Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5067 MembresCréer un compte

La très faible récolte de maïs en France contraste dans un monde d'abondance

Home_big_mais

La production de maïs français de 11,8 millions de tonnes est fortement concurrencée par les autres céréales fourragères et surtout par les quantités inégalées de maïs disponibles sur le marché mondial.

Il y a un score dont les producteurs français de maïs se seraient bien passés. La campagne de 2016 s’inscrit dans la lignée de 2015 mais en pire ! La récolte française de maïs est, cette année, à la fois faible en quantité (11,8 million de tonnes) et difficile à écouler. Les débouchés sont en effet réduits. Le maïs français est en compétition avec les quantités significatives de blé fourrager disponibles en France et sur le marché européen. Et comme aucune taxe à l’importation n’est appliquée sur le marché européen, compte tenu du niveau des cours actuels, les maïs ukrainiens concurrencent aisément les grains français. Or les productions américaine et ukrainienne sont particulièrement abondantes et au printemps prochain, des récoltes argentine et brésilienne importantes, sont attendues.

« Toutefois, une petite opportunité à l’export est cependant à saisir en cette fin d’année en raison des problèmes logistiques rencontrés aux Etats Unis et en Ukraine, analyse Alexandre Boy d’Agritel. Mais au début de l’année prochaine, la concurrence des maïs importés pèsera plus lourdement sur le marché européen et concurrencera l’offre française. »

En effet, toujours selon Alexandre Boy d’Agritel, le gouvernement ukrainien a réduit les capacités d’acheminement des céréales par camions. Obsolètes, les infrastructures routières ukrainiennes se détériorent très vite sous le poids excessif des camions surchargés.

Des stocks de report à relativiser

Aux Etats-Unis, la priorité est la livraison de soja. La forte demande de la Chine et accessoirement des autres pays importateurs, obligent les ports à charger en priorité les cargos en graines de soja et à restreindre l’affrètement en maïs faute de quais disponibles ; ce qui réduit l’offre disponible et peut créer quelques tensions sur les cours.

Cette année, la production mondiale de maïs a augmenté de 65 millions de tonnes par rapport à 2015 pour atteindre 1,035 milliard de tonnes tandis que celle de l’Union européenne plafonne à 58,5 millions de tonnes (Mt). Outre la France, la production a significativement baissé en Bulgarie, en Roumanie mais elle a augmenté en Pologne et elle s’est maintenue dans les autres pays d’Europe centrale.

Les bonnes récoltes de maïs vont stimuler la consommation mondiale (+ 54 Mt) et vont atténuer, par contrecoup, l’augmentation des stocks. Mais la campagne prochaine commencera avec des stocks de report supérieurs de 23 Mt en maïs et en blé par rapport à l’an passé, ce qui pénalisera encore les producteurs en termes de prix, sauf accident climatique à l’entrée de la nouvelle campagne.

Toutefois, sur les 221 Mt de stocks de report de maïs attendus, seul la moitié est disponible puisque la Chine en détient plus de 100 millions de tonnes. Aussi, l’importance des stocks mondiaux de maïs est à relativiser (ils ne représentent pas plus de 14 % de la production mondiale hors Chine).

Alexandre Boy souligne aussi la forte résistance, depuis deux ans, des agriculteurs ukrainiens et russes face à la dégradation des conditions de leurs échanges commerciaux : les dévaluations du rouble et de la hryvnia (monnaie ukrainienne) ont renchéri les coûts des intrants importés mais accru les prix des grains payés aux producteurs. De plus, les bonnes conditions climatiques ont compensé le renchérissement du prix des fertilisants.

Le retour des pays producteurs sud-américains

« En Argentine, le nouveau régime politique libère les capacités de production et d’exportation des céréaliers, ce qui conduira à un accroissement des mises en marché pour le maïs. Et au Brésil, les conditions climatiques vont semble t-il revenir la normale et permettre d’augmenter la production », ajoute l’expert.

Dans ces conditions, la France fait vraiment pâle figure face à ces marchés d’abondance. Les maïsiculteurs ont encore cumulé cette année les malchances : semis dans des conditions trop humides puis sécheresse estivale ; autant de facteurs qui ont pénalisé leurs récoltes.

Contrairement à 2009, la parité de l’euro ne pénalise pas davantage les cours européens déjà faibles. Mais selon Alexandre Boy, l’élection de Donald Trump, le nouveau président américain, pourrait modifier les parités monétaires et faire évoluer dans un sens ou dans l’autre les prix des grains.

En savoir plus : http://www.igc.int/downloads/gmrsummary/gmrsummf.pdf (rapport du conseil international des céréales) ; http://www.franceagrimer.fr/content/download/47730/457421/file/pres_conj_CSC_121016_V2.pdf (rapport du conseil spécialisé céréales de France Agrimer) ; http://www.franceagrimer.fr/content/download/48068/460874/file/Bilans1617_Envoi_161109.pdf (bilan prévisionnel des maïs).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • Home_culture_de_manioc

    Le manioc et l'arachide contribuent à l'équilibre des marchés céréaliers

    309 millions de tonnes de manioc sont produites dans le monde et destinées essentiellement à la consommation locale. La production mondiale d’arachides (4...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit