Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4806 MembresCréer un compte

"La grande distribution se sert du maillon agricole pour nourrir sa guerre des prix"

Home_big_olivier_m_vel

Pour évoquer les grandes difficultés de l’élevage français, WikiAgri donne la parole à Olivier Mével. Cet enseignant chercheur de l’Université de Bretagne Occidentale, docteur en sciences de gestion porte un regard aiguisé sur la situation actuelle du secteur. Il pointe du doigt la responsabilité de la grande distribution.

Qu’éprouvez-vous devant la situation de l’élevage en France ?

Olivier Mével : Une très grande tristesse. Malheureusement, il y a un moment déjà qu’on assassine la ferme France. Le principal responsable est connu. La grande distribution se sert du maillon agricole pour nourrir sa guerre des prix. Elle maintient des prix bas à l’achat pour pérenniser son modèle économique construit sur l’image-prix. Ce modèle est l’inverse du modèle des industriels fondé, lui, sur l’innovation. Mais dans les deux cas, c’est toujours l’amont qui trinque : les distributeurs lui répercutent leurs coûts sociaux, l’industrie ses coûts marketing qui sont liés à la segmentation toujours plus fine des linéaires.

Les annonces récentes des distributeurs Intermarché et Leclerc de soutenir l’élevage en achetant plus cher porcs et bovins vivants pour approvisionner leur propre filière d’abattage-découpe ne vont-elles pas dans le bon sens ?

Olivier Mével : C’est un trompe-l’œil. Il y a quarante ans que la grande distribution a accès à la production agricole dans les quantités qu’elle souhaite et les prix qui l’arrange, et ce ne serait ici que son premier pas ? Les filières industrielles d’Intermarché et Leclerc se sont dotées d’outils très modernes conçus pour acheter et vendre au moindre coût. Il y a là une forme de distorsion verticale de concurrence envers les producteurs, mais aussi les autres industriels voire les autres GMS. Leur position de transformateur et de distributeur devrait être interdite, comme l’a fait l’Angleterre. Les distributeurs ne partagent pas les marges qu’ils dégagent à l’achat.

Quelles réformes peuvent-elles être prises ?

Olivier Mével : Il faut repenser l’architecture des lois relatives à la grande distribution en abrogeant la loi Raffarin du 5 juillet 1996. Cette loi a permis la consolidation des groupes de distribution en leur donnant des rendements une fois et demi à deux fois supérieurs aux distributeurs étrangers (15 000 euros du mètre carré), sans freiner le développement des hypermarchés, passés de 2 100 à 2 800 entre 2000 et 2015 en France. La loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 n’a pas été plus pertinente, dans la mesure où elle portait en elle tous les germes d’une guerre de prix. On en voit actuellement les résultats.

"Les agriculteurs doivent reprendre en main leur communication pour expliquer qu’ils sont des producteurs de biens alimentaires et d’environnement. Seule cette prise de conscience peut maintenir sur les territoires de Bretagne une industrie agroalimentaire performante, grosse employeuse de main-d’œuvre et empêcher un effondrement à la façon de l’industrie textile française."

Mais le maillon de la production ne doit-il pas aussi balayer devant sa porte ?

Olivier Mével : Il est certain que le monde de l’élevage doit également se réformer en montant en gamme, en cherchant des valorisations selon les usages et en dissociant cette offre du marché de masse qui devrait être fourni par un guichet unique. En porc par exemple, les éleveurs devraient être réunis au sein d’un même et seul groupement. Idem en lait. Or à quoi assiste-t-on aujourd’hui ? A la division des groupements, ce qui crée un problème informationnel. Les consommateurs manquent tout autant d’information sur l’origine des produits et la façon dont les animaux ont été élevés. Je plaide pour la mise en place d’un Observatoire des pratiques vertueuses du distributeur qui privilégierait les négociations sur la valeur d’un produit plus que sur son prix. Les associations de défense des consommateurs pourraient plus facilement guider le consommateur. Les agriculteurs doivent surtout reprendre en main leur communication pour expliquer qu’ils sont des producteurs de biens alimentaires et d’environnement. Seule cette prise de conscience peut maintenir sur les territoires de Bretagne une industrie agroalimentaire performante, grosse employeuse de main-d’œuvre et empêcher un effondrement à la façon de l’industrie textile française.

En savoir plus : @OlivierMEVEL (pour suivre Olivier Mével sur Twitter) ; https://magic.piktochart.com/output/6900786-150707-sauvezlelevage (sur le même sujet, l'infographie interactive réalisée par la Fnsea pour faire le point sur la situation de l'élevage en France).

Notre photo, l'interviewé, Olivier Mével.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit