Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4108 MembresCréer un compte

Le déchaumage, un désherbage qui améliore la qualité des sols

Découvrez agri-meteo
Home_big_d_chaumage

Le déchaumage apparaît comme une opération culturale importante, et représente pour les agriculteurs une alternative intéressante à l’utilisation des herbicides non sélectifs. Voici quelques éléments fondamentaux pour mieux connaitre cette technique agronomique.

Qu'est ce que le déchaumage ?

Le déchaumage est une intervention mécanique consistant à enterrer les chaumes, les résidus de récolte, les plantes adventices et les graines sous la surface. Cette technique s’est développée à la fin du XIXe siècle au moment de la démocratisation de la charrue, remplaçant la culture à bras et préparant l’essor des tracteurs.

Les déchaumeurs entrent en action aux mois d’août et septembre, après la récolte et avant la grenaison. Il faut prévoir plusieurs passages successifs. L’enfouissement, dans cette opération, est superficiel : moins de 5 centimètres pour les faux-semis, 20 centimètres maximum pour déraciner les adventices et les vivaces.

Le déchaumage n’est pas une opération culturale anodine. Elle demande un travail important, la une attention aux conditions météorologiques et une connaissance précise de la flore (durée de conservation, période de levée, etc.).

Quels avantages pour le déchaumage ?

Le déchaumage a pour but de créer des conditions favorables pour la culture suivante. On peut dénombrer trois avantages principaux.

Le premier est de détruire les mauvaises herbes et les repousses indésirables, et de réduire la population de limaces.

Le second consiste à diminuer la quantité des graines présentes au sol. On parle de technique du « faux-semis ». Pour la pratiquer, le déchaumage est peu profond : 2 à 5 centimètres (sinon, les graines pourraient entrer en dormance). Les graines germées seront détruites au passage suivant.

Le dernier bénéfice du déchaumage est l’amélioration des sols, grâce à la répartition et à la décomposition des résidus et des matières organiques. En outre, il préserve le sol de l’assèchement.

Quels types de déchaumage ?

Plusieurs types de déchaumage peuvent être pratiqués, en fonction du résultat agronomique attendu. En voici une typologie, de l’action la moins profonde à la plus profonde :

- Le déchaumage très superficiel (1 à 3 centimètres) pour fractionner et répartir les pailles ;
- Le déchaumage superficiel (2 à 5 centimètres) pour créer un faux-semis favorable à la levée des graines, avec de de la terre fine, en privilégiant de la matière sèche et en exerçant une pression à la surface ;
- Le déchaumage intermédiaire (5 à 8 centimètres) pour détruire la plus grande partie des adventices ;
- Le déchaumage profond (10 à 20 centimètres) pour détruire les vivaces.

Quels outils pour déchaumer ?

Plusieurs outils répondent aux besoins des agriculteurs, qui devront les sélectionner en fonction du type de sol et des conditions météorologiques.

Il est à noter qu’il n’existe pas de déchaumeur « à tout faire ». Voici les déchaumeurs principalement utilisés :

- Le pulvériseur à disques, aussi appelé cover-crop. Robuste et efficace, c’est le déchaumeur le plus polyvalent. Il convient à tous types de sols, sauf les plus caillouteux. On privilégie son utilisation en conditions sèches.


- Le déchaumeur à disques indépendants. D’apparition récente, il se distingue par la possibilité de régler l’angle de chaque disque (ce qui demande une mise au point préalable). Il est adapté au travail intermédiaire et en profondeur. La vitesse d’utilisation est bonne.


- Le déchaumeur à dents, aussi appelé néodéchaumeur. Simple d’utilisation, il autorise un travail à vitesse élevée pour fractionner la paille, ameublir la terre, déraciner. Les dents s’usent relativement vite. Il serait idéal d’alterner l’utilisation du déchaumeur à disques (pour couper les adventices) et à dents (pour déraciner).


- La herse. Outil économique et solide, assurant une forte vitesse de travail, elle présente l’inconvénient de devoir faire plusieurs passages pour détruire les adventices. Mais elle travaille tous les sols, même caillouteux.
 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 4
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

Découvrez agri-meteo
  • Vous aimerez également
  • Home_colza

    Phoma sur colza, comment le repérer et le combattre ?

    Le phoma est une maladie cryptogamique particulièrement dommageable pour les cultures de colza, provoquée par un champignon, le leptosphaeria maculans. Cette ma...

  • Home_orge

    Jaunisse nanisante de l'orge (JNO), comment la repérer et la combattre ?

    Maladie virale végétale, la jaunisse nanisante provoque une altération majeure chez les céréales de la famille des graminées et en p...

  • Home_champ_de_pommes_de_terre

    Le guide des maladies de la pomme de terre

    Les pommes de terre sont sujettes à plusieurs maladies dont la plus redoutable est le mildiou. Mais alternariose, rhizoctone et gale argentée sont aussi des inf...

  • Home_tournesol

    Orobanche sur tournesol, comment le repérer et le combattre ?

    Phénomène parasitaire très récent en France, l’orobanche est apparue dans les champs de tournesol de l’Ouest et du Sud-Ouest de l&rsqu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro