Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4018 MembresCréer un compte
Découvrez agri-meteo

Le vrai du faux, pourquoi les pesticides sont aujourd'hui au coeur de la tourmente

Thumb_passage_phytosanitaires
21Juin2018

Les produits phytosanitaires, le glyphosate en tête, sont attaqués de toutes parts. Et pourtant, il y a à peine une dizaine d’années, les spécialistes se demandaient pourquoi il n’y avait pas de crise en France à propos des pesticides. Cela a bien changé depuis. Que s’est-il donc passé entretemps pour que l’on en vienne à une telle situation ? Explications.

Depuis quelques mois, les pesticides, et tout particulièrement le glyphosate, font l’objet d’attaques massives dans l’espace public. A l’évidence, les produits phytosanitaires sont dans l’œil du cyclone, critiqués de toutes parts, tant par les associations, que par une partie des hommes politiques, des élus, de la presse et des médias, ainsi que du public. Et malheur à celui qui s’exprime publiquement en leur faveur, des députés à l’Assemblée nationale ou bien le journaliste Patrick Cohen en savent quelque chose.

Il y a dix ans, y a un siècle, y a une éternité

Et pourtant, il y a une dizaine d’années, les chercheurs se demandaient pour quelles raisons les pesticides ne suscitaient pas d’inquiétudes particulières de la part du public en France. Dans un rapport publié en octobre 2007, Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny se posaient ainsi la question suivante : « Pourquoi n’y a-t-il eu aucune "crise des pesticides" en même temps qu’éclataient d’autres dossiers parmi lesquels la "vache folle" a servi de de référence constante ? ».

Quelques semaines plus tard, la Mission Agrobiosciences organisait une conférence dans le cadre de la conversation de Midi-Pyrénées, en collaboration avec l’Afsset, sur le thème : « Pesticides ? Même pas peur ! ». Ses organisateurs s’interrogeaient eux aussi : « Comment expliquer que nous n’assistions pas à une mobilisation collective ? Aux lendemains du Grenelle de l’environnement, peut-on penser que cette relative indifférence à l’égard des pesticides perdurera dans les années à venir ? »

Enfin, en janvier 2008, lors de cette même conférence, l’universitaire Patrick Denoux analysait de façon très savante quelles pouvaient être « les possibilités d’émergence ou non d’une crise qu’ils [les pesticides] pourraient éventuellement engendrer ».

Cela signifiait donc bien qu’à ce moment-là, il n’y avait pas de crise des pesticides en France. A l’évidence, les choses ont bien changé depuis. Comment en est-on arrivé là en l’espace d’une décennie ? Quand et comment les choses ont-elles basculé ?

Le tournant des années 2000

La critique des produits phytosanitaires est ancienne. En 1962, la biologiste américaine Rachel Carson publiait Printemps silencieux, un ouvrage resté célèbre dans lequel elle dénonçait l’impact négatif du DDT sur l’environnement et notamment sur les populations d’oiseaux. Il a été à l’origine de l’interdiction du DDT aux Etats-Unis au début des années 1970. Il est aussi considéré comme un événement pionnier dans le monde écologiste.

Les préoccupations en matière de santé en lien avec ces produits le sont tout autant. Nathalie Jas, chargée de recherche à l’INRA, rappelle ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est inquiétée dès le début des années 1950 de leurs effets toxiques possibles sur la santé humaine en produisant un rapport sur le sujet en 1953 (rapport du docteur J. M. Barnes), qui se veut néanmoins rassurant. Elle mentionne aussi que la spécialité du « risque chimique » en milieu professionnel agricole a été lancée en France en 1955 comme spécialisation de médecine professionnelle agricole.

Dans les années 1990, les campagnes des ONG ou des syndicats agricoles alternatifs qui critiquent les produits phytosanitaires tendaient alors à mettre l’accent sur trois aspects spécifiques : (1) la surmortalité supposée des abeilles, notamment liée aux insecticides de la famille des néonicotinoïdes, avec d’importantes campagnes internationales menées contre des insecticides comme le Gaucho et le Régent TS, (2) l’impact environnemental des pesticides sur l’eau, les sols et l’air, ceux-ci étant alors souvent associés aux nitrates, (3) et plus globalement, la critique du système de production agricole intensif, qualifié de « productiviste », dont l’utilisation massive d’intrants chimiques de synthèse est l’une des principales caractéristiques.

Un tournant se produit néanmoins à partir du début des années 2000. Des associations et des lanceurs d’alerte, y compris des agriculteurs, tendent plutôt désormais à montrer du doigt l’impact des pesticides sur la santé humaine, en premier lieu des utilisateurs (les agriculteurs) et de leurs proches, puis, progressivement, de l’ensemble des consommateurs dans un contexte plus global de critique tous azimuts des « pollutions chimiques » quelles qu’elles soient.

En conséquence, dans l’édition 2017 du baromètre sur « La perception des risques et de la sécurité par les Français » réalisé chaque année par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le dernier en date à ce jour, les pesticides étaient perçus par 71,5 % des personnes interrogées comme un risque élevé, par 20,4 % comme un risque moyennement élevé et seulement par 7,9 % comme un risque faible. Aux yeux des Français sondés, ils représentaient même le troisième risque le plus élevé après le terrorisme et le tabagisme des jeunes. En outre, on voit bien que, depuis quelques années, les inquiétudes vis-à-vis des pesticides sont plutôt croissantes (voir graphique 1).

Graphique 1 : positionnement des personnes interrogées sur les risques que représentent les pesticides pour les Français en général, en pourcentages, 1997-2016

Source : IRSN, Baromètre IRSN 2017. Les pesticides étaient associés aux nitrates jusqu’en 2001 et sont pris en compte seuls depuis 2004.

Le rôle essentiel des associations et des lanceurs d’alerte

Un processus assez typique de l’influence de mouvements protestataires sur l’opinion publique s’est, en effet, mis en place à propos des pesticides à partir du début des années 2000. C’est une fusée à quatre étages.

Le processus d’influence des mouvements protestataires sur l’opinion : la fusée à 4 étages

Le socle de la fusée est le « terrain » qui existe préalablement sur un sujet donné au sein de l’opinion publique. Or, à cette époque-là, le terrain apparaissait plutôt propice à la critique des pesticides compte tenu de l’existence de deux tendances importantes. La première était l’inquiétude sous-jacente au sein du grand public qui tendait de plus en plus à craindre un empoisonnement lent et insidieux, suite à différentes crises qui l’ont durablement marqué (sang contaminé, amiante, vache folle) ou à des controverses (OGM). La seconde tendance était sa défiance croissante vis-à-vis des grands groupes privés (dont le symbole par excellence était Monsanto), des processus de nature industrielle et de l’implication de la science et de la technique dans la production agricole et alimentaire.

Le monde associatif et les lanceurs d’alerte ont alors travaillé ce « terrain », c’est le second étage de la fusée, en redoublant d’efforts et d’inventivité pour alerter le grand public. C’est tout particulièrement le cas de l’association Générations futures qui, à partir du début des années 2000, multiplie les campagnes d’information et de sensibilisation, publie enquêtes, rapports ou même bande dessinée (outre les ouvrages publiés par François Veillerette, son co-fondateur, son porte-parole et sa principale figure médiatique), édite un DVD, intente des actions en justice, développe des actions de lobbying, lance des pétitions, diffuse des cartes interactives, crée des prix et bien évidemment intervient dans les médias et collabore à des émissions et à des documentaires.

Durant la décennie 2000, les associations et les lanceurs d’alerte réussissent alors le tour de force de transformer progressivement la façon dont les pesticides étaient communément perçus. Ce n’est plus seulement un sujet qui concerne l’agriculture (et les agriculteurs), l’environnement ou les abeilles. C’est aussi un enjeu qui concerne tout le monde parce qu’il a un impact sur la santé de l’ensemble des consommateurs, via leur alimentation et les résidus de pesticides présents dans les aliments. Ils sont donc parvenus à faire entrer cette question dans les sphères de préoccupation quotidiennes des consommateurs, alors que jusqu’alors, c’était un sujet technique assez éloigné de leur quotidien et de leurs préoccupations.

D’ailleurs dans leur ouvrage Pesticides. Révélations sur un scandale français (Fayard, 2007), Fabrice Nicolino et François Veillerette expliquent que « C’est un sujet qui peut nous paraître lointain, et pourtant il nous concerne tous. Car les pesticides sont partout, jusque dans la rosée du matin. […] Des centaines d’études, à l’échelle internationale, montrent que ces produits de la chimie de synthèse agissent, même à des doses infinitésimales, sur notre équilibre le plus intime ».

Au final, on voit bien que, progressivement, les associations et les lanceurs d’alerte ont réussi à imposer leur manière de poser les problèmes : les pesticides ne représentent plus seulement un danger pour les abeilles, mais aussi et surtout un risque de cancer pour l’ensemble de la population. Et une fois qu’ils l’ont fait, il a été plus facile pour eux d’imposer leurs façon de les résoudre : suppression des pesticides les plus dangereux et réduction de l’usage de ces produits en général, voire suppression de l’ensemble des pesticides.

Les étapes-clefs

Tout a commencé en 2001-2002 avec le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures (MDRGF), qui deviendra ensuite Générations futures, et François Veillerette. En août 2001, le MDRGF publie le premier rapport qui tendrait à prouver que la moitié des fruits, légumes et céréales consommés en France contiennent des résidus de pesticides. Sur son site internet, le mouvement affirme avoir été à l’origine à cette époque-là des « premières révélations médiatiques du niveau de pollution des aliments par des résidus de pesticides ».

L’année suivante, François Veillerette fait paraître un ouvrage intitulé Pesticides, le piège se referme (Terre Vivante Editions) qui se présente comme une synthèse des études publiées dans les revues scientifiques anglo-saxonnes sur l’impact pour la santé de l’exposition aux pesticides. Son message principal est le suivant : « Les pesticides sont partout. On sait qu'ils sont présents dans les aliments, dans l'eau, dans l'air, dans les sols. On sait moins qu'ils sont aussi présents dans notre sang, dans nos réserves adipeuses, dans le lait maternel. Pire, il est maintenant prouvé que le fœtus est déjà contaminé par les pesticides que la mère absorbe chaque jour. Les effets à long terme de cette pollution insidieuse commencent seulement à se manifester : baisse de la fertilité masculine, malformations à la naissance, augmentation de certains cancers, perturbation de l'équilibre hormonal et du développement du système nerveux, modifications du comportement, diminution des défenses immunitaires ».

Il parle à ce propos de contamination générale de la population par la nourriture et l’usage domestique de pesticides utilisés pour le jardinage et les insecticides domestiques en donnant des exemples particulièrement frappants, comme la présence de résidus de produits phytosanitaires dans le sang des cordons ombilicaux, le lait maternel ou chez le fœtus in vitro. Les messages sont simples (et efficaces) : tout le monde est concerné (pesticides = contamination générale), et pas seulement les utilisateurs, et tout le monde est en danger (pesticides = risque de cancer). On peut remarquer que c’est en grande partie l’argumentation que l’on retrouvera quatorze ans plus tard dans l’émission de Cash Investigation à laquelle contribuera et participera d’ailleurs François Veillerette lui-même.

En 2004, sont publiés deux ouvrages qui reprennent en grande partie cette argumentation. Le médecin Geneviève Barbier et l’auteur Armand Farrachi font paraître La Société cancérigène. Lutte-t-on vraiment contre le cancer ? (La Martinière). Dans ce livre qui « dénonce, chiffres à l’appui, les silences des discours officiels et les intérêts de bien des lobbies », les auteurs affirment qu’il ne faut pas s’attaquer aux effets des cancers, mais plutôt à leurs causes sociales, professionnelles et environnementales en expliquant que leurs principales sources résident dans la pollution environnementale, l’usage de produits toxiques dans l’alimentation et l’exposition des substances nocives dans son travail. Ils ont donc en grande partie les pesticides en ligne de mire. Il est de même pour le cancérologue Dominique Belpomme, qui publie cette même année Ces Maladies créées par l’homme. Comment la dégradation de l’environnement met en péril notre santé (Albin Michel, 2004). Pour lui, le doublement du nombre de décès provoqués par le cancer depuis la Seconde Guerre mondiale est lié d’abord à la dégradation de notre environnement. Il publiera les années suivantes d’autres ouvrages défendant la même thèse : Guérir du cancer ou s’en protéger (Fayard, 2005) et Avant qu’il ne soit trop tard (Fayard, 2007).

L’Association pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse (Artac), présidée par le même professeur Belpomme, organise également en mai 2004 à l’Unesco un colloque intitulé « cancer, environnement et société ». Celui-ci réunit scientifiques, associations de protection de l’environnement et associations de malades et est à l’origine de l’Appel de Paris, une déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique, signé par un millier de personnalités scientifiques. Cet appel est basé sur trois considérations : (1) « le développement de nombreuses maladies actuelles est consécutif à la dégradation de l’environnement », (2) « la pollution chimique constitue une menace grave pour l’enfant et pour la survie de l’homme », (3) « notre santé, celle de nos enfants et celles des générations futures étant en péril, c’est l’espèce humaine qui est elle-même en danger ». Il prône notamment une réduction de l’utilisation des pesticides.

Ces initiatives n’ont pas encore un grand écho auprès de l’opinion publique, mais elles conduisent néanmoins l’UIPP à lancer en 2005 une campagne intitulée « Pesticides : on peut se poser des questions, on peut y répondre aussi » (cette campagne a d’ailleurs été attaquée en justice par des associations de protection de l’environnement qui la jugeaient « mensongère » et a fait l’objet de pas moins de six procès).

Elles vont également donner la tonalité générale des « attaques » perpétrées contre les pesticides dans les années qui suivent en privilégiant (1) des messages simples et parlants – à l’instar des tests de mèches de cheveux effectués par GF en 2013 sur des enfants dans des écoles se situant à proximité de champs, expérience reproduite dans Cash Investigation de février 2016 –, (2) des messages de nature anxiogène à connotation émotionnelle – résidus de produits phytosanitaires présents dans le sang des cordons ombilicaux, le lait maternel ou chez le fœtus –, qui ont un fort impact sur le public, comme l’ont prouvé de nombreuses recherches, et (3) une logique de proximité par rapport aux intérêts et aux préoccupations des consommateurs (innocuité des produits alimentaires).

On peut mentionner d’autres jalons importants dans cette entreprise critique des associations et des lanceurs d’alerte. En mai 2006, Générations Futures lance une campagne de sensibilisation sur « la présence des pesticides dans les aliments », avec notamment le lancement d’un site internet (http://www.pesticides-non-merci.com), la diffusion de différents documents « sur la contamination des aliments par les pesticides pour populariser ce problème », le lancement d’une pétition pour le « zéro résidus de pesticides dans notre alimentation » ou encore l’interpellation des candidats à l’élection présidentielle.

En 2007, le journaliste Fabrice Nicolino et François Veillerette publient ensemble Pesticides. Révélations sur un scandale français (Fayard). Dans cet ouvrage qualifié de « livre noir des pesticides » par Environnement Magazine le 1er juin 2007, les auteurs dénoncent « un scandale français » : « Depuis 1945, l’industrie des pesticides a pris le pouvoir en France, sans que personne ne s’en doute. Cet ouvrage donne des noms, livre des dates, fouille les archives. Oui, on a truqué des congrès prétendument scientifiques. Oui, les industriels ont infiltré, et continuent de le faire, les commissions officielles chargées du contrôle des pesticides. Oui, l’"agriculture raisonnée", que les pouvoirs publics français présentent comme la solution de l’avenir, est une farce, une incroyable manipulation ». L’article publié dans L’Express le 1er mars 2007 montre bien que l’opération des auteurs a pleinement réussi : « C'est l'histoire terrible et authentique d’un empoisonnement collectif. L'histoire d'une pomme qui subit 36 traitements chimiques avant d'être croquée. De milliards d'abeilles occises par des poisons légaux. De rivières françaises polluées à 96 %. C'est l’histoire de l’agriculture française, dopée aux traitements phytosanitaires depuis l’après-guerre et ses grandes pénuries. L'enquête, implacable, de Fabrice Nicolino et de François Veillerette se lit comme un thriller. Sauf qu'il n'est pas question ici de fiction, mais des liens sacrés qui unissent, depuis 1945, l’agriculture, la chimie et le monde politique. Pour le meilleur : l’abondance alimentaire. Et pour le pire : une nature saccagée et l'augmentation exponentielle, dramatique et "inexplicable" des cancers, malformations sexuelles, stérilités et autres maladies dégénérescentes. A vous empêcher de dormir. De manger. De respirer. »

L’année suivante, l’Alliance santé environnement (ONG basée à Bruxelles qui coordonne un réseau de 65 associations européennes, dont GF) et Générations futures enfoncent le clou en lançant une campagne intitulée « Pesticides et cancers ».

Une autre étape importante se produit en 2010-2011. En janvier 2010, une vingtaine d’agriculteurs victimes de pesticides, encouragés par Générations Futures, se réunissent à Ruffec en Charente. C'est, en effet, à Ruffec que se trouve l’exploitation de Paul François, cet agriculteur probablement intoxiqué en 2004 par le Lasso et qui est devenu le symbole des victimes des produits phytosanitaires pour avoir porté plainte contre Monsanto et médiatisé son histoire. Ces agriculteurs et d’autres acteurs présents (des avocats spécialisés ou des toxicologues) lancent alors l’Appel de Ruffec adressé aux pouvoirs publics pour retirer du marché les pesticides les plus dangereux pour la santé et l’environnement. Ce rassemblement donnera naissance en mars 2011 également à Ruffec à l’association Phyto-Victimes, dont Paul François assure la présidence. Cette association a été créée suite au décès de l’un des agriculteurs qui était présent l’année précédente, Yannick Chenet.

Les relais dans les médias et l’édition

Sentant bien que le public est de plus en plus sensibilisé à cette question, les médias généralistes commencent à mettre le sujet des pesticides à leur agenda dans la seconde moitié des années 2000. C’est le troisième étage de la fusée.

Ce fut tout d’abord le cas de journalistes et/ou de médias militants. On peut penser, par exemple, à Marie-Monique Robin, auteure de Notre poison quotidien. Les responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques, film diffusé sur Arte et livre publié en 2011 (La Découverte/Arte éditions), dans lesquels elle s’intéresse « aux seules substances chimiques qui entrent en contact avec la chaîne alimentaire, du champ du paysan (pesticides) à l’assiette du consommateur (additifs et plastiques alimentaires) », soit « les molécules de synthèse auxquelles nous sommes exposés, dans notre environnement ou notre alimentation ». Le chapitre I s’intitule d’ailleurs « les pesticides sont des poisons ».

Mais c’est aussi le cas de médias plus généralistes, notamment la presse santé, qui reprennent les thématiques et même le vocabulaire véhiculés par les groupes contestataires, comme, par exemple, le terme « pesticides » ou l’expression « pesticide tueur d’abeille ». Le cas le plus emblématique a été bien évidemment l’émission de Cash Investigation de février 2016. D’ailleurs, un nombre record de recherches du terme « pesticides » sur le moteur de recherche Google a été observé ce même mois.

Il en a été de même dans l’édition avec une multiplication, dans la période récente, des ouvrages à charge contre les pesticides, avec, par exemple, en 2018, la parution d’un ouvrage co-écrit par Jérôme Douzelet et Gilles-Eric Séralini sur Le goût des pesticides dans le vin (Actes Sud).

La « validation » des institutions officielles

Enfin, le dernier étage de la fusée est peut-être le plus important. Il est incarné par différentes institutions qui, de façon plus ou moins contrainte ou plus ou moins suiviste et opportuniste, contribuent à « valider » une partie de ces critiques. Les consommateurs sont, en effet, inquiets par les messages qu’ils entendent de la part des organisations de la société civile et qui sont répercutés dans les médias et l’édition. Mais, à partir du moment où une partie du contenu de ces messages est plus ou moins repris à leur compte par ces instances officielles, cela ne peut que renforcer ces inquiétudes.

Ces validateurs sont en premier lieu la justice et la MSA. Des tribunaux ont ainsi reconnu le caractère professionnel de maladies de certains agriculteurs, comme ce fut le cas pour Paul François en 2008. Ils ont pu également juger des affaires opposant des agriculteurs victimes aux entreprises agrochimiques, à l’instar du même Paul François qui a attaqué Monsanto en justice. Or, en 2012, le TGI de Lyon a condamné l’entreprise en première instance.

Il en est de même pour la MSA. Suite au décret du 4 mai 2012, la maladie de Parkinson provoquée par les pesticides a été la première maladie professionnelle à être inscrite auprès de la MSA. En 2015, elle a aussi reconnu le caractère professionnel du lymphome de l’agriculteur de la Manche Paul Lefèvre, décédé en 2009. Enfin, le 15 novembre 2017, trois représentants de la caisse centrale de la MSA auditionnés par les députés de la Mission d’information commune sur l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ont déclaré que « deux pour cent des maladies professionnelles déclarées au titre du régime agricole sont liées aux produits phytosanitaires ».

Les seconds types de validateurs sont les politiques, en particulier ceux qui appartiennent à des partis de gouvernement, et les gouvernements. On peut voir à ce propos que les premiers ont évolué dans leur vocabulaire et dans leurs propositions depuis une quinzaine d'années. Ils parlent de plus en plus de pesticides et moins de produits phytosanitaires. Ensuite, alors qu’ils revendiquaient plutôt un usage raisonnée jusqu’au début des années 2000, certains vont commencer à militer en faveur d’une réduction des usages dans la seconde moitié de cette décennie. Ce fut notamment le cas de Ségolène Royal qui, dans son programme présidentiel de 2007, ne parlait pas de produits phytosanitaires, mais de pesticides, et pas d’usage raisonnée, mais proposait plutôt de « mettre en œuvre un programme national de réduction de l’utilisation des pesticides ».

Les gouvernements ont eux aussi conforté et validé à leur manière certaines des critiques exprimées par les associations. Nicolas Sarkozy, alors président de la République, dans une Lettre de mission adressée en juillet 2007 à Michel Barnier, alors ministre de l’Agriculture et de la Pêche, affirmait ainsi : « Avec le ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, du développement et de l’aménagement durables, vous engagerez donc les concertations et les actions nécessaires pour, notamment, continuer à mieux utiliser la ressource en eau et réduire significativement l’utilisation d’engrais et de pesticides ». Dans son discours prononcé lors de la restitution des conclusions du Grenelle de l’environnement sur les engagements de la France pour le développement durable le 25 octobre 2007, celui-ci indiquait également : « Il est grand temps de prendre au sérieux l’usage croissant de produits pesticides, dont nos agriculteurs sont les premières victimes. Je demande à Michel Barnier de me proposer avant un an un plan pour réduire de 50 % l’usage des pesticides, dont la dangerosité est connue, si possible dans les dix ans qui viennent ». Cela débouchera, en septembre 2008, sur l’annonce par le gouvernement d’un plan visant à réduire « si possible » de moitié l’usage des pesticides en France d’ici 2018 (plan Ecophyto 2018). On peut penser également aux municipalités qui ont banni l'usage des phytos pour l'entretien des espaces verts.

Enfin, la troisième forme de validation est celle du marché, en l’occurrence des entreprises de l’agroalimentaire ou des enseignes de la distribution qui misent désormais de plus en plus sur le « sans résidus de pesticides » ou sur le bio pour séduire les consommateurs.

Au final, les messages anxiogènes des associations relayés par les médias avec une forme de « validation » par des institutions officielles ont bien évidemment renforcé les inquiétudes exprimées par une grande partie de l’opinion publique à propos des pesticides. La faute en incombe aussi en partie au monde agricole qui n’a sans doute pas su réagir à temps et de façon efficace, alors qu’on pouvait largement anticiper ce qui est en train de se produire comme en témoigne, par exemple, la campagne menée par l’UIPP dès 2005…
 

En savoir plus : https://www.mesopinions.com/petition/medias/demission-patrick-cohen/44290 (pétition lancée contre le journaliste Patrick Cohen qui a défendu dernièrement l’innocuité du glyphosate sur le plateau de l’émission C à vous face à l’écologiste Yannick Jadot) ; https://trombi-glyphosate.agirpourlenvironnement.org (site internet créé par l’association Agir pour l’environnement permettant de savoir comment son député a voté à propos du glyphosate et qui donne la possibilité aux internautes d’interpeller les différents députés) ; https://www.gspr-ehess.com/documents/rapports/RAP-2007-Pesticides.pdf (rapport rédigé par Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaire et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides, octobre 2007, Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail-Afsset et EHESS) ; http://www.agrobiosciences.org/archives-114/sciences-et-societe/publications/article/pesticides-meme-pas-peur#.WtWra4huaUk (information sur la conférence « Pesticides ? Même pas peur ! » organisée par la Mission Agrobiosciences) ; http://www.agrobiosciences.org/archives-114/sciences-et-societe/publications/article/reflexions-adventices-sur-les-conditions-culturelles-d-emergence-d-une-crise-a-propos-des-pesticides (conférence de Patrick Denoux, « "Réflexions adventices" sur les conditions culturelles d’émergence d’une crise à propos des pesticides », 2008) ; https://www.researchgate.net/profile/Nathalie_Jas/publication/273447553_Pesticides_et_sante_des_travailleurs_agricoles_en_France_dans_les_annees_1950-1960/links/59a6898e4585156873cf9993/Pesticides-et-sante-des-travailleurs-agricoles-en-France-dans-les-annees-1950-1960.pdf (Nathalie Jas, « Pesticides et santé des travailleurs agricoles en France dans les années 1950-1960 », dans Sciences, agriculture, alimentation et société en France au XXe siècle, L'Harmattan & Quae, 2008) ; http://www.irsn.fr/FR/IRSN/Publications/barometre/Documents/IRSN_Barometre_2017.pdf (baromètre 2017 sur « La perception des risques et de la sécurité par les Français » réalisé par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire-IRSN) ; https://www.generations-futures.fr/qui-sommes-nous/un-peu-d-histoire (source d’information sur les campagnes menées par Générations Futures) ; http://www.artac.info/fr/appel-de-paris/texte-en-six-langues/francais_000075.html (Appel de Paris, une déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique) ; https://www.env-health.org/IMG/pdf/Campagne_pour_reduire_les_cancers_dus_a_l_exposition_aux_pesticides.pdf (informations sur la campagne « Pesticides et cancers » de 2008) ; https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/les-pesticides-seraient-responsables-de-2-des-maladies-professionnelles-declarees-chez-les-agriculteurs_2470964.html (source d’information sur l’audition de représentants de la caisse centrale de la MSA par les députés de la Mission d’information commune sur l’utilisation des produits phytopharmaceutiques) ; https://www.lemonde.fr/societe/article/2007/02/11/les-cent-propositions-du-pacte-presidentiel-de-mme-royal_866123_3224.html (source d’information sur le programme présidentiel de Ségolène Royal de 2007) ; www.lafranceagricole.fr/r/Publie/FA/p1/Infographies/Web/2007-07-12/04990_1.pdf (Lettre de mission de Nicolas Sarkozy adressée en juillet 2007 à Michel Barnier) ; http://discours.vie-publique.fr/notices/077003284.html (discours de Nicolas Sarkozy le 25 octobre 2007). Voir aussi la thèse de Coline Salaris, « Mobilisations en souffrance : analyse comparative de la construction de deux problèmes de santé publique : (familles victimes du Distilbène et agriculteurs victimes des pesticides) », http://www.sudoc.abes.fr/xslt/DB=2.1//SRCH?IKT=12&TRM=191571563.


 

Que pensez-vous de l’article ?

  • 0
  • 3
  • 13
  • 1
  • 2
  • 1
Auteur :
Thumb_eddy-fougier_1

Fougier Eddy

Conseiller, expertEn savoir plus
Partager
cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

  • 3Commentaire
  • #1

    Il est curieux de constater que seuls les produits utilisés par les agriculteurs sont considérés comme des pesticides, alors que la pub à la télé fait la propagande des pesticides ménagers! Quant au Pr Belpomme, cette éminente sommité a dit : « En raison de sa solubilité dans l’eau, [le plomb] contamine non seulement l’eau potable dans les tuyauteries, mais aussi les viandes de bovins que nous mangeons car ceux-ci lèchent le plomb des batteries des clôtures électriques dans les champs ». C’est ce que M. Belpomme, « petit-fils d’agriculteur », a pu observer lui-même... Les agriculteurs apprécieront sa connaissance des clôtures électriques! Et ce sont ces spécialistes qui sont relayés en boucle par les médias!

  • #2

    Si les consommateurs de médicaments lissaient les effets indésirables des matières actives qu'ils avalent... Doit on laisser les végétaux, les animaux et les humains mourir de maladies et de faim ?

  • #3

    Les médias abêtissent le peuple au point d'en perdre toute objectivité...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x