Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4952 MembresCréer un compte

Faut-il créer un pool d'assureurs pour indemniser des milliards d'euros de pertes de récoltes ?

Home_big_assurance_climat_agriculture

Compte tenu de la fréquence des épisodes climatiques extrêmes, il devient urgent de repenser la couverture des risques agricoles en créant un pool d’assureurs et de réassureurs multirisques climatiques. C'est en tout cas l'opinion de Groupama, dont l’activité d’assurance récolte est déficitaire depuis son lancement en 2005.

Quel groupe d’assureurs serait en mesure de verser 3,5 milliards d’euros d’indemnités si l’ensemble des productions agricoles de la ferme France était détruit ? Pas Groupama, pourtant le premier assureur du marché français ! Aussi, ses responsables mettent en garde le gouvernement. Selon Jean-Yves Dagès, président de Groupama, il est urgent de le structurer les dispositifs d’assurance pour donner aux compagnies les moyens financiers pour faire face à la recrudescence des épisodes de gel, d’inondations ou encore de sécheresses.  

C’est à partir de l’analyse de son marché de l’assurance agricole et de l’expérience emmagasinée depuis 15 ans que Delphine Létendart, directrice "marché agricole", formule plusieurs solutions.

Selon elle, un des freins de l’extension de l’assurance multirisques en agriculture est le fonds des calamités agricoles (FNGRA) dans le secteur de l’élevage.

Aujourd’hui, les deux systèmes se concurrencent voire s’annihilent, selon les cas de figure. Le fonds agricole indemnise partiellement les agriculteurs après avoir estimé les pertes sur l’ensemble de l’exploitation. L’assurance prairie couvre l’ensemble des pertes, une fois la franchise déduite.

Aussi l’assureur propose que les deux systèmes d’assurance se complètent en articulant le fonds des calamités agricole avec l’assurance multirisque climatique (MRC).

Par ailleurs, un éleveur ne doit pas avoir souscrit un contrat d’assurance MRC sur ses prairies pour bénéficier du fonds de calamités. Or si à l’échelle de l’exploitation le préjudice subi n’est pas suffisamment important pour être indemnisé par le fonds de calamités, il pourrait l’être par un contrat d’assurance souscrit auprès d’un assureur.

Ainsi, on peut imaginer que les deux dispositifs soient aussi complémentaires en indemnisant ce que l’autre ne prend pas en charge : les prairies par le contrat d’assurance MRC et le reste de l’exploitation, par le fonds de calamités agricoles.

En fait, il faudrait que l’éleveur ait connaissance, avant le début de chaque campagne, du problème climatique dont il pourrait être victime pour qu’il ait la certitude d’être bien couvert. Ce qui est impossible en soi.

Un pool d'assureurs jouant la concurrence sur les services

Si le système d’assurance climatique n’est pas modifié pour s’adapter à l’évolution des risques à couvrir, les quelque groupes d’assurance présents sur le marché agricole se retireront. La faible couverture assurantielle des exploitations fragilise la pérennité de leur activité. Tous les groupes d’assureurs qui se sont lancés dans l’assurance multirisque climatique (MRC) sont déficitaires.

Pour rendre le modèle économique de l’assurance sur les cultures viable et pour réduire la volatilité des risques, Groupama suggère la création d’un pool d’assureurs et de réassureurs privés pour « mutualiser les portefeuilles de risques tout en maintenant un environnement concurrentiel ». Autrement dit, comme toutes les compagnies d’assurance seraient en mesure d’assurer des cultures, les agriculteurs n’auraient que l’embarras du choix pour choisir leur assureur. Les risques contre lesquels les cultures seraient assurées, seraient alors mieux répartis. Mais pour se différencier et jouer la concurrence, les compagnies associeraient à leurs contrats une palette de services spécifiques. 

La gouvernance de ce pool associerait, autour des assureurs, les agriculteurs, l’Etat et les réassureurs. Ensemble, ils auraient les moyens de faire face à tous les risques agricoles sans avoir à recourir à la réaussurance publique. Les compagnies mutualiseraient les cotisations versées pour constituer ensemble un fonds d’indemnisation.

« Ce pool assurantiel aurait les moyens de verser jusqu’à 3,5 milliards d’euros pour indemniser les victimes si l’ensemble de la ferme France était victime d’accidents climatiques », a affirmé Pascal Viné, directeur des relations institutionnelles et des orientations mutualistes.

La couverture assurantielle des risques climatiques sera un des piliers de la réforme de la Pac et de la répartition budgétaire des aides Pac du premier et du second pilier. Selon Jean-Yves Dagès, la réforme de la Pac ne pourra pas faire l’économie d’une véritable réflexion sur le système d’assurance multirisque climatique.

Bilan de l’année 2019

L’année 2019 est à l’image des précédentes. Depuis 15 ans, aucun exercice n’a été bénéficiaire. Aussi, la pérennité de la protection assurancielle multirisque climatique des cultures et des prairies repose sur une extension des surfaces agricoles couvertes pour mutualiser les risques.

L’an passé, 5,1 millions d’hectares ont été assurés multirisques climatiques (MRC) en France, 3,4 millions l’ont été par Groupama. Cette année, le premier assureur du marché a versé 250 millions d’euros d’indemnités aux agriculteurs assurés, soit quasiment autant que le montant des cotisations versées. Autrement dit, Groupama supporte seul les frais de gestion de l’activité d’assurance agricole du groupe, équivalents à 28 % du montant des cotisations, puisque ces dernières sont employées pour être reversées sous forme d’indemnités aux agriculteurs sinistrés.


Notre illustration ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_sibe_rie_lac_baikal

    La Sibérie offre un potentiel de production d'un milliard de tonnes de grains

    Au-delà de l’Oural, la Sibérie serait la principale région de la planète bénéficiaire du réchauffement climatique d&rsq...

  • Home_installation_transmission_agriculture

    Crise sanitaire, l'agriculture suscite des vocations mais la profession effraie

    Les candidats à l’installation portent des projets et des ambitions en rupture avec le modèle agricole adopté par leurs ainés. La pén...

  • Home_canola_alberta_canada

    Oléoprotéagineux, la Chine fait exploser la demande planétaire

    La planète fait face à un déficit structurel en protéines végétales. Les capacités de production des pays exportateurs d&rsqu...

  • Home_gaz_effet_serre_agriculture

    Plus bio en 2030, l'agriculture européenne émettra autant de gaz à effet de serre

    Selon la Commission européenne, la ferme Union européenne augmentera sa valeur de 14 % d’ici 2030 pour atteindre 440 milliards d’euros. Si 10 % de l...

  • Home_e_changes_commerciaux_crise_sanitaire

    Agroalimentaire, notre commerce extérieur chamboulé par la crise sanitaire

    Les échanges commerciaux de produits agricoles et agro-alimentaires se sont concentrés sur l’essentiel : produits laitiers, céréales, p...

  • Home_accord_transmanche_post_brexit

    L'accord post Brexit va compliquer les échanges commerciaux transmanche

    Bien qu’il soit plus ambitieux que l’accord de libre-échange conclu en 1988 entre le Canada et les Etats-Unis, l’accord en vigueur depuis le 1er janv...

  • Home_nutrition_animale_vaches

    Nutrition animale en 2030, la farine d'insectes ne sera pas la panacée

    D’ici 2030, l’élevage européen consommera quasiment autant d’aliments très riches en protéines même si plus de proté...

  • Home_ferme_france_champ_de_bl_

    Revenu agricole, la ferme France ne crée plus de valeur ajoutée

    La loi Egalim n’a pas enrayé la baisse de la valeur ajoutée de la ferme France et par conséquent, la diminution structurelle des revenus des agricu...

  • Home_pain_champ_de_bl_

    Voulez-vous acheter du pain produit avec du blé fertilisé par l'urine humaine ?

    Le développement de l’économie circulaire passe, aussi, par le recyclage des déjections de l’homme, et en particulier de l’urine. Renau...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit