Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4283 MembresCréer un compte

La rouille de la betterave

Home_big_betterave

La rouille de la betterave est une maladie provoquée par le champignon uromyces betae (de la famille des basidiomycètes) qui s’attaque principalement aux feuilles et se manifeste par l’apparition de pustule orangés, d’où la référence à la « rouille ».

Elle ne constitue pas une maladie rédhibitoire pour la betterave puisque son impact reste assez faible sur une récolte et n’engendrera que très rarement des pertes supérieures à 5 % d’une récolte (10 à 15 % des racines). Mais cette rouille nécessite toutefois d’être contrôlée pour éviter une contamination majeure qui pourrait causer des dégâts qualitatifs, notamment en termes de pureté de jus et de teneur en sucre.

Voir : les maladies de la betterave

Quels sont les symptômes de la rouille de la betterave ?

C’est une maladie assez simple à détecter. Les pieds de betteraves atteints par cette infection cryptogamique se couvrent de pustules au printemps (écidiospores) de couleur orangé à brun, de chaque côté des feuilles. Des pustules qui peuvent libérer une poudre aux tons roux quand vient l’été (urédospores). Dans des cas de contamination avancée, il est possible de distinguer sur les feuille d’un dépôt plus régulier et lisse. Ce sont les filaments mycéliens qui s’introduisent dans les feuilles par les stomates (orifices permettant l’oxygénation des plantes).

La maladie entraîne le dessèchement et le flétrissement des feuilles.

Quels sont les facteurs favorables au développement de la rouille de la betterave ?

Les printemps doux et humide suivis d’été également humides sont des périodes de prédilection pour le développement du champignon Uromyces betae.

L’action combinée du vent et de la pluie vont également permettre une dissémination des spores vers d’autres plantes.

L’excès d’azote est également un facteur favorable au développement de la rouille de la betterave.

La période de présence de la rouille de la betterave

Les feuilles de betterave sont généralement infectées à partir du printemps mais il peut être observé des attaques plus tardives en août.

Les betteraves vont s’avérer sensibles aux contaminations la rouille jusqu’aux stades 4 à 6 feuilles.

La propagation de la maladie se fait par l’intermédiaire des spores sexués et asexués qui enchainent les fructifications environ tous les quinze jours jusqu’à la fin de l’été.

Quand l’hiver arrive, les dernières générations de spores (téleutospores) s’adaptent en devenant plus résistants au froid. Ce sont eux qui passeront l’hiver avant de réenclencher la sporulation au printemps.

La rouille de la betterave est présente sur tout le territoire français, mais les zones maritimes sont plus fortement touchées.

Les solutions agronomique et phytosanitaire pour l’empêcher

Il est indispensable d’éliminer les résidus de culture sur parcelles et aux abords puisque les spores sont capables de s’y réfugier et d’y rester durant près de deux ans.

Comme évoquer plus haut, il est déconseillé de répandre trop fortement des engrais azotés, puisque les spores de la rouille de la betterave

Plusieurs fongicides peuvent s’évérer efficaces contre la rouille de la betterave : une action contre la rouille seule n’est pas forcément nécessaire, préférez des produits permettant de combiner des effets contre ramulariose, cercosporiose et oïdium.

Méthode d’observation de la rouille de la betterave

Les symptômes sont clairement reconnaissables à l’œil nu avec ces petites taches de rouilles pouvant envahir complétement la surface des feuilles.

L’observation doit être accentuée jusqu’au stade de 4 à 6 feuilles de la culture (peu importe la date de semi), la plante n’étant plus du tout vulnérable après cette étape.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_renou_e_persicaire

    La renouée persicaire

    Du latin polygonum persicaria, cette plante herbacée annuelle dicotylédone, également connue sous les noms de Pied-rouge et Fer à cheval, appartie...

  • Home_moutarde_des_champs

    La moutarde des champs

    Du latin sinapis arvensis, cette plante herbacée annuelle dicotylédone, originaire des régions méditerranéennes, appartient à la fam...

  • Home_lamier_pourpre

    Le lamier pourpre

    Connu également sous le nom d’ortie rouge, le lamier pourpre (du latin : lamium purpureum) est une plante herbacée annuelle dicotylédone appartenan...

  • Home_ma_s_avec_enrouleur_

    Le chénopode blanc

    Tirant son nom du latin chenopodium album, cette plante herbacée annuelle dicotylédone appartient à la famille des Chénopodiacées. Originai...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro