Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4500 MembresCréer un compte

Ferme France, pas de conversion des pratiques des fertilisations notable vers l'agriculture biologique

Home_big_engrais_plantes

La conjoncture des marchés des engrais et les quantités de fertilisants commercialisés et épandus chaque année constituent de bons indicateurs sur l’évolution des pratiques culturales. La fertilisation des sols est essentiellement chimique et minérale. L’expansion de l’agriculture bio n’est pas perceptible en matière de fertilisation des sols.

Le programme "ambition agriculture 2022" appelle à la conversion de 15 % de la SAU (surface agricole utile) française à l’agriculture biologique d’ici trois ans. Une telle évolution impose une révolution des pratiques agricoles et de la fertilisation des sols en particulier. L’épandage d’effluents organiques, des cultures de légumineuses et de protéagineux, et l’enfouissement des pailles sont quasiment les seuls moyens d’actions autorisés pour enrichir les sols convertis à l’agriculture biologique.

La conjoncture des marchés des engrais et les quantités de fertilisants commercialisés et épandus chaque année constituent de bons indicateurs sur l’évolution des pratiques culturales.

Depuis 2012, environ 18 millions de tonnes de fertilisants et d’amendements ont été commercialisées chaque année. En passant de 28 à 36 %, la croissance de 8 points de la part des amendements et des engrais organiques épandus mentionne une écologisation des pratiques agricoles. La fertilisation des sols s’inscrit progressivement dans l’économie circulaire.

Mais si on prend en compte l’ensemble des éléments fertilisants épandus en 2018, commercialisés et contenus dans les effluents organiques (issus d’élevages essentiellement), la fertilisation des sols reste essentiellement minérale.

Les quantités importantes d’engrais et d’amendements organiques épandues, commercialisées ou issues d’effluents d’élevage (18,8 millions de tonnes épandues localement), masquent leur faible concentration en éléments nutritifs car ils sont essentiellement composés d’eau et de matières organiques.

Sur les 2 341 kilotonnes d’azote contenus dans les 18 millions de tonnes de fertilisants commercialisés l’an passé (source Unifa - derniers chiffres connus), seules 100 000 tonnes sont d’origine organique. En fait, les 11 millions de tonnes d’engrais minéraux en contiennent 2,2 d’azote, tandis que les 7 millions de tonnes (Mt) de fertilisants organiques en concentrent 100 000 t.

En ajoutant les 18,8 Mt effluents d’élevage, on dénombre alors 800 000 tonnes d’azote d’origine organique épandues.

Pour le potassium, la part de la fertilisation minérale est aussi très importante. Sur les 529 000 tonnes contenues dans les 18 Mt de fertilisants commercialisés, 92 000 tonnes sont d’origine organique.

En fait, la consommation d’engrais minéraux (10,9 Mt) évolue peu. Elle n’est inférieure que de 4 % en moyenne triennale. Et cette baisse s’explique davantage par des facteurs conjoncturels. Elle ne reflète aucunement une modification en profondeur des pratiques culturales.

La conversion d’une partie de la sau à l’agriculture biologique des pratiques de fertilisation des sols qui en découlent n’est pas perceptible.

Au cours des dix dernières années, la répartition des apports en éléments nutritifs n’a pas évolué.

Certes trois fois moins de potassium et de phosphates ont été commercialisés au cours des 20 dernières années sous quelques formes que ce soit.

Toutefois, cette baisse inquiétait il y a quelques années. En 2009, en pleine crise agricole, l’Unifa a cherché à savoir si les agriculteurs ne sacrifiaient pas tout bonnement la fertilité de leurs sols faute de moyens financiers pour acheter suffisamment d’engrais.

Le bio n'a pas de solution aujourd'hui pour maintenir les rendements

Néanmoins, les agriculteurs n’ont pas renoncé à épandre des engrais azotés. 2,2 Mt ont été épandues en 2018, soit seulement 300 000 t de moins qu’en 1999. Et en préférant des solutions azotées à des engrais minéraux, la réduction des gaz à effet de serre est, sur point, remise aux calendes grecques.

En fait, les agriculteurs ne sont pas prêts produire moins ! Obtenir des rendements de 80-90 quintaux de blé par hectare, nécessite l’épandage d’importantes quantités d’azote destinées à être exportées sous forme de protéines. L’enfouissement des pailles ne restitue qu’une faible partie des éléments minéraux utilisés par les plantes durant leur cycle de vie.

L’agriculture biologique n’apporte pas encore des solutions probantes pour maintenir ces rendements de 80-90 quintaux. Et l’industrie meunière déplore régulièrement la faible teneur en protéines des blés bio.

La majorité des céréaliers produisant essentiellement des grains pour l’exportation (céréales), ont pris le chemin de la conversion de l’agriculture biologique car ils ne sont pas prêts à renoncer à leurs rendements. Par ailleurs, les prix des céréales bio ne compensent pas la forte baisse des rendements. Et de nombreuses questions portant sur l’évolution de la fertilité des sols bio, privés d’apports d’engrais minéraux, sont encore sans réponses.

L’essor de la polyculture-élevage nécessaire, selon les partisans de l’agriculture bio, pour assurer un développement équilibré de ce mode de production reste timide.


La photo ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 3
  • 0
  • 1
  • 2
  • 2
  • 2
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_foncier_agricole

    La Safer de Bretagne se met au portage de terres

    Pour fluidifier la transmission des exploitations agricoles et sécuriser les premières années d’exploitation du repreneur, la Safer de Bretagne vie...

  • Home_benoit_quero_danielle_even_philippe_le_goux___franck_jourdain_

    L'association Agriculteurs de Bretagne mobilise les communes

    147 communes adhéraient au 15 janvier à l’association Agriculteurs de Bretagne. Et c’est loin d’être fini. De l’aveu de ses r...

  • Home_incendies_australie

    Pourquoi les incendies en Australie n'impacteront pas le climat planétaire et européen

    Les incendies de forêt ne peuvent pas être assimilés à des éruptions volcaniques. Les fumées émises, composées de suie, ...

  • Home_les_v_tos_cin_ma

    A voir au cinéma, Les vétos

    En marge du désert médical, le désert vétérinaire qui n’épargne aucun canton rural. La comédie Les vétos, sortie...

  • Home_australie_en_feu

    Incendies en Australie, quels impacts sur les marchés agricoles mondiaux ?

    Les marchés des céréales sont bien approvisionnés et ont intégré les faibles productions australiennes. Mais pour l'éleva...

  • Home_agriculture_europ_enne_propspective

    Plus écologique, l'Union européenne veut conserver le statut de grande puissance agricole à l'horizon 2030

    La Commission européenne a pris en compte les changements des habitudes alimentaires des consommateurs dans ses prévisions agricoles pour 2019-2030. Ils auront ...

  • Home_antisp_cistes_agriyoutubeurre

    Des antispécistes radicalisés s'introduisent chez Etienne "AgriYoutuBeurre"

    Il fait partie des éleveurs et agriculteurs qui ont décidé de communiquer positivement sur leur métier à travers des vidéos mises en...

  • Home_agriculture_biologique_tracteur

    En 2030, l'agriculture européenne ne sera pas biologique

    Selon la commission européenne, 10 % de la SAU européenne seraient convertis en bio en 2030. L’agriculture biologique sera concurrencée par des sys...

  • 1Commentaire
  • #1

    pour maintenir les rendements en bio il faut irriguer l'été pour cultiver un maximum de biomasse et enrichir les sols. les sols exposés au soleil se dégrade, d’où l’intérêt de la permaculture (culture permanente)

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit