m’aide surtout pour aplatir la paille au gyrobroyeur. Je commence par désinfecter l’intérieur et l’extérieur des bâtiments au karcher puis je cure, je chaule la terre battue et je paille avant de remettre en place la poussinière. Il faut compter 2,5 tonnes de paille par bâtiment et je rajoute du grit. »

Autres exigences du label rouge : il impose des souches à croissance lente, une alimentation composée de 80 % de céréales et un parcours enherbé et ombragé de 2 mètres carrés par poulet (les volailles doivent sortir au plus tard à 42 jours). Les poulets peuvent être nus ou plumés, à chair jaune ou blanche. Les antibiotiques sont limités aux maladies.

En termes de qualité de vie, l'optimisation du temps de travail donne du temps libre à Cécilia Dumaure : "Je passe environ 1 h 30 par jour sur mon élevage (Ndlr : hors période particulière), cela me permet de m’occuper de mes enfants et de donner un coup de main à Stéphane..."

Une filière qui recrute

Périgord Aviculture réunit 110 adhérents et réalise un chiffre d’affaires de 17 millions d’euros. Le groupement veut accompagner la création de 100 bâtiments dans l’IGP Périgord. Pour rester dans le label rouge, l'exploitant peut monter jusqu’à quatre bâtiments par site de production. A réfléchir selon son temps disponible et le revenu escompté.

 

En savoir plus : http://www.volaillelabelrouge.com (site des volailles et oeufs label rouge) ; http://www.ets-barre.com (site de l'entreprise fabriquant, entre autres, des tunnels avicoles) ; http://www.dfp-nutraliance.fr (entreprise spécialiste de la nutrition animale).

Les photos ci-dessous ont été fournies par Nutraliance.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 7
  • 6
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des explo...

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit