Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4319 MembresCréer un compte

Dans le Gers, il cultive du houblon et produit de la bière

Home_big_bi_re_du_gers_600x300

Depuis près de deux ans un jeune viticulteur du Gers cultive de l’orge mais aussi du houblon. Car il a lancé sa production de bière 100% paysanne. Et déjà il enregistre un certain succès.

Le Gers, son foie gras, son floc de Gascogne, son armagnac et désormais, voici même sa bière 100 % paysanne et bio. Cette dernière est produite dans le petit village de Dému, par Rémi Mouton, 27 ans, au sein du domaine viticole familial de Burosse. Une activité qui réjouit Joël, son père, viticulteur qui œuvre pour la coopérative des vins de Plaimont. « C’est nécessairement motivant parce que c’est nouveau pour nous. On ne peut pas dire que ce soit la routine. Au contraire, cela permet de voir plus loin ! », lâche-t-il tout sourire.

Déjà 35 000 bouteilles produites depuis 2017

Car il faut dire que pour mener à bien son entreprise, Rémi Mouton qui se définit comme un vigneron-brasseur cultive cinq hectares d’orge et entretient une imposante houblonnière de cinq mètres de haut. Cette situation, il en a rêvé depuis si longtemps qu’il s’est lancé dans des études en agriculture et en œnologie, à Toulouse (Haute-Garonne). Puis en 2015, ses diplômes d’ingénieur en poche, il est revenu dans le Gers voisin pour être embauché comme maître de chai. Sauf qu’il souhaite travailler chez lui. C’est alors que la possibilité de produire de la bière germe dans son esprit. Histoire d’appliquer les mêmes principes que pour le vin.

« Ici on sait le faire fermenter depuis longtemps, alors de la bière aussi. Il y a un parallèle évident entre les deux ! », souligne-t-il. Le projet est donc lancé en mars 2017 et le premier brassage intervient au mois d’août. Mais pour ce faire, il a dû investir 40 000 € et acheter un tank à lait qu’il a déniché sur internet et auquel il a apporté des modifications.

Dès à présent son initiative est un petit succès. A raison de trois ou quatre brassages par mois, la production totale est de 18 000 litres, soit 35 000 bouteilles conditionnées jusqu’à aujourd’hui.

Toute la famille participe au défi

Quant au chiffre d’affaires, il s’est établi à 70 000 € pour l’année dernière. « Je n’ai peut-être pas encore atteint complètement mon rêve, mais j’ai au moins dépassé mes objectifs. Donc je suis content ! », se félicite Rémi Mouton qui se rémunère, pour l’heure à hauteur de 900 € par mois. « Bien sûr il y a des choses à améliorer, mais j’ai voulu quelque chose d’original, sans que ce soit trop amer. »

Le résultat est d’ailleurs d’une bonne tenue. Puisque la Cadette de Burosse, c’est son nom, est très fine, légère et particulièrement désaltérante. Une gamme de bières brune, blanche, blonde ou éphémère vendue en circuit court, surtout dans des épiceries fines du département et des Landes, comme dans les Hautes-Pyrénées et de Toulouse, dans laquelle le houblon est bien ressenti.

L’ensemble est la conséquence heureuse d’une belle coopération familiale. Brice, son frère, ancien commercial en vins de Bordeaux, Renée, sa mère, son père donc, et Victor, un cousin, graffeur de son état, apportent tous leur pierre à l’édifice pour semer l’orge, mettre en bouteille, étiqueter et procéder aux livraisons. Finalement, seule la partie malterie s’effectue dans le Tarn.

Désormais Rémi Mouton entrevoit déjà le développement de son entreprise. Il entend acquérir cette année une embouteilleuse semi-automatique, pour faciliter certaines tâches de la chaîne de brassage et la mise en bouteille et ainsi favoriser un confort de travail.


En savoir plus : https://www.vigneronsbrasseursdeburosse.com (site internet) ; https://www.facebook.com/LaCadettedeBurosse (leur page Facebook).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Morineau-Cooks Christophe
Thumb_cmc

Journaliste professionnel depuis 25 ans. Toulousain, reporter dans de grands quotidiens régionaux du nord de la Loire et la radio. Aujourd'hui de retour à To...

  • Vous aimerez également
  • Home_moissac_musique_vigne_julien_custody

    Insolite, écoutez la musique qui fait pousser les vignes !

    [vidéo avec musique + article] Six vignerons du très réputé vignoble du chasselas de Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, tentent de réduire l...

  • Home_ferme_800_veaux_gers_salari_

    Polémique dans le Gers autour d'une "ferme des 800 veaux"

    Près de Auch dans le Gers, un projet agricole soulève de multiples oppositions sur fond de bataille syndicale. La Confédération paysanne év...

  • Home_maxime_boucaud_bergerie

    Dans le Tarn-et-Garonne des amoureux du fromage sauvent une bergerie

    Belle histoire : 225 contributeurs viennent de sauver une bergerie-fromagerie artisanale du Tarn-et-Garonne en donnant à Maxime Boucaud l’opportunité...

  • Home_grenouilles_grignols

    Mare aux grenouilles, l'enjeu du conflit entre voisins glisse sur le terrain écologique

    Michel et Annie Pecheras sont englués dans une affaire judiciaire kafkaïenne depuis le jugement rendu par la cour d’appel de Bordeaux le 2 juin 2016. Mais l...

  • Home_saint-mont_vignes_pr_fyllox_riques

    Le vignoble de Saint-Mont fait la fierté du Gers

    Casse-croûte offert par les vignerons, circuit découverte de la viticulture biologique, assemblage de sa propre cuvée. Tout le week-end dans le Gers, le v...

  • Home__leveur_de_canards_-_x_300

    Quand les élevages de canards reprennent vie

    Après plusieurs mois de vide sanitaire, les élevages de canards revivent dans le sud-ouest. Mais les professionnels croisent les doigts pour ne pas être c...

  • Home_workshop___la_ferme

    Le worshop à la ferme, ou l'immersion d'étudiants dans une exploitation agricole

    Durant une semaine, des étudiants en architecture, paysage et design ont rencontré des acteurs de l’agriculture dans le cadre d’un « wors...

  • Home_canards_march__au_gras_samatan

    Grippe aviaire, les acteurs de la filière avicole s'alarment d'une crise sans fin

    L’année dernière, dans le sud-ouest, la première épidémie de grippe aviaire avait déjà, au minimum, inquiét&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit