Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4433 MembresCréer un compte

Le lamier pourpre

Home_big_lamier_pourpre

Connu également sous le nom d’ortie rouge, le lamier pourpre (du latin : lamium purpureum) est une plante herbacée annuelle dicotylédone appartenant à la famille des lamiacées.

Originaire du continent eurasiatique, le lamier pourpre est nitrophile et se développe sur tous les sols au pH basique et riches en éléments nutritifs, notamment en azote : on le trouve sur les parcelles cultivées (cultures basophiles), les jachères, les friches pionnières, les sables et limons des vallées alluviales. Plante rudérale, le lamier est également présent dans les décombres, gravats et abords des habitations.

Très commun en Europe, sous les climats tempérés, le lamier pourpre est une adventice mésophile bien connue des agriculteurs, même s’il fait un excellent couvre-sol et attire certains insectes nuisibles comme les doryphores qui attaquent les cultures de pommes de terre.

Au stade de plantule, ses cotylédons sont de taille moyenne, auriculés et presque arrondis, et terminés par un petit mucron de couleur rouge brunâtre. Ses feuilles sont simples et dentées.

Adulte, le lamier pourpre est une plante pubescente mesurant 10 à 30 cm avec des tiges ramifiées et ascendantes, de couleur rouge violacé. A la base, ses feuilles opposées sont arrondies, longuement pétiolées et d’aspect gaufré et crénelé, avec de nombreuses nervures, et de couleur pourpre. Ses feuilles supérieures sont rouges près de l’inflorescence et présentées en pyramides. Les fleurs zygomorphes et hermaphrodites sont pourpres, groupées par 6 à 10 et étagées (3 à 7 étages de pétales), nettement bilabiées et duvetées, gonflées en double-sphère. Ses fruits gris et lisses, mesurant 2 à 2,5 mm sont des akènes (ne contiennent qu’une seule graine).

Cycle de développement de cette adventice

Le lamier pourpre se reproduit par production de graines et grâce à ses tiges traçantes.

La germination du lamier pourpre a lieu toute l’année, il pousse à l’automne et en hiver, couvrant le sol, et sa période de floraison court généralement de mars à octobre (mais on observe des floraisons, selon les régions et les sources, de février à décembre).

La levée du lamier pourpre a lieu surtout au printemps et chaque plante produit de 60 à 300 graines, dont la période de dormance dans le sol peut aisément atteindre les 8 à 9 ans de viabilité, témoignant d’une importante persistance du stock semencier.

Les types de cultures touchées

Le lamier pourpre envahit volontiers les parcelles riches en azote et les cultures sarclées estivales (tournesol, soja, sorgho, maïs…) et les cultures de printemps et d’hiver, dans toutes les régions de France où les conditions optimales de développement de l’adventice sont réunies.

Les dégâts causés par le lamier pourpre

Très répandu dans de nombreuses cultures, le lamier pourpre ne fait cependant pas l’objet d’études approfondies sur les dégâts qu’il peut causer, mais le seuil de nuisibilité sur le rendement des cultures touchées est atteint dès que sa présence dépasse les 10 plants au m².

Quand et comment intervenir contre le lamier pourpre

Le meilleur moyen de se débarrasser durablement du lamier pourpre sur les cultures envahies est l’utilisation d’herbicides adaptés aux cultures en place.

En cas d’impossibilité d'épandage de produits phytosanitaires, d’autres leviers agronomiques ont également prouvé leur efficacité :

  • la rotation des cultures avec l’introduction d’une culture d’été dans la rotation permet de briser le cycle de développement de cette adventice et de faire diminuer sa pression sur la culture d’hiver touchée ;

  • la limitation des cultures d’hiver sur la parcelle diminue la prolifération du lamier pourpre ;

  • les faux-semis au début de l’automne (en octobre) réduisent efficacement la levée du lamier pourpre ;

  • le désherbage mécanique à la herse étrille et à la houe rotative donne d’excellents résultats contre l’adventice, particulièrement lorsque celle-ci n’est qu’au stade de plantule.

Au contraire, le labour du sol présente le risque de faire remonter à la surface les graines en dormance dans le sol et de permettre leur germination en grand nombre.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_jeunes_pousses

    Herbicides céréales, des adjuvants pour sécuriser l'efficacité

    De plus en plus utilisés, les adjuvants optimisent l’efficacité des herbicides en affinant ses caractéristiques physiques et chimiques aux besoins de chaque par...

  • Home_ma_s_avec_enrouleur

    Ravageurs, comment protéger ses semis de maïs sans néonicotinoïdes

    L’interdiction des néonicotinoïdes, insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, demande de repenser la protection des jeunes plants de maïs. Cel...

  • Home_sous-le-hangar

    Sous le hangar, prime au débit de chantier chez Alexandre et Jean-Baptiste de Meulenaere

    En 2007, sur la base de leur ferme familiale de Seine-et-Marne dans la Brie, les jumeaux de Meulenaere ont entamé une belle aventure, celle de la prestation de services en a...

  • Home_moissonneuse-batteuse-1

    Moissonneuses-batteuses, les 40 bougies des Axial-Flow

    Case IH fête le 40e anniversaire des Axial-Flow, inaugurant le battage non conventionnel au moyen d’un rotor longitudinal. Un système qui a fait des émules. En 1...

  • Home_horsch_terragrip

    Indéracinable déchaumage

    Les objectifs assignés au déchaumage ne souffrent guère de remise en question. Mais la pratique mérite toujours un examen au cas par cas, à l’aune des deux famille...

  • Home_fertilisation_azot_e_bien_ajust_e

    Fertilisation azotée bien ajustée, taux de protéines amélioré

    Les blés français ne se distinguent pas toujours par l'excellence de leurs taux de protéines. Si ce taux dépend grandement de la météo, une fertilisation azotée bi...

  • Home_colza_fleurs

    Le cas des semences de colza contaminées par des OGM

    Au nom de la tolérance zéro, la détection d’une contamination de semences par des OGM a entraîné la destruction de 17000 hectares de colza. Au-delà du débat sur ...

  • Home_limace_noire_au_bord_d_un_champ_de_c_r_ales

    Limaces, tous les leviers pour une lutte efficace

    Pour empêcher les limaces de mettre à mal les jeunes cultures, les pratiques agronomiques se combinent à une protection phytosanitaire, renforcée par l’arrivée sur...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit