Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

Huile d'olive, la volte-face de la France pénalise les consommateurs

Home_big_olives

Dans le cadre d'un plan d'action pour l'huile d'olive, la Commission européenne avait programmé l'interdiction de réutiliser les contenants (les bouteilles) de façon à éviter des fraudes (il y en a) et l'utilisation d'autres huiles que celle de l'étiquette. Sous la pression de l'Angleterre, des Pays-Bas mais aussi de la France, elle est revenue sur ses intentions.

La production d'huile d'olive est une spécificité européenne. Elle concerne principalement des pays comme l'Espagne, le Portugal ou l'Italie, mais nous avons aussi, en France, quelques oléiculteurs, même s'ils ne sont pas nombreux. Pour les consommateurs, l'huile d'olive doit être synonyme de qualité, il est donc important qu'elle soit tracée.

Or, il est une pratique courante, principalement dans les restaurants, qui consiste à réutiliser la bouteille une fois vidée. Le problème est que la nouvelle huile ajoutée ainsi ne provient plus obligatoirement de la même source. Chez des commerçants peu scrupuleux, ou ayant des fournisseurs qui le sont à leur place, une autre huile que celle inscrite sur l'étiquette de la bouteille peut se substituer à l'originale. Bien sûr, dans un sens de gain économique, c'est-à-dire avec des risques réels d'une qualité moindre, gustative et sanitaire.

Pour éviter toute forme de trafic, la Commission européenne a donc planché depuis un an, dans le cadre d'un plan global sur l'huile d'olive où d'autres mesures sont également discutées, sur une décision qui devait être prise dernièrement : interdire purement et simplement la réutilisation des bouteilles. Cela devait passer, grâce notamment à l'appui de la France (confirmé à chaque réunion précédente), et malgré la contestation de l'Angleterre ou des Pays-Bas, pays où les restaurateurs invoquaient un surcoût inhérent à cette mesure. Pourtant, parallèlement, il faut savoir que l'interdiction de la réutilisation des bouteilles est déjà en vigueur en Espagne et au Portugal, et avec de bons résultats, sans surcoût majeur pour les professionnels de la restauration.

Seulement voilà, lors du dernier Sommet européen, il y a eu une volte-face de la France sur le sujet. La mesure ne sera pas adoptée au niveau européen à cause de ce revirement. La majorité entre les pro et les anti a ainsi changé de camp.

Aussitôt, au nom des producteurs agricoles, le syndicat européen des agriculteurs et des coopératives le Copa-Cogeca a dénoncé la "pression politique" qui pénalise consommateurs et producteurs. Son secrétaire général, Pekka Pesonen, a ainsi développé son propos : "Il est totalement ridicule de la part de la Commission de simplement retirer cette mesure en raison de la pression politique. Elle fait l’objet d’une discussion depuis plus d’un an, jouissait du soutien de 15 Etats membres et est passée par toutes les procédures juridiques appropriées. Il s’agissait véritablement d’une mesure très simple, positive pour tous, qui représentait un premier pas positif dans la mise en oeuvre du plan d’action de la Commission visant à améliorer la viabilité, la qualité et la compétitivité du secteur européen de l’huile d’olive, produit dont les bénéfices en termes nutritionnels et de santé sont nombreux. Peut-être cette mesure n’a-t-elle pas été suffisamment bien expliquée, mais il était nécessaire d’interdire les bouteilles réutilisables et les « aceiteras » traditionnellement présentes sur les tables des restaurants. Ces derniers ont tendance à utiliser des bouteilles réutilisables et à les remplir d’huile d’olive (de différentes catégories) et d’autres huiles sans informer les consommateurs, ce qui n’est pas souhaitable et ne peut qu’être jugé injuste vis-à-vis du consommateur. L’augmentation des coûts qu’aurait engendrée cette mesure était négligeable et ne constituait en aucun cas une excuse pour ne pas l’adopter. Il est totalement inadmissible que la Commission soit complètement revenue sur sa position et ait cédé à la pression politique de cette manière, sans aucune discussion avec les Etats membres et l’industrie. Je l’invite à revoir sa décision."

Les renseignements que nous avons pu recueillir par ailleurs sur cette affaire montrent bien que c'est le revirement français qui est à l'origine cette absence de mesure, qui aurait rassuré les consommateurs, et assurer les producteurs qu'on n'utilisait pas leurs étiquetages à des fins frauduleuses. Ce revirement trouverait son explication soit par une demande de nos propres restaurateurs, soit dans un jeu d'alliance complexe avec l'Angleterre et les Pays-Bas. Dans tous les cas, il s'opère au détriment des consommateurs comme des producteurs, les uns et les autres réclamant une traçabilité maximale sur tous les produits. Et il va à l'encontre des récentes demandes de plusieurs ministres français en faveur d'une traçabilité totale pour l'ensemble de l'agroalimentaire.

Pour info, les autres mesures du plan "huile d'olive" qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2014 concernent l'affichage du nom complet de vente du produit en un seul corps de texte sur l'étiquette, ou encore les conditions de stockage (optimales) pour veiller à ce que les consommateurs disposent des informations correctes. La date de péremption pour toutes les catégories d'huile d'olive doit également être standardisée.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_tribunal_grande_instance_saintes_x_300

    Premier procès de l'agribashing, l'agresseur condamné !

    [Exclusif] Ce vendredi 27 septembre 2019, au tribunal de grande instance de Saintes (Charente-Maritime), se tenait l'un des tout premiers procès de notre histoire ...

  • Home_agribashing_accueil_ferme_x_300

    Menacés en octobre 2018, des agriculteurs ouvrent leurs portes à leurs voisins

    Comment tenter de retourner une opinion faite d’a priori défavorables, lesquels ont été jusqu’à mener à des menaces de mort&nbs...

  • Home_agribashing_charentemaritime__michel_cambon_

    Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme

    En Charente-Maritime, sur la commune de Champdolent, un agriculteur a été attaqué sans dialogue préalable par le voisin d'une parcelle dont il...

  • Home_viande_artificielle

    Un mouvement d'initiative citoyenne s'oppose à la viande artificielle

    Un groupe de citoyens parisiens monte un mouvement pour dénoncer l'arrivée en France de la viande artificielle, censée remplacer la viande issue des ...

  • Home_maraicher_victime_desherbant_x_600

    Un maraicher suspend sa production à cause d'un désherbant qui pollue son puits

    Depuis le mois de juillet dernier un maraîcher de Valence d’Agen, en Tarn-et-Garonne, vit un enfer. Il a suspendu toute sa production, car son puits d’arros...

  • Home_au_nom_de_la_terre_600_

    Au nom de la terre, une saga familiale pour attirer les cinéphiles vers le monde paysan

    Et si le cinéma proposait (enfin) un film précis et documenté sur la réalité du quotidien du monde paysan ? A travers une saga familia...

  • Home_balance_ton_post_hanouna_schiappa_maurin

    Pourquoi Patrick Maurin n'ira pas à l'émission de Cyril Hanouna et Marlène Schiappa sur le grand débat national

    Sur C8 ce vendredi à 22h30, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa doit coanimer avec Cyril Hanouna l'émission Balance ton post dédi...

  • Home_jean_lassalle_sia_2018

    Exclusif, ce que Jean Lassalle pense du film qui sort sur lui le 23 janvier au cinéma

    Ce mercredi 23 janvier 2019 sort au cinéma Un berger et deux perchés à l'Elysée ?, qui retrace la candidature de Jean Lassalle aux derni&egrav...

  • 1Commentaire
  • #1

    Cet article est repris sur Atlantico sous cet url :

    http://www.atlantico.fr/pepites/etiquetage-huile-olive-europe-fait-marche-arriere-faute-france-737114.html

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit