Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5207 MembresCréer un compte

Crise sanitaire, l'agriculture suscite des vocations mais la profession effraie

Home_big_installation_transmission_agriculture

Les candidats à l’installation portent des projets et des ambitions en rupture avec le modèle agricole adopté par leurs ainés. La pénibilité et le niveau de rémunérations découragent de nombreux  postulants. Mais en ces temps de crise sanitaire, l’agriculture pourrait aussi servir de refuge.

La France peut-elle compter sur une nouvelle génération d’agriculteurs pour rester un dix principaux exportateurs de céréales au monde ?

Les jeunes agriculteurs français de moins de 40 ans (15 % des effectifs totaux) sont proportionnellement plus nombreux que dans le reste de l’Union européenne et le nombre d’installations est assez élevé.

Pour autant, notre pays fait face à un important défi démographique : un tiers des agriculteurs a plus de 55 ans. Au total, ils sont 273 000 exploitants agricoles susceptibles de transmettre leur exploitation d’ici une dizaine d’années.

Or plus les années passent, plus le vivier de candidats à l’installation que représentent habituellement les enfants d’agriculteurs s’amoindrit. Ils sont moins nombreux et ils ne sont pas tous motivés pour prendre la succession de leurs parents dont ils n’envient pas, parfois, leurs conditions de vie (temps de travail, faiblesse des revenus).

L’essor de l’installation hors cadre familial est par conséquent une réponse au défi démographique auquel l’agriculture française est confrontée.

L’expérience lancée par l’ancien ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, « Des bras pour ton assiette » apporte des enseignements intéressants sur les motivations qui conduisent les Français non issus du milieu agricole à vouloir travailler dans le secteur agricole. Sur les 300 000 personnes ayant répondu à l’appel, seuls 15 000 ont réellement été embauchés. « Cela tend à montrer l’existence d’un décalage entre le rêve d’un retour à la terre et la dure réalité au métier agricole », analyse Eddy Fougier, politologue, un des contributeurs de l’édition 2021 du Déméter. Il est en particulier l’auteur du chapitre intitulé "France Rurale : l’engouement des jeunes est-il durable ?".

Le scénario collapsologue

Ces résultats soulèvent aussi des questions d’adéquation entre les besoins de compétences des filières et les aspirations des nouveaux installés à une agriculture plus écologique, engagée pour relever les défis environnementaux et climatiques de la planète d’ici la fin du siècle.

A moins que la pandémie de la Covid ne conduise tout simplement des actifs à « s’installer à la campagne dans une logique d’autoprotection et d’autosuffisance alimentaire ». Ils s’inscriraient alors dans le scénario collapsologue décrit par Eddy Fougier.

Ce scénario « se fonde sur l’hypothèse selon laquelle le monde rural et l’agriculture constituent des valeurs refuges en période de crise majeure », explique Eddy Fougier. Ces craintes s’ajoutent aux effets du changement climatique qui pourraient compromettre l’approvisionnement des villes en nourriture faute de denrées agricoles suffisantes.

Dans ces conditions, « l’agriculture serait un refuge » pour une certaine catégorie de la population la plus jeune, défend Eddy Fougier. Celle-ci pourrait allier cadre de vie rassurant et activité professionnelle.

« Durant la crise financière de 2008-2009, le chômage massif en Italie chez les jeunes, diplômés de l’enseignement supérieur, a décidé 55 000 d’entre eux de moins de 35 ans à se diriger vers l’agriculture », ajoute le politologue.

Le scénario agro-écologique

Si la société parvient à retrouver une certaine sérénité, les futurs agriculteurs porteront davantage des projets d’installation en phase avec la stratégie de la « Ferme à la table » présentée par la Commission européenne. Il s’agirait, à travers ce scénario agro-écologique, « de converger vers un système alimentaire durable, moins dépendant aux engrais, aux pesticides et aux antimicrobiens afin de régénérer la biodiversité », explique encore la Commission.

Mais l’agriculture sera attractive si les candidats à l’installation parviennent à réaliser des projets économiques rentables, en phase avec leurs aspirations agro-écologiques tout en acceptant les contraintes de travail et de pénibilité auxquelles ils n’échapperont pas.

Sans s’inscrire dans ces deux scénarios de rupture, l’agriculture française évoluerait plus simplement au gré des ambitions portées les futurs agriculteurs de moins en moins issus du monde agricole. Cette nouvelle génération d’installés, plus écologique, ne remettra pas pour autant en cause systématiquement l’agriculture conventionnelle.

Mais les fermes à reprendre ne répondent pas à leurs aspirations.

Les nouveaux agriculteurs sont portés par une désaffection à l'égard de l’élevage et tentés par des exploitations de moins grande taille. A terme, l’élevage français pourrait même être en danger car les fermes d’élevage ne trouvent pas de preneurs.


Notre illustration ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 4
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_jcb_-_620_x_260

    JCB se lance dans l’industrialisation d’un moteur à hydrogène innovant et performant

    JCB investit 100 millions de livres sterling dans un projet destiné à produire des moteurs à hydrogène performants. JCB vise la fin 2022 pour ...

  • Home_mo

    La matière organique du sol : à quoi ça sert ?

    Les principales caractéristiques du sol Elles sont de 3 « natures » : Physique : texture, aéré et capable de reten...

  • Home_adobestock_120500634_preview

    Productions mondiales d'oléo-protéagineux, le soja et le tournesol à la rescousse ...

    Champ de soja au Brésil (Par OMarino)   384 Mt de soja et 57 Mt de tournesol seraient produites dans le monde en 2021-2022, soit 26 Mt de plus que la...

  • Home_vers_de_terre

    Quel est vraiment l'importance de vers de terre dans le sol ?

    « Les vers de terre sont les intestins de la terre » Aristote La présence de vers de terre c’est la clef d’un sol vivant, comment...

  • Home_img61

    ETA DES PRESTATIONS TOUTE L’ANNÉE

    CHANTIER - DES PRESTATIONS TOUTE L’ANNÉE ETA en plus de son activité de céréalier, Nicolas Chevrier complète ses prestations...

  • Home_img289

    SEMIS MONOGRAINE SYNCHRONISÉ

    AGRO ÉQUIPEMENT - SEMIS MONOGRAINE SYNCHRONISÉ   En fonction de l’espacement entre graines, des binages croisés seront possibles....

  • Home_wiki_46_semaine_34_couverture

    9 clés pour réussir son binage

    L’efficacité du binage sur les adventices peut être meilleure que les solutions chimiques et atteindre 90 %. Comme ici avec bineuse Econet de chez Carr&eac...

  • Home_eta_10_semaine_33_bis_couverture

    L’ANDAINEUR, CRÉATEUR DE LA VALEUR DANS LA CHAÎNE VERTE

    "C'est souvent dificile d'occuper les chevaux d'une ensileuse dans les récoltes d'herbe. Avec des andains espacés de 15m chacun, on optimis...

  • Home_port_ce_re_alier

    "Les marchés agricoles ne sont pas rentrés dans un cycle long de prix élevés"

    Lors des sixièmes entretiens de l’Observatoire de la formation des prix et des marges, Philippe Chalmin, le président, a présenté comment le...

  • 4Commentaire
  • #1

    l'humanité n'a pas d’avenir sans agriculteur ! Climat eau énergie alimentation environnement etc .... l'agriculture est la seule activité économique en phase avec la planète Terre ! Tous nos problèmes de climat, d'eau, de biodiversité, de pollution et même de santé viennent de l'artificialisation des sols et de la concentration urbaine qui ne respectent pas les lois françaises ! ce sont les villes qui épuisent les ressources des campagnes et non pas l'inverse : Les surfaces végétales baissent l’albédo des sols, évacuent la chaleur (chaleur latente), absorbent du CO2, libèrent de l’oxygène, provoquent les pluies, nourrissent et protègent toute la biodiversité sur les continents … En ayant stigmatiser la consommation d’eau des plantes (et donc de l’agriculture) on a entrainé une désertification massive de nos campagnes au profit de villes hors normes !

  • #2

    même les amishs font de l'élevage et mange de la viande ! Il faut en finir de toute urgence avec la secte EELV qui ne parle que de ré-ensauvagement de nos campagnes, autrement dit faire disparaitre l'agriculture qui nourrit les humains depuis des millénaires, autrement dit faire en sorte que l'humain disparaisse pour laisser la place à la nature, ça ressemble de plus en plus à un génocide à petit feu qu'à une protection de l'environnement !

    EELV s'attaque aussi aux réserves d'eau pour lutter contre les sécheresses : Tous les ans la Nouvelle Aquitaine est en alerte inondations avec des millions d'euros de dégâts, Nous sommes victimes d'une application trop simpliste et très zélée de la continuité écologique des cours d'eau, une sorte d’hystérie collective des élus écologistes de la région qui financent les destructions de barrages quant au contraire il faudrait construire ! Et dans 4 mois nous serons en alerte sécheresse...

  • #3

    le seul "agriculteur" français a être député européen soutient le maire de Lyon concernant l'interdiction de la viande à la cantine : https://www.canalplus.com/divertissement/pour-ou-contre-les-repas-sans-viande-a-la-cantine/h/15766701_50013

    sous couvert du covid tout est bon pour imposer la doctrine soit disant verte d'EELV !

  • #4

    encore un reportage tendancieux (pour ne pas dire dégueulasse ...) d'envoyé spécial : la guerre de l'eau ! https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-la-guerre-de-l-eau_4318427.html

    Encore une fois les journalistes orientent lamentablement et dangereusement les questions d'eau uniquement sur l'agriculture : Pas un mot sur les inondations qui font de plus en plus de dégâts tous les ans ! Pas un mot sur le détournement massif et illégal de l'eau douce par les villes hors normes qui polluent les rivières, les bassins ostréicoles et la mer ! Pas un mot des services de l'état (ministères, préfectures, agences de l'eau, DREAL, DRAAF) Pas un mot des comités de bassins (CLE, SDAGE, SAGE, etc ...) Pas un mot sur la consommation d'eau des arbres (autant qu'un champ de maïs irrigué : 5000m3 à l'hectare et par an) Pas un mot sur le rôle de la végétation dans la régulation du climat

    C'est l'urgence climatique qui nous impose de faire des réserves d'eau l'hiver pour végétaliser l'été, dans 4 mois nous serons en alerte sécheresse ! Depuis 20 ans la situation se dégrade sur le plan des inondations et des sécheresses parce que les services de l'état font détruire les retenues qui permettaient de retenir l'eau dans les bassins versants, tout en mettant en cause le dérèglement climatique alors que c'est exactement le contraire : ce sont les sécheresses qui dérèglent le climat ! Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Sur la planète toutes les désertifications sont caractérisées par des inondations et des sécheresses de plus en plus longues, l'urgence est à la végétalisation des surfaces exposées au soleil l'été : pas de végétation = pas de pluie et stockage de la chaleur = canicule !

    bon courage ...

    https://www.mediaterre.org/actu,20200810121408,1.html

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit