Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4500 MembresCréer un compte

Ecophyto, un objectif plus raisonnable pour un meilleur résultat

Home_big_christian_p_es

Après analyse, les professionnels craignent que les objectifs (trop) forts fixés pour Ecophyto n'empêchent sa concrétisation, alors que des étapes intermédiaires donneraient au projet gouvernemental davantage de chances d'aboutir.

Fin janvier, le ministère de l'Agriculture a défini les nouveaux objectifs pour Ecophyto, à savoir réduire de 50 % l'usage des phytosanitaires en 2025 avec une première étape de 20 % pour 2020. Se dédouanant d'avance sur d'éventuels échecs, le ministère a rejeté d'emblée la responsabilité du résultat sur les distributeurs, qui doivent donc faire respecter ces statistiques. Au premier rang de ces distributeurs, les coopératives. Et Christian Pèes, vice-président de Coop de France et président de la section grains, ne veut pas que les coopératives supportent un échec selon lui prévisible.

"L'objectif fixé ne tient pas compte des réalités du terrain, dit-il. Nous sommes tous d'accord sur le fait qu'il faut réduire les phytosanitaires. Pour autant, le rythme imposé ne permettra pas de suivre. D'autant que rien n'empêche les agriculteurs de refuser de suivre les prescriptions. Nous pourrons toujours demander, conseiller autant que l'on veut, l'agriculteur reste toujours roi sur ses terres, et si lui estime qu'il a encore besoin des mêmes doses de pesticides, alors il les mettra. Ce n'est donc pas aux coopératives de supporter la responsabilité de cette mesure gouvernementale."

10 % de réduction en 2020, l'objectif "raisonnable"

Très précisément, Christian Pèes estime que les 20 % demandés pour 2020 placent Ecophyto ("qui reste une bonne idée, que nous voulons suivre") au rang des mesures de "l'écologie punitive". "On peut tout à fait imaginer qu'un agriculteur ait plusieurs années des conditions météo telles qu'il doive se protéger des maladies...." Et il pense donc qu'une étape davantage réalisable en 2020 relèverait d'une ambition supérieure, celle de parvenir à l'objectif. "Nous estimons qu'à 10 % de réduction, le cap est tenable." Son directeur, Vincent Magdelaine, renchérit : "Lorsqu'il a été demandé aux entreprises d'aller dans le sens des économies d'énergie, les paliers intermédiaires étaient réalisables, ce qui a assuré la réussite de l'opération. Dans le cas présent des réductions des phytosanitaires, nous demandons la même chose."

Pour illustrer son propos, Christian Pèes utilise une image sportive. "Je ne voudrais pas que notre agriculture soit l'échappée de la première heure du Tour de France. Que l'on démarre à fond sur de grands objectifs loin devant le peloton de nos concurrents, mais pour terminer l'étape en étant rattrapés pour finir avec un quart d'heure de retard. En l'occurrence, on demande à notre agriculture d'aller plus vite que ses voisins, ce qu'elle ne pourra pas parvenir à faire jusqu'au bout sans casse. Avec un objectif plus raisonnable pour Ecophyto, nous pouvons concilier les besoins en rendements, la compétitivité des entreprises agricoles, et les réalités environnementales dont il faut bien sûr tenir compte."

En termes de calendrier, la loi agricole votée en janvier doit désormais faire l'objet de différents textes gouvernementaux en cours de rédaction en ce moment pour une application en 2016. Il est donc encore temps de donner davantage d'ambition à Ecophyto en le rendant réalisable.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_foncier_agricole

    La Safer de Bretagne se met au portage de terres

    Pour fluidifier la transmission des exploitations agricoles et sécuriser les premières années d’exploitation du repreneur, la Safer de Bretagne vie...

  • Home_benoit_quero_danielle_even_philippe_le_goux___franck_jourdain_

    L'association Agriculteurs de Bretagne mobilise les communes

    147 communes adhéraient au 15 janvier à l’association Agriculteurs de Bretagne. Et c’est loin d’être fini. De l’aveu de ses r...

  • Home_incendies_australie

    Pourquoi les incendies en Australie n'impacteront pas le climat planétaire et européen

    Les incendies de forêt ne peuvent pas être assimilés à des éruptions volcaniques. Les fumées émises, composées de suie, ...

  • Home_les_v_tos_cin_ma

    A voir au cinéma, Les vétos

    En marge du désert médical, le désert vétérinaire qui n’épargne aucun canton rural. La comédie Les vétos, sortie...

  • Home_australie_en_feu

    Incendies en Australie, quels impacts sur les marchés agricoles mondiaux ?

    Les marchés des céréales sont bien approvisionnés et ont intégré les faibles productions australiennes. Mais pour l'éleva...

  • Home_agriculture_europ_enne_propspective

    Plus écologique, l'Union européenne veut conserver le statut de grande puissance agricole à l'horizon 2030

    La Commission européenne a pris en compte les changements des habitudes alimentaires des consommateurs dans ses prévisions agricoles pour 2019-2030. Ils auront ...

  • Home_antisp_cistes_agriyoutubeurre

    Des antispécistes radicalisés s'introduisent chez Etienne "AgriYoutuBeurre"

    Il fait partie des éleveurs et agriculteurs qui ont décidé de communiquer positivement sur leur métier à travers des vidéos mises en...

  • Home_agriculture_biologique_tracteur

    En 2030, l'agriculture européenne ne sera pas biologique

    Selon la commission européenne, 10 % de la SAU européenne seraient convertis en bio en 2030. L’agriculture biologique sera concurrencée par des sys...

  • 2Commentaire
  • #1

    Avec des prix rémunérateurs et stable on peut envisager une réduction des pesticides mais aujourd'hui l'emploi des pesticides est une assurance récolte. Quand vous testez des fongicides et que vous observez que dans le pire des cas l'augmentation du rendement paie le produit, qui est prêt a prendre le risque de perdre du rendement en faisant une impasse qui peut être justifié a court terme par une sécheresse et une plante saine, mais une fin de cycle humide avec une attaque de rouille, trop tard pour faire un produit systémique ,j'ai fait l'expérience moins 15 qx, merci les outils d'aide a la décision .

  • #2

    Il est certains que plus les objectifs seront bas plus nous les atteindrons.... Mais quel avenir voulons nous, des moyens existent, il faut encore les travailler, mais de grâce arrêtés de vous voiler la face, il va falloir y passer, pour notre santé, celle de la nature, et surtout par la volontée des citoyens

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit