Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4230 MembresCréer un compte

De l'électricité au petit lait de beaufort

Home_big_beaufort_notre_montagne

L'Union des producteurs de Beaufort a construit une usine exemplaire pour traiter localement le lactosérum. Une fois transformé en beurre, ricotte et poudre, le petit lait est méthanisé.

Voici un bel exemple de charges transformées en ressource énergétique, mais aussi financière pour ceux qui adhèrent à la démarche. Chaque kilo de beaufort produit génère 9 kg de lactosérum de haute qualité. Jusqu’à présent, les coopératives de Beaufort revendaient ce petit lait à la société LactoFrance, basée à Verdun (Meuse), qui le transformait en poudre de lactosérum. Le coût du transport était si conséquent que l’opération était déficitaire : les camions parcouraient 800 000 kilomètres par an, produisant 1000 tonnes d’équivalent carbone ! De plus, la plus-value de la transformation échappait à la filière.

L’Union des producteurs de Beaufort (UPB) (*) a donc étudié pendant cinq ans la création d'une usine collective de valorisation du petit lait à Albertville (Savoie). Elle a été inaugurée à l'automne dernier et baptisée « Savoie Lactée ». Le site devrait traiter 52 millions de litres de lactosérum par an. Pour atteindre ces volumes, le projet a impliqué deux autres coopératives laitières savoyardes : celle de Yenne (elle fournit le tiers du litrage de l’usine) et celle d’Entremont-le-Vieux.

Produits laitiers, mis aussi méthanisation, chaleur et électricité

Le petit lait est d’abord transformé en beurre (305 tonnes annuelle, travaillées en baratte à l’ancienne), ricotte (40 tonnes sous forme grossière, de crème tartinable et de « fetti ») et poudre de de protéines (500 tonnes). Pour la ligne de ricotte, l’UPB a fait appel à la société Consworld. Ces produits sont destinés aux industriels et particuliers et vendus sous la marque « Notre Montagne ». « Malgré la réussite de l’AOP du Beaufort, on ne peut plus se permettre de ne pas valoriser ces protéines », explique Yvon Bochet, président de l’Union des producteurs de Beaufort. Avec cette poudre adaptée au marché international, l’UPB vise notamment l’alimentation infantile.

Le résidu de la production (90 % du volume initial tout de même !) et les eaux de lavage sont ensuite envoyées dans l’unité de méthanisation équipée d’un cogénérateur. Elle produit 3 millions de KWh par an revendus à EDF (l’équivalent de la consommation de 1500 habitants), mais aussi de la chaleur directement injectée dans l’usine. Le méthanisateur a été conçu par l’entreprise toulousaine de dépollution Valbio. L’enjeu écologique est majeur, car les perméats de sérum ont une charge organique cinquante fois plus polluante qu’une eau usée urbaine. Au final, le rendement épuratoire atteint 99 %. Restent les boues biologiques, compostées et  récupérées par les éleveurs pour fertiliser les sols.

Une nouvelle branche de la filière beaufort

Pour l’UPB, c’est une nouvelle activité qui s’ouvre : « De techniciens fromagers, nous devenons aussi gestionnaire d’entreprise. Cette usine est faite par les producteurs, pour les producteurs », se féilicite Yvon Bochet.

L’investissement s’élève à 13 millions d’euros avec 2,5 millions de subvention émanant de l’assemblée des pays de Savoie, de la Région Rhône-Alpes et de l’Etat. Le Crédit Agricole et la Société générale sont aussi partenaires de l’opération, laissant à l’UPB un million d’autofinancement. Dix emplois ont été créés et le retour sur investissement est estimé entre 7 à 10 ans. Ce projet ambitieux et fédérateur a redynamisé la filière beaufort pour les décennies à venir !

 

(*) L'union des producteurs de beaufort réunit sept coopératives (600 producteurs adhérents) situées dans la zone de l’AOP Beaufort. Elle dispose d’un laboratoire technique qui travaille sur la qualité du lait et assure un appui technique aux ateliers de fabrication.

En savoir plus : http://www.fromage-beaufort.com/fr (site internet officiel du fromage de beaufort) ; https://wikiagri.fr/articles/comment-laop-beaufort-a-su-preparer-lapres-quotas-laitiers/5201 (autre article de WikiAgri sur l'AOP beaufort).

 

Ci-dessous, le beaufort, connu pour ses transformations fromagères...

... Mais aussi, désormais, pour son biogaz !

Un produit fini, le beurre...

Yvon Bochet, président de l'UPB.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_sija_2019

    Le message commun des jeunes agriculteurs du monde

    A Paris, le sommet  international des jeunes agriculteurs a réuni, pendant trois jours, les représentants des syndicats d’une vingtaine de pays. Ils ...

  • Home_agriculture_urbaine_insertion_2

    Quand l'agriculture urbaine devient un levier pour l'insertion

    Le développement de l’agriculture urbaine offre des oportunités que l’on n’aurait pas soupçonnées. Et si la main-d’oeuvre ...

  • Home_gousses_et_graines_de_soja

    "Soja de France" représentera la moitié de la production intérieure d'ici 2025-2030

    Terres Univia booste la relance de la culture de soja en certifiant "soja de France" la moitié de la production française d’ici 2025-2030. L&rsq...

  • Home_port_c_r_alier_mer_noire

    Pays-Bas, Belgique et Algérie, la concentration des exportations françaises de blé inquiète

    Notre pays profite marginalement de l’accroissement mondial des échanges commerciaux de céréales entre les cinq continents. Les pays du bassin de l...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro