Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4228 MembresCréer un compte

Le bien manger de la ferme bio lancé par le financement participatif

Home_big_ferme_des_ptits_bilounes

Ils sont citadins et pourtant ils viennent de reprendre une ferme dans le Beaujolais. Située entre Lyon et Mâcon l’exploitation connaît un tel succès qu’ils font appel au financement participatif pour assurer son développement.

C’est une histoire peu commune. A 29 et 43 ans, Marion Brandon et Giordano Corti sont de purs citadins et, malgré tout, ils viennent de reprendre une fromagerie-chèvrerie qui jouit depuis longtemps d’une belle réputation aux portes du haut Beaujolais, et à quelques encablures du site de Solutré, aux confins du Rhône et de la Saône-et-Loire, dans le petit village de Cenves. Mais si la ferme bio des P’tits Bilounes est devenue leur nouveau domaine, ce n’est pas non plus par hasard.

Augmenter la production grâce au financement participatif

Il faut dire que Marion Brandon a étudié dans le milieu agricole, avant d’être salariée d’une coopérative agricole en France pendant cinq ans, puis dans l’agro-tourisme en Italie. C’est là que naît ce projet de vie qui a donc trouvé son apogée avec le début de la production le 28 août dernier. Puisque, pour le couple, l’appel de la nature, des animaux et des grands espaces s’est révélé le plus fort. Et leur démarche s’avère payante dans la mesure où elle rencontre déjà le succès. Les clients continuent en effet de se bousculer pour acheter leur fromage en direct et les restaurateurs du secteur les sollicitent également. Un peu trop même sans doute. Le couple s’est en effet très vite aperçu que, seules, leurs sept chèvres ne suffisaient pas à honorer toutes les commandes.

« On n’arrive pas à contenter tout le monde. On a plus de clients que de fromage ! » appuie Marion Brandon. Voilà pourquoi ils font appel au financement participatif à partir de la plateforme Miimosa. De manière à acquérir une vingtaine de chèvres supplémentaires et donc à augmenter la production de lait qui devrait atteindre 100 litres au printemps prochain, contre seulement 15 litres aujourd’hui. Mais de manière globale cette reprise va leur permettre aussi de moderniser leurs installations en construisant un nouveau bâtiment qui respectera toutes les normes de production et d’hygiène et qui disposera de panneaux solaires sur le toit. Cette réalisation vertueuse représente un investissement total de 350 000 €, consenti notamment grâce à une aide de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

« Ils partagent nos préoccupations pour des produits vrais »

De la sorte le couple est fier à l’idée de penser qu’il pourra maintenir l’activité des chevriers historiquement implantée dans la commune. « Et puis notre optique c’est le bien manger. Nous proposons des produits de qualité, en élevant nous-mêmes nos animaux. Nous sommes déjà satisfaits de voir que les gens reviennent parce qu’ils sont contents de ce que nous faisons » poursuit Marion Brandon qui répète à l’envi que l’été prochain, ils souhaitent se diversifier avec des glaces au lait de chèvre et proposer également au public de participer à la vie de la ferme, pendant une journée.

Pour l’heure Marion et Giordano sont accompagnés par les cédants qui leur font bénéficier de leur expérience pendant un an. A Marion Brandon et Giordano Corti, Anne-Marie et Thierry Douard cèdent également les 40 hectares de terrains. Une transmission qu’ils font, lassés par les tracas administratifs. « On l’a décidé il y a déjà cinq ans et pour diverses raisons cela ne s’est pas fait. Aujourd’hui nous sommes soulagés que Marion et Giordano soient là, pour l’agriculture et la poursuite de ce petit élevage ! » appuie Anne-Marie Douard. « D’ailleurs notre idée c’était bien d’installer des jeunes qui partagent notre savoir-faire et nos préoccupations pour réaliser des produits vrais et authentiques. » Du reste les nouveaux propriétaires entendent se hâter pour la réussite de leur entreprise. Car pour l’heure, ils ne peuvent se verser de revenus.
 

En savoir plus : https://www.miimosa.com/fr/projets/des-chevres-pour-relancer-la-ferme-des-ptits-bilounes (pour retrouver le financement participatif sur Miimosa en faveur de l'expansion de la ferme de Marion Brandon et Giordano Corti) ; https://www.facebook.com/La-Ferme-Des-Ptis-Bilounes-653440491703099 (page Facebook de la ferme).
 

Ci-dessous, c’est cette fromagerie-chèvrerie dans le haut Beaujolais que Marion Brandon et Giordano Corti (ici à gauche) reprennent à Anne-Marie et Thierry Douard.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 4
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Morineau-Cooks Christophe
Thumb_cmc

Journaliste professionnel depuis 25 ans. Toulousain, reporter dans de grands quotidiens régionaux du nord de la Loire et la radio. Aujourd'hui de retour à To...

  • Vous aimerez également
  • Home_agriculture_urbaine_insertion_2

    Quand l'agriculture urbaine devient un levier pour l'insertion

    Le développement de l’agriculture urbaine offre des oportunités que l’on n’aurait pas soupçonnées. Et si la main-d’oeuvre ...

  • Home_gousses_et_graines_de_soja

    "Soja de France" représentera la moitié de la production intérieure d'ici 2025-2030

    Terres Univia booste la relance de la culture de soja en certifiant "soja de France" la moitié de la production française d’ici 2025-2030. L&rsq...

  • Home_port_c_r_alier_mer_noire

    Pays-Bas, Belgique et Algérie, la concentration des exportations françaises de blé inquiète

    Notre pays profite marginalement de l’accroissement mondial des échanges commerciaux de céréales entre les cinq continents. Les pays du bassin de l...

  • Home_c_r_ales_paysage_argentine

    Marchés mondiaux des céréales, le retour en fanfare de l'Argentine

    Récolté au début de l’été austral, le blé est une manne financière aussi bien pour les céréaliers argenti...

  • 2Commentaire
  • #1

    Un pays en faillite, la bouffe, la fête et les vacances. Avec 2300 milliards de dette et une balance commerciale déficitaire structurellement , je ne sais combien de temps çà peut durer..

  • #2

    7 chèvres, 20 chèvres, 15 litres de lait, 100 litres de lait... un financement participatif pour faire des aménagements à hauteur de 350000 euros ! C'est pour rigoler cet article...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro