Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

L'animalisme, entre empathie et confusions

Home_big_francis_wolff_-_danielle_even_-_yves_fantou_

Comment comprendre le mouvement animaliste, qui prône l'égalité entre l'homme et l'animal, quand on est éleveur ? Les réponses du philosophe Francis Wolff.

A l'occasion de l'assemblée générale de l'association Agriculteurs de Bretagne, le philosophe Francis Wolff faisait le point sur le mouvement animaliste, ses origines et ses implications. « J'ai vu naître le mouvement animaliste », a-t-il raconté au cours de cette assemblée générale, qui s'est déroulée à Carhaix (Finistère) le 27 mars dernier. « Il a émergé dans les campus américains, a traversé l'Atlantique jusqu'aux universités européennes et s'est ensuite diffusé dans le grand public. »

Philosophe, professeur émérite à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm, Francis Wolff est l'auteur de Trois utopies contemporaines, un ouvrage dans lequel il décrypte le mouvement animaliste. Défini comme l'idée que les animaux devraient avoir les mêmes droits que les humains, l'animalisme nie l'existence d'une différence entre l'homme et l'animal. Il mène logiquement au véganisme. Il s'agit, selon Francis Wolff, d'un mouvement jeune, porté par une empathie considérable, mais fondé sur plusieurs confusions.

Les confusions à l'origine du mouvement

La première confusion concerne la définition de « l'animal » : depuis les coraux jusqu'aux chimpanzés, la différence est considérable, nous n'avons donc pas la même relation. Si l'on restreint aux seuls mammifères, nous n'avons pas non plus la même relation avec les animaux sauvages, les animaux de rente et les animaux de compagnie.

La deuxième confusion vient de l'éloignement avec le quotidien de l'élevage. Majoritairement citadins, les tenants de l'animalisme projettent ce qu'ils savent de leur chien ou de leur chat sur les animaux de ferme, sans percevoir la différence. Enfin, la biologie a montré qu'il y avait génétiquement peu de différences entre l'homme et l'animal, contribuant à brouiller des limites qui étaient auparavant clairement définies.

Pour Francis Wolff, l'animalisme a pu se développer parce que le contexte était favorable. « L'utopie politique s'est écroulée », explique-t-il. L'idée nouvelle est que l'animal est le nouveau prolétaire du monde contemporain et que la domestication est un asservissement. Ces arguments, qui concernaient autrefois l'homme, se retrouvent appliqués à l'animal. On voit en lui une victime.

Les limites du mouvement

Examinée en détails, l'idéologie animaliste montre rapidement ses limites. L'objectif est en effet d'instaurer l'égalité entre tous les êtres vivants, en prenant modèle sur les droits de l'homme. Mais il se heurte aux réalités de la pyramide alimentaire : si le renard a le droit de vivre, alors le lapin ne l'a pas, et inversement. Il y a donc une impossibilité. En outre, la « libération » des animaux, telle qu'elle est envisagée, n'a guère de sens. Fondée sur l'idée que la nature est naturellement « bonne et accueillante », elle ne tient pas compte du fait que les animaux d'élevage sont anthropisés et donc dépendants de l'homme. Francis Wolff souligne en outre le fait que la suppression de tout produit d'origine animale dans l'alimentation est un « saut dans le vide nutritionnel », sur lequel nous n'avons pas de recul à ce jour. « Difficile de se passer d'une béquille chimique. »

Nos devoirs envers les animaux

Pour Francis Wolff, il faut distinguer différents types de devoirs vis-à-vis des animaux, en fonction de leur statut. Par rapport aux animaux de compagnie, nous avons une obligation de fidélité : il y a un échange de soins contre l'affection donnée par l'animal. A l'inverse, avec les animaux sauvages, notre devoir est de respecter leur milieu sans intervenir. Et quant aux animaux de rente, nous leur devons la protection contre les prédateurs et les maladies, en plus de la nourriture. Tout cela vient en échange des produits qu'ils procurent ; c'est un contrat moral. Mais l'homme doit, dans tous les cas, assumer ses responsabilités en tant que super-prédateur.

Pour lui, le véganisme est une mode qui apparaîtra probablement désuète un jour. Il s'est en effet nourri de la confusion entre véganisme et écologie, entre « welfarisme » (bien-traitance de l'animal) et abolitionnisme (disparition de l'élevage). « Le jour où cette ambiguïté apparaîtra au grand jour, la bulle éclatera ». Il affirme cependant que le souci de l'animal et de son bien-être, lui, persistera. Il correspond à une demande sociétale dont les éleveurs doivent tenir compte.
 

En savoir plus : http://www.franciswolff.fr (site internet de Francis Wolff).
 

Ci-dessous, lors de l'assemblée générale de l'association Agriculteurs de Bretagne, Francis Wolff (à gauche), Danielle Even (présidente d'Agriculteurs de Bretagne) et Yves Fantou (président d'Interbev Bretagne).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 3
  • 14
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Bordon Emmanuelle
Thumb_dsc_0161

Ingénieure agronome par ma formation, je n'aime rien tant que d'écrire sur l'agriculture et sur ceux qui la font.

  • Vous aimerez également
  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • Home_limousines__archives_

    Les effectifs en élevage bovin viande en diminution

    L’Institut de l'élevage ne dénombre plus que 58 000 ateliers de vaches allaitantes en France dont les effectifs ne progressent plus pour compense...

  • Home_accord_mercosur

    Viande bovine, la crise économique au Brésil rend l'accord de libre-échange plus menaçant

    Pour exporter sa viande bovine, le Brésil a de plus en plus intérêt à ce que l'accord de libre-échange Europe-Mercosur soit ratifi&eacut...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit