Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5479 MembresCréer un compte

De l'électricité au petit lait de beaufort

Home_big_beaufort_notre_montagne

L'Union des producteurs de Beaufort a construit une usine exemplaire pour traiter localement le lactosérum. Une fois transformé en beurre, ricotte et poudre, le petit lait est méthanisé.

Voici un bel exemple de charges transformées en ressource énergétique, mais aussi financière pour ceux qui adhèrent à la démarche. Chaque kilo de beaufort produit génère 9 kg de lactosérum de haute qualité. Jusqu’à présent, les coopératives de Beaufort revendaient ce petit lait à la société LactoFrance, basée à Verdun (Meuse), qui le transformait en poudre de lactosérum. Le coût du transport était si conséquent que l’opération était déficitaire : les camions parcouraient 800 000 kilomètres par an, produisant 1000 tonnes d’équivalent carbone ! De plus, la plus-value de la transformation échappait à la filière.

L’Union des producteurs de Beaufort (UPB) (*) a donc étudié pendant cinq ans la création d'une usine collective de valorisation du petit lait à Albertville (Savoie). Elle a été inaugurée à l'automne dernier et baptisée « Savoie Lactée ». Le site devrait traiter 52 millions de litres de lactosérum par an. Pour atteindre ces volumes, le projet a impliqué deux autres coopératives laitières savoyardes : celle de Yenne (elle fournit le tiers du litrage de l’usine) et celle d’Entremont-le-Vieux.

Produits laitiers, mis aussi méthanisation, chaleur et électricité

Le petit lait est d’abord transformé en beurre (305 tonnes annuelle, travaillées en baratte à l’ancienne), ricotte (40 tonnes sous forme grossière, de crème tartinable et de « fetti ») et poudre de de protéines (500 tonnes). Pour la ligne de ricotte, l’UPB a fait appel à la société Consworld. Ces produits sont destinés aux industriels et particuliers et vendus sous la marque « Notre Montagne ». « Malgré la réussite de l’AOP du Beaufort, on ne peut plus se permettre de ne pas valoriser ces protéines », explique Yvon Bochet, président de l’Union des producteurs de Beaufort. Avec cette poudre adaptée au marché international, l’UPB vise notamment l’alimentation infantile.

Le résidu de la production (90 % du volume initial tout de même !) et les eaux de lavage sont ensuite envoyées dans l’unité de méthanisation équipée d’un cogénérateur. Elle produit 3 millions de KWh par an revendus à EDF (l’équivalent de la consommation de 1500 habitants), mais aussi de la chaleur directement injectée dans l’usine. Le méthanisateur a été conçu par l’entreprise toulousaine de dépollution Valbio. L’enjeu écologique est majeur, car les perméats de sérum ont une charge organique cinquante fois plus polluante qu’une eau usée urbaine. Au final, le rendement épuratoire atteint 99 %. Restent les boues biologiques, compostées et  récupérées par les éleveurs pour fertiliser les sols.

Une nouvelle branche de la filière beaufort

Pour l’UPB, c’est une nouvelle activité qui s’ouvre : « De techniciens fromagers, nous devenons aussi gestionnaire d’entreprise. Cette usine est faite par les producteurs, pour les producteurs », se féilicite Yvon Bochet.

L’investissement s’élève à 13 millions d’euros avec 2,5 millions de subvention émanant de l’assemblée des pays de Savoie, de la Région Rhône-Alpes et de l’Etat. Le Crédit Agricole et la Société générale sont aussi partenaires de l’opération, laissant à l’UPB un million d’autofinancement. Dix emplois ont été créés et le retour sur investissement est estimé entre 7 à 10 ans. Ce projet ambitieux et fédérateur a redynamisé la filière beaufort pour les décennies à venir !

 

(*) L'union des producteurs de beaufort réunit sept coopératives (600 producteurs adhérents) situées dans la zone de l’AOP Beaufort. Elle dispose d’un laboratoire technique qui travaille sur la qualité du lait et assure un appui technique aux ateliers de fabrication.

En savoir plus : http://www.fromage-beaufort.com/fr (site internet officiel du fromage de beaufort) ; https://wikiagri.fr/articles/comment-laop-beaufort-a-su-preparer-lapres-quotas-laitiers/5201 (autre article de WikiAgri sur l'AOP beaufort).

 

Ci-dessous, le beaufort, connu pour ses transformations fromagères...

... Mais aussi, désormais, pour son biogaz !

Un produit fini, le beurre...

Yvon Bochet, président de l'UPB.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_11

    Le tournesol quitte sa zone de confort

    Des filières se développent aujourd’hui dans les bassins des Hauts-de-France, de l’Est, et de la Normandie. La plante offre notamment la possibilit&...

  • Home_image1

    « Une agriculture sans agriculteurs »

    "Une agriculture sans agriculteur : La révolution indicible" est un livre, dense, co-écrit par François Purseigle et Bertrand Hervieu qui dress...

  • Home_ffxgwfnpipvqmtqlnw21wsbk9v0p4

    Une implantation bien huilée pour le colza

    La qualité de la levée et la vigueur au démarrage de la culture implique de réaliser les bons choix en matière de travail du sol, de techni...

  • Home_33izcnkci6i4lwjwzx1h3swm0mucl

    Dans le bain du colza érucique

    Jean-Marc Leroy sème chaque année entre 25 à 40 ha de colza érucique au sein d’une rotation qui intégrait en 2022, 20 ha de betterave...

  • Home_source_amazone_spot_spraying_ou_pulverisation_ultra_localisee

    Retrait des phytos : et si les alternatives venaient de l’AgTech ?

    Saga de la fin du Glyphosate, valse des dérogations nationales pour les néonicotinoïdes en betteraves… Et demain, sonnera la fin du Bonalan qui...

  • Home_couv_4

    Chimique et/ou mécanique : élaborer une stratégie de désherbage efficace

    Parce que les solutions phytosanitaires sont de plus en plus soumises à contraintes, que la présence d’adventices résistantes s’étend,...

  • Home_capture_2

    Les clés du semis rapide en maïs grain

    Les semoirs rapides, permettent aujourd’hui de doubler la vitesse de travail pour pouvoir théoriquement travailler à des vitesses allant de 12 à 20...

  • Home_couv_3

    Protégez vos maïs des ravageurs

    Une fois que les larves de pyrale sont dans la tige, il n'y a plus de traitement curatif. Il faut agir en amont, dès la récolte précédente, en...

  • Home_couv_2

    Adapter sa fertilisation azotée à la conjoncture

    Le fractionnement des apports azotés permet de mieux faire coïncider les apports aux besoins de la plante, donc une meilleure valorisation.   Quand, ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit