Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Lait, l'Allemagne cible les aides d'investissements, la France les essaime

Home_big__leveur_laitier

Comment les gouvernements européens interviennent-ils pour soutenir leurs éleveurs laitiers ? Comparaison entre les principaux pays.

Des pans entiers de la politique agricole commune restent nationaux. Entre les marges venues des règles de subsidiarité et les mesures qui relèvent de la compétence des Etats, de fortes disparités demeurent entre les agriculteurs dans la façon d’exercer leur activité. Les différentes politiques de soutien à l’investissement sont des exemples flagrants.

Essaimer les aides à l’investissement ou les concentrer sur un nombre réduit d’exploitations ? En production laitière, la Bretagne a opté, entre 2007 et 2013, pour la première stratégie, tandis que la Basse Saxe a choisi la seconde. Et au final, ces choix politiques se traduisent par des modèles et des systèmes de production forts différents.

Toutes les conditions étaient alors réunies pour favoriser le développement d’entreprises saxonnes de grande dimension, performantes, aidées par une réglementation environnementale lâche.

En Basse Saxe, la liste des matériels éligibles aux aides est plus étoffée et le plafond des subventions est plus important qu’en France. Aussi, la dotation moyenne allouée aux éleveurs français pour moderniser les bâtiments d’élevage étaient de 14 500 € pour un projet de 75 000 €. En Allemagne, les 272 millions d’euros réservés pour les filières animales ont permis de financer des projets subventionnés à hauteur de 75 000 € pour un niveau de soutiens au final équivalent.

Certes l’Allemagne a été rappelée à l’ordre par la Commission européenne pour être un plus vertueuse au niveau environnemental, mais il n’est pas question de remettre en cause sa politique laitière. Les critères restrictifs du nouveau programme d’investissement du Feader pour 2014/2020, dorénavant réservé aux exploitations de moins de 300 vaches visent seulement à corriger le tir en limitant l’accroissement de la taille des exploitations.

C’est donc en position de force, avec une longueur d’avance sur ses partenaires européens, et français en particulier, que l’Allemagne entame l’avenir. La transposition des règles environnementale restera moins contraignante qu’en France, semble-t-il.   

Plus au nord

Aux Pays Bas, la fin des quotas a libéré des capacités d’investissement. Depuis 2005, les éleveurs ont eu les moyens d’accroitre leur production de lait en consacrant les fonds auparavant destinés à acheter des quotas (jusqu’à 2 €/l) à la construction de bâtiments plus modernes et surtout plus grands pour livrer plus de lait. Les dépassements de quotas étaient ces dernières années systématiques car les montants des pénalités n’étaient plus dissuasifs.

En 2015, la production de lait est supérieure de 30 % à celle de 2005. Et les litres livrés en plus ont coûté moins chers à produire que les quantités de lait soumises au régime marchand des quotas.

Aux Danemark, le gouvernement intervient pour restructurer financièrement le capital des exploitations et leurs dettes qui dépassent parfois le montant des actifs. Les crédits du second pilier de la Pac financeront les programmes de relance des investissements avec un taux de subvention de 40 %.

Par ailleurs, un fonds de pension de 3 milliards de couronnes (plus de 400 millions d'euros), abondé à hauteur de 25 % par le budget du gouvernement, sera créé. Comme il servira d’apport à la reprise de fermes, il diminuera le poids des dettes des nouveaux installés. L’intervention du gouvernement danois est capitale car le gigantisme des exploitations fragilise leur pérennité en période de crises.

Des taux de subvention équivalents

Cinquante années de Pac n’ont donc pas permis de bâtir une politique d’investissements européenne homogène. Elles ont même créé de nouvelles disparités entre les producteurs de lait des différents états membres!

Les programmes de développement agricole reposent sur des objectifs communs (compétitivité, restaurer et préserver des écosystèmes, améliorer la viabilité des exploitations, promouvoir l’utilisation efficace des ressources et favoriser la transition vers une autonomie plus forte des exploitations) mais leur traduction nationale n’a pas toujours été fidèle dans l’esprit.

Les nouveaux programmes de développement rural pour 2014-2020 vont tenter de réduire ces disparités. En France, le niveau moyen d’aides par projet devrait doubler et passer à 30 000 € car le montant de l’enveloppe du plan de compétitivité va passer à 350 millions d’euros par an. Mais l’essaimage restera la règle : jusqu’à 31 % des exploitations françaises bénéficieraient, selon les régions, d’un plan de modernisation contre 8 % au Danemark et 10 % en Basse Saxe.

Mais ramenés à la vache, les taux de subvention seraient très proches. Aux Pays-Bas, l’aide à l’investissement serait équivalente à celle allouée dans les Pays de la Loire (environ 52 €). Mais 26 % des exploitations ligériennes  percevraient des aides à l’investissement contre 4% aux Pays-Bas.

Mais en France, la multiplicité des programmes de développement rural régionaux rendent par ailleurs leur comparaison plus difficile. « Il semble qu’un projet d’agrandissement assez standard ne sera pas traité de la même façon dans les différentes régions françaises, et que des projets particuliers trouveront plus ou moins d’écho et donc de soutien dans les programmes régionaux. C’est l’effet des pouvoirs confiés aux régions », souligne l’Institut de l’élevage.

 

Notre photo ci-dessous est issue du site Fotolia. Lien direct : https://fr.fotolia.com/id/79867976.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_bovins_bre_sil_ne_lores

    Filières bovines, le Mercosur et la Chine interdépendants

    A l’export, plus de 55 % des viandes expédiées d'Amérique du sud étaient destinées à la Chine l’an dernier. Les autr...

  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des explo...

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit