Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

Home_big_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveurs, oui. Mais attention, deux ONG préviennent que ce procédé n'est pas sans conséquence au niveau des équilibres internationaux, et s'intéressent particulièrement au sort des éleveurs de l'Afrique de l'Ouest. WikiAgri publie ici la tribune de Hélène Botreau (Oxfam France) et Pascal Erard (CFSI, Comité français pour la solidarité internationale).

La filière lait est en grave difficulté suite aux mesures prises pour endiguer la crise sanitaire. La consommation intérieure dans de nombreux pays européens est en berne du fait notamment de la réduction des débouchés (fermeture de la restauration collective et de nombreux marchés…).

Cette crise frappe d’abord les producteurs européens : la surproduction provoque une chute des prix, la tonne de poudre de lait écrémé passant de 2 600 € il y a 6 mois à 2 000 € début avril. Au lieu de mettre en place un plan européen de réduction des volumes, la Commission européenne a décidé de privilégier le stockage. Or, qui dit "stockage" aujourd'hui dira "déstockage" demain. Comme par le passé, ce dernier tirera vers le bas les prix payés aux producteurs européens pendant de longs mois.

Le 7 mai dernier, en France et dans d’autres pays d’Europe, des éleveurs ont épandu de la poudre de lait dans leurs champs en signe de protestation contre ces mesures.

Cet acte désespéré n’est que le symptôme de défaillances structurelles anciennes de notre système agricole et alimentaire hyper-mondialisé et industrialisé. La course au profit qui le caractérise a des répercussions directes sur les agriculteurs, ici et ailleurs.

En effet, de cette politique européenne découlent des impacts directs pour les éleveurs ouest-africains notamment : ces stocks de poudre de lait seront exportés massivement en Afrique de l’Ouest, à un prix défiant toute concurrence, ruinant les éleveurs locaux, déjà mis à mal par la crise sanitaire qui les touche aussi de plein fouet. Le cas du lait illustre un problème plus général.

Des filières locales écrasées par le dumping européen

En Afrique de l'Ouest, une paysannerie dynamique et inventive procure 75 % de l'alimentation des citadins dont le nombre ne cesse de croître, tout en fournissant l'essentiel de la nourriture des ruraux. Certes, l’Afrique de l’Ouest dépend des importations pour certains produits (riz, sucre, lait…). Mais derrière cette réalité, ce sont surtout des filières locales qui sont étouffées par les exportations étrangères de produits à bas coût (ce que l’on appelle communément le « dumping ») et il ne leur est même pas donné la chance de se développer, de prospérer et de subvenir aux besoins de leur population.

Le phénomène n’est pas nouveau. Déjà en 2004, le Comité Français pour la Solidarité Internationale et Oxfam (alors dénommé Agir Ici), aux côtés d’autres organisations, dénonçaient le dumping de poulet congelé européen sur les marchés africains, dans une campagne au nom évocateur, "l’Europe plume l’Afrique".

Aujourd’hui, il s’agit de lait. En réalité non, il ne s’agit pas de lait, c’est bien ça le problème. Il s’agit de poudre de lait, mélangée avec de la matière grasse végétale. La poudre est dégraissée (la matière grasse, à forte valeur ajoutée, est utilisée pour le beurre et la crème pour être vendue au prix fort), puis ré-engraissée, souvent avec de l’huile de palme, 12 fois moins chère que la matière grasse laitière. Ce "faux lait" vendu environ 30 à 40 % moins cher que le lait local, constitue une concurrence déloyale pour la filière lait local en Afrique de l’Ouest et plombe les débouchés pour des centaines de milliers de petits éleveurs.

L’Afrique de l’Ouest, déversoir du "faux lait" européen

En 2015, la fin des quotas laitiers européens, qui permettaient de réguler la production et de limiter les excédents, a largement contribué à cette situation. Les multinationales laitières européennes, qui convoitaient des marchés mondiaux supposés prometteurs, voulaient cette fin des quotas pour disposer de plus de lait à exporter. Bilan : plus de poudre de lait écrèmé à exporter auquel on ajoute de l'huile de palme pas chère. Les exportations européennes de ce mélange détonnant vers l'Afrique de l'Ouest ont pratiquement quadruplé en 10 ans.

Les industriels implantés en Afrique de l'Ouest sont souvent des multinationales laitières européennes présentes sous forme d’acquisition d’entreprises locales, de joint-ventures et de ventes de licences. Elles ne jouent pas le jeu. Pire, elles contribuent très fortement à cet écrasement de la filière locale : sur les 10 multinationales européennes implantées, seulement la moitié collecte du lait local, mais en quantité très faible. Pour fabriquer leurs produits transformés, elles importent ces fameux mélanges MGV (matière grasse végétale), qui bénéficient d’un droit de douane très faible (5 %).

Certes, la filière lait locale en Afrique de l’Ouest fait face à des contraintes importantes (alimentation du bétail et circuits de collecte insuffisants...) et les soutiens publics sont faibles. Néanmoins, le projet d’offensive lait de la CEDEAO (communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) montre un début de prise de conscience et commence à impulser une dynamique locale.

Malgré ces évolutions, les perspectives commerciales de l’UE n’éclaircissent guère l’horizon pour la filière lait locale d’Afrique de l’Ouest : la consommation intérieure stagne en l’Union Européenne, mais pour autant elle prévoit une augmentation de sa production laitière de 0,8 % par an jusqu’en 2030, production qui sera écoulée sur des marchés étrangers, notamment d’Afrique de l’Ouest.

Les acteurs ouest-africains, avec qui nos organisations travaillent étroitement dans le cadre de la campagne "Mon lait est local" et son pendant européen "N’exportons pas nos problèmes" ne demandent pas l’arrêt total des exportations. Ils demandent que les politiques publiques et les industriels donnent l’opportunité à la filière lait locale ouest-africaine de se développer et que les politiques commerciales soient cohérentes avec les politiques de développement soutenant ces filières.

Depuis la crise du Covid-19, les Etats Européens n’ont de cesse de se préoccuper de leur souveraineté alimentaire. Qu’ils protègent d’abord leurs propres agriculteurs et leur garantissent un revenu rémunérateur, sans compromettre la souveraineté alimentaire d’autres pays et mettre des agriculteurs en péril en Afrique de l’Ouest.

Hélène Botreau
chargée de plaidoyer Sécurité Alimentaire et Agriculture, Oxfam France
&
Pascal Erard
responsable du plaidoyer, Comité Français pour la Solidarité Internationale


En savoir plus : https://www.oxfamfrance.org (site internet de Oxfam France) ; @oxfamfrance (compte Twitter) ; @OxfamFrance (page Facebook) ; https://www.cfsi.asso.fr (site internet du Comité français pour la solidarité internationale, CFSI) ; @CFSIasso (compte Twitter) ; @cfsi.asso (page Facebook).


La photo ci-dessous, prise au Mali, a été fournie par Oxfam. Crédit : Oxfam/Sylvain Cherkaoui.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 2
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats panique

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de multinationales

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit