Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

La renouée des oiseaux

Home_big_renou_e_des_oiseaux

Tirant son nom de l’attirance des oiseaux friands de ses graines, cette plante herbacée annuelle dicotylédone appartient à la famille des polygonacées et doit son nom au latin polygonum aviculare.

Cette adventice est présente dans toutes les régions tempérées du monde et dans toutes les cultures, particulièrement dans les cultures de printemps.

Avec une préférence pour les sols humifères sableux et limoneux, la renouée des oiseaux est une plante nitrophile et rudérale qui apprécie les sols riches en azote et se développe sans difficulté sur les sols tassés et piétinés (chemins, jachères, interstices des pavés en ville…).

A l’état de plantule, la renouée des oiseaux possède une tige et des feuilles alternes glabres, simples, lancéolées et dentées. Ses cotylédons sont linéaires et arrondis à leur sommet. Une fois adulte, la plante est réputée polymorphe et mesure 10 à 60 cm, avec de nombreuses tiges grêles souvent étalées au ras du sol. Enchevêtrée et pourvue de nombreux noeuds caulinaires, elle possède des feuilles lancéolées et elliptiques, avec un court pétiole et une longue gaine membraneuse lacérée en son sommet. Ses bourgeons cotylédonaires et axillaires se développent précocement et ses fleurs blanches ou roses, hermaphrodites et sessiles, sont solitaires ou groupées par 2 ou 4 à l’aisselle des feuilles. Ses fruits sont de forme trigonale, d’un brun terne, et mesurent environ 2,5 mm, marqués de fines stries.

Cycle de développement de cette adventice

La renouée des oiseaux germe de janvier à juin avec une germination superficielle dans les 5 premiers cm, et nécessitant une luminosité suffisante (photosensibilité positive).

La période de floraison court de mai à novembre et la période de maturation de juillet à novembre. La levée est échelonnée et la quantité de graines par plante est considérée comme faible avec 500 à 1000 graines par pied, bien moins que de nombreuses adventices.

La persistance du stock semencier est réputée forte, les graines pouvant rester en dormance dans le sol pendant 6 à 8 années.

Son taux de décroissance annuel (TAD) est de 50 %.

Les types de cultures touchées

Très répandue sur tout le territoire, la renouée des oiseaux est présente dans toutes les cultures, et particulièrement dans les cultures printanières basses à inter-rang large : pois, lentilles, lupin, lin… mais aussi dans les cultures de betteraves.

Elle n’affecte qu’assez peu les cultures d’hiver et d’été.

Les dégâts causés par la renouée des oiseaux

Les problèmes rencontrés par les agriculteurs à cause de la renouée des oiseaux sont essentiellement des difficultés de triage des semences sur les cultures de printemps citées ci-dessus ainsi que dans la luzerne, le trèfle violet et les carottes.

Sa nuisibilité directe et indirecte sur les récoltes reste cependant moyenne.

Quand et comment intervenir contre la renouée des oiseaux

Alors qu’on ne rencontrait la renouée des oiseaux que dans le sud-ouest de la France au début des années 2000, cette adventice occupe aujourd’hui la quasi totalité du territoire.

Plusieurs facteurs ont favorisé sa présence :

  • le labour régulier du sol sur au moins 15 cm de profondeur

  • les rotations de cultures courtes (maïs en alternance avec une céréale d’hiver notamment)

  • le tassement du sol.

Afin de lutter efficacement contre la présence de la renouée des oiseaux sur les parcelles, il existe néanmoins plusieurs leviers agronomiques :

  • limiter les cultures à risques (sensibles aux invasions de graminées) en rotation des cultures, en favorisant les cultures hautes

  • le déchaumage et les faux-semis à la période propice (mars) sont une méthode de lutte efficace

  • l’entretien régulier des abords de parcelles et le nettoyage du matériel réduisent sa prolifération.

Par contre, le désherbage mécanique à la herse étrille n’est efficace qu’au stade de plantule, de même que le labour.

Le décalage de la date des semis n’est absolument pas pertinent pour lutter contre cette adventice.

 
Ci-dessous, renouée des oiseaux (photo Adobe).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_limacapt

    Les nouvelles technologies à la rescousse de la lutte contre les limaces

    De nouveaux outils d'aide à la décision (OAD) vont faciliter le suivi des populations de limaces pour anticiper leurs dégâts et n’envisag...

  • Home_coccinelle_symbole_biocontrole

    Le biocontrôle en plein développement

    Solutions d’origine naturelle pour combattre les bio-agresseurs des cultures, les produits de biocontrôle se multiplient. Après les cultures maraîchères, l’ar...

  • Home__pandeur_anti-limaces

    Traitements anti-limaces : respecter les bonnes pratiques

    Comme toute intervention phytosanitaire, la lutte contre les limaces doit être raisonnée et conduite avec soin pour viser l’efficacité sans dommage ...

  • Home_roulage_d_chaumage_limaces

    Des leviers agronomiques pour baisser le risque limaces

    En faisant les bons choix dans ses pratiques agronomiques et ses couverts, il est possible d’entraver le développement des populations de limaces.   ...

  • Home_limace_noire

    Dans la lutte contre les limaces, le biocontrôle a tout son intérêt

    Pour lutter contre les limaces, une approche se développe, celle du biocontrôle. Par ses pratiques agronomiques et le recours à des molécules d&rsq...

  • Home_limace_orange

    Comment se débarrasser des limaces sans perturber la faune auxiliaire

    Les deux matières actives autorisées dans la lutte contre les limaces l’ont été car elles ne sont pas novices pour la faune bén&...

  • Home_limace_herbe

    Comment protéger ses cultures des assauts des limaces

    Voraces, les limaces attaquent graines et jeunes plantes. En plus de pratiques agronomiques adaptées, le recours à des produits molluscides peut être n&ea...

  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit