Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4990 MembresCréer un compte

Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

Home_big__levage_ovin_transhumance

En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Idele) a permis de constituer un outil d’évaluation des émissions de gaz à effet de serre des élevages ovins. Le programme Life Green Sheep étend ces travaux à l’échelle européenne. En vue : des plans d’action pour rendre les élevages plus durables.

Réduire de 12 % en dix ans les émissions de gaz à effet de serre : telle est l’ambition du programme européen Life Green Sheep juste lancé au début du mois d’octobre. A partir des données collectées auprès de 1637 exploitations d’ovins lait (524) et viande (1 123), ce programme vise à définir les leviers d’action nécessaires pour rendre ces élevages plus durables.

Allier performance économique et réduction des émissions de CO2, les élevages ovins se préparent à relever le défi

Autrement dit plus performants environnementalement (moins d’émissions de gaz carbonique par exemple), plus performants économiquement et plus performants socialement (charge de travail, transmissibilité). Life Green Sheep associe les cinq principaux pays producteurs d’ovins lait et viande de l’Union européenne à savoir, la France, la Roumanie, l’Irlande, l’Espagne et l’Italie. Ensemble, ils représentent 47 % de la production européenne ovine.

Pour le réaliser, ce programme mobilise des instituts techniques, tel que l’Institut de l’élevage (Idele), qui opéreront dans les cinq pays retenus. En France, l’opération porte sur 1 096 exploitations (885 ovins viande et 225 ovins lait).

Des points à améliorer

Le programme européen ne débute pas sur rien. L’Idele vient d’achever une étude DEO (durabilité des exploitations ovines) similaire, dans l’esprit, à celle de Life Green Sheep. Mais elle porte sur une centaine d’élevages d’ovins lait et viande seulement.

Les résultats obtenus dans chacune de ces exploitations se présentent sous forme « d’un ou deux pages » de tableaux associés à un graphique en forme de radar. Ce dernier présente les enjeux des trois piliers de durabilité environnementale, de durabilité économique et de durabilité sociale à travers un certain nombre d’indicateurs et d’enjeux évalués sur la centaine d’exploitations. Résultat : ce radar met en évidence les points à améliorer les enjeux des exploitations passées à la loupe.

+ 31 euros par brebis

Autre enseignement de l’étude DEO, les liens étroits entre la performance environnementale, la performance économique et la performance sociétale des exploitations testées. « Quand on améliore les performances environnementales des exploitations ovines, on améliore leurs performances techniques et économiques », affirme Sindy Moreau, cheffe de projet évaluation environnementale de l’Idele.

Un élevage de brebis, en bon état à la mise bas et des agnelles de renouvellement bien conformées, émet 8,8 % de CO2 en moins tout en dégageant des marges supplémentaires de 31 € en plus par brebis.

Pour mener l’étude DEO, l’Idele s’est appuyé sur les outils de diagnostics disponibles CAP’2ER et Sieol/TéOvin. Ce sont deux outils d’évaluation environnementale et économique bien connus dans la filière ovine. Les données technico-économiques des exploitations testées, figurant dans les comptes de résultats ou transmises à l’Idele sont aussi des indicateurs utilisés pour réaliser le diagnostic DEO.

Pour l’étude européenne, les différents pays participants utiliseront leurs propres outils de diagnostic après les avoir étalonnés pour être certains que les résultats obtenus seront comparables. L'outil CAP'2ER est aussi mis à leur disposition.


Ci-dessous, photo Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des explo...

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • Home_limousines__archives_

    Les effectifs en élevage bovin viande en diminution

    L’Institut de l'élevage ne dénombre plus que 58 000 ateliers de vaches allaitantes en France dont les effectifs ne progressent plus pour compense...

  • 1Commentaire
  • #1

    l'agriculture est la seule activité économique à pouvoir stocker massivement du carbone dans les sols avec un bilan positif ... comment arrivent ils à calculer un bilan négatif ??? cette méthode de calcul ressemble à une vaste fumisterie !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit