Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4283 MembresCréer un compte

L'atomaire de la betterave

Home_big_betteraves

L’atomaria linearis est un insecte coléoptère phytophage (herbivore) réputé pour se muer en ravageur de la betterave sucrière par les morsures (pour nutrition) qu’il inflige aux jeunes plants.

A taille adulte, légèrement aplati, il mesure un peu moins de 2 centimètres, d’une couleur brune rougeâtre ou brun foncé.

Le pronotum (face dorsale du prothorax) est reconnaissable par sa forme carrée. Ses ailes supérieures (élytres) sont dures et cornées, protégeant l’aile intérieure.

L’œuf (0,5 millimètres) et la larve (2,5 millimètres) sont blanchâtres.

L’atomaire est présent dans toute l’Europe. En France, il est surtout référencé dans le Centre et le Nord. Il est observé dans toute la Belgique.

L’insecte évite les terrains sablonneux.

Cycles du développement de l’atomaria linearis

Après avoir hiverné dans le sol ou dans les débris de culture jonchant la terre, les atomaires de la betterave réapparaissent au printemps. L’envol vers les champs de betteraves va principalement s’effectuer fin avril début mai. Une période qui correspond également à l’accouplement.

Les pontes seront effectuées durant l’été ; il n’y a qu’une seule génération par année.

Chacune des femelles est capable de produire une vingtaine d’œufs, qui au bout d’une petite semaine donneront des larves. Cette dernière est également nuisible puisqu’elle ronge les racines secondaires de la plante (radicelles).

Comme l’atomaria linearis craint fortement la chaleur, il peut soit vivre dans les parties supérieures des végétaux si les conditions lui sont favorables ; a contrario, il va se réfugier dans le sol en cas de temps chaud et sec.

Les types de cultures touchées

L'atomaria linearis vise principalement les végétaux de la famille des chenopodiaceae, qui regroupe en son sein près de 1 500 espèces. On y trouve notamment l’épinard, les salicornes, les betteraves, l’épinard ou encore les choux. L’insecte s’attaque indifféremment aux variétés cultivées ou sauvages.

Les dégâts causés par l'atomaria linearis

Selon les conditions météorologiques et donc le refuge des atomaires, les dégâts seront ciblés : aériens ou souterrains.

Par temps chaud et sec, l’insecte va creuser dans le sol de petites galeries et s’attaquer en particulier aux radicelles et à la partie supérieure de l’embryon enterrée (tigelle). Dans le cas d’un climat doux et modéré, l’atomaria linearis se ballade en surface. Ses morsures vont toucher les cotylédons et le pédoncule.

Dans les cas les plus graves, les plants touchés peuvent tout simplement périr. Dans la plupart des cas d’attaques souterraines, c’est la levée qui est perturbée. Et la récolte altérée.

Quand et comment intervenir contre ce ravageur ?

Les morsures de l’insecte sont repérables au niveau du sol : de petites taches noires apparaissent. Sur les feuilles, ces morsures sont symétriques. L’observation est primordiale jusqu’au stade 2 de la plante.

Parmi les mesures préventives, en cas de présence avérée d’une infestation l’année précédente, il est fortement déconseillé d’enchainer par une seconde saison de culture de betteraves, afin d’éviter des dégâts plus graves. Une mesure qui s’applique également avec la culture d’épinard.

L’élimination des résidus de culture fait partie des mesures agronomiques indispensables à la lutte.

La lutte prophylactique est envisageable par le biais d’insecticides à pulvériser avant ou pendant le semis. Il est également possible d’appliquer un produit jusqu’au stade 2 des feuilles. Le passage au stade 2/4 feuilles garantie la survie de la plante qui sera moins sensible aux attaques une fois ce cap franchi.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_renou_e_persicaire

    La renouée persicaire

    Du latin polygonum persicaria, cette plante herbacée annuelle dicotylédone, également connue sous les noms de Pied-rouge et Fer à cheval, appartie...

  • Home_moutarde_des_champs

    La moutarde des champs

    Du latin sinapis arvensis, cette plante herbacée annuelle dicotylédone, originaire des régions méditerranéennes, appartient à la fam...

  • Home_lamier_pourpre

    Le lamier pourpre

    Connu également sous le nom d’ortie rouge, le lamier pourpre (du latin : lamium purpureum) est une plante herbacée annuelle dicotylédone appartenan...

  • Home_ma_s_avec_enrouleur_

    Le chénopode blanc

    Tirant son nom du latin chenopodium album, cette plante herbacée annuelle dicotylédone appartient à la famille des Chénopodiacées. Originai...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro