Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5377 MembresCréer un compte

Imaginer le système fourrager de demain

Home_big_img18

Prairies permanentes ou temporaires, les surfaces en herbe occupent toujours plus de 40% des surfaces agricoles françaises. Comme pour toutes les autres cultures, celle de l’herbe se modernise, s’adapte pour relever les défis de l’adaptation au changement climatique et de la résilience des exploitations. Pas à pas, aidons nos prairies à donner le meilleur à nos troupeaux !

Que les animaux passent du temps en pâturage est une attente forte des consommateurs.

L’enchaînement de plusieurs étés secs qui ont mis à mal les productions fourragères a montré que l’un des premiers défis que doivent relever les éleveurs est l’adaptation aux changements climatiques. Depuis les années 1990, ces changements se traduisent par une modification de la répartition des périodes de pluie et une augmentation des températures. D’ici à 2050, les prévisionnistes annoncent une hausse des températures de 1 à 3°C et un climat plus instable, avec des événements d’ampleur, comme des sécheresses, plus fréquemment. En agriculture, les conséquences de ces changements sont déjà visibles. Un exemple particulièrement significatif est celui des vendanges, dont les dates de début sont enregistrées depuis fort longtemps. Entre 1980 et aujourd’hui, elles débutent deux semaines plus tôt. Comme les vignes, toutes les cultures sont perturbées, avec des reprises de végétation plus précoces, des sécheresses estivales plus fréquentes.

En même temps que s’adapter à cette évolution du climat, l’agriculture doit aussi réussir le défi de produire plus pour satisfaire une demande alimentaire en hausse, tout en respectant la durabilité de ses systèmes.

Le pâturage a la cote

Les cultures fourragères et, plus particulièrement les prairies, ont des atouts à faire valoir pour répondre à ces enjeux. Non seulement les prairies sont peu consommatrices d’intrants, elles ont en plus l’avantage de participer à la constitution de stocks hivernaux au printemps, avant que les cultures ne souffrent d’un stress hydrique de plus en plus marqué.

Qu’elles soient temporaires ou permanentes, les prairies participent aussi à l’autonomie alimentaire que les éleveurs recherchent pour leur troupeau, pour des aspects économiques comme d’éthique. Avec l’herbe, on est sûr de distribuer une alimentation locale, garantie sans OGM et qui répond à l’image de naturalité, que réclament les consommateurs.

Adapter ses systèmes fourragers

Pour rendre son exploitation plus résiliente face aux aléas climatiques tout en renforçant l’autonomie alimentaire, il faut imaginer le système fourrager de demain, celui qui permettra de tirer le meilleur de ses prairies, par des choix d’espèces variées, à même de se compléter selon les conditions climatiques et de fournir des fourrages équilibrés et riches en protéines, pour alléger le besoin en complémentation. Valoriser au mieux ses ressources fourragères passe aussi par une chaîne de récolte performante et cohérente pour optimiser les ressources.

Déjà, les éleveurs adaptent leur planning de pâturage à une saison de pousse qui débute plus tôt et repart plus longuement à l’automne mais avec un creux estival plus marqué. Les modes de conservation se diversifient, en sec, foin et séchage en grange, comme par voie fermentée, ensilage et enrubannage.

Le système fourrager de demain sera aussi celui qui s’adaptera à l’augmentation de la taille des troupeaux et aux différents modes de traite.

© Cécile Julien
Économiquement intéressante, écologiquement performante, l’herbe a bien des atouts.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : redaction wikiagri
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_desangosse_-_620_x_260

    HVE : un bon indice avec LE 846

    L’emploi du LE 846® pour 100 L/ha de bouillie avec une buse XR 110 02 à 2b et 8km/h, améliore la couverture de pulvérisation (photo de droite) ...

  • Home_desangosse_graph_-_620_x_260

    FORMULATION IN-TECHTM : un couteau-suisse des adjuvants

    L’innovation adjuvante homologuée en 2021 améliore ou sécurise l’efficacité d’une large gamme d’applications phytosanitair...

  • Home_gros-tracteurs-wikiagri-5

    Les tracteurs les plus puissants du monde en vidéo

    Diffusée sur YouTube, la chaine américaine World Of Tractor propose une vidéo de tracteurs maous costauds, à couper le souffle : des engins g...

  • Home_depliant_process_-_620_x_260

    Les biostimulants, une solution d’avenir

    De l’algue Ecklonia maxima, à la croissance de 30 cm par jour, sont extraits des principes actifs qui renforceront les cultures Les biostimulants sont reconn...

  • Home_e-eryxsvuaamvbb

    L’influence de l’ouragan Ida sur les marchés

    L’ouragan Ida qui a frappé le sud des USA fin août a engendré des dégâts sur les ports maritimes du Golf du Mexique. Suite à ces...

  • Home_silice_pomme_pascal_9644

    Redécouvrez tous les bienfaits d’un apport de silice

    Par son effet double vitrage, le silicium protège les fruits des aléas climatiques et leur apporte de la résistance face aux chocs. La silice est un ...

  • Home_port

    L’Ukraine exporte déjà ses futurs maïs

    Avec des conditions climatiques très favorables à la culture du maïs jusqu’à présent, les prévisions de production de maïs ...

  • Home_spring_wheat

    La production de blé russe décevante

    Depuis plusieurs semaines, le prix du blé Euronext est élevé en grande partie grâce au bilan tendu du maïs. Les éléments sont di...

  • Home_capture

    Récolte 2021 : plus de blé fourrager français qu’attendu ?

    La moisson de blé 2021 n’est pas encore terminée que des craintes sur les quantités et les qualités se font déjà ressentir&nbs...

  • 1Commentaire
  • #1

    il devrait être interdit de laisser sécher les prairies au soleil l'été ! Si les agences de l'eau et le ministère de la transition écologique étaient cohérent ils donneraient l'eau aux agriculteurs et taxeraient les villes qui ne recyclent pas l'eau dans les sols et polluent les rivières ! Au lieu de ça on a taxé les irrigants sans jamais contrôler les rejets des villes ... la police de l'eau est envoyé pour taxer les méchants irrigants mais jamais à la sortie des stations d'épurations !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit