Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5067 MembresCréer un compte

Brexit, où est la porte de sortie ?

Home_big_apr_s_le_brexit

Le gouvernement britannique, le Conseil européen et la Commission européenne doivent trouver un terrain d’entente pour rendre les échanges commerciaux (notamment agroalimentaires) aussi aisés que possible lorsque le Royaume-Uni ne sera plus membre de l’Union européenne. Car, déjà hors de la zone euro, la Grande-Bretagne réalise la moitié de ses échanges agricoles et agroalimentaires avec l’UE.

La forte baisse de la livre sterling observée depuis le 23 juin dernier traduit le désarroi des marchés financiers après avoir appris qu’une majorité des Britanniques souhaite le Royaume-Uni hors de l’Union européenne. Mais cette dévaluation est moins accentuée contre l’euro qu’en 2008, en pleine crise financière. Et à court terme, elle est même une aubaine pour rendre la Grande-Bretagne plus compétitive sur les marchés agricoles, pour exporter par exemple, son blé fourrager et son orge vers l’Union européenne ou à destination des pays tiers. Mais les ventes porteront quoi qu’il en soit sur des quantités limitées.

Le Royaume-Uni réalise la moitié de ses échanges commerciaux de produits agricoles et agroalimentaires avec ses partenaires de l’Union.

Les enjeux commerciaux portent davantage sur l’industrie agroalimentaire et sur les fruits et légumes dont la Grande Bretagne est déficitaire. « La Grande-Bretagne est le 3e client (5,5 milliards d’euros) de la France et son 6e fournisseur (3,5 milliards d’euros). Nous ne savons ni quand, ni comment, le processus de sortie de l’Union Européenne sera enclenché », rapporte François Thaury, analyste chez Agritel. Mais le prochain Premier ministre britannique pourra difficilement s’appuyer sur la chambre des communes majoritairement hostile au Brexit pour trouver du soutien dans les négociations. Des élections législatives anticipées ne sont pas à exclure dans quelques mois, ce qui pourrait encore retarder les négociations.

Toutefois, il est dans l’intérêt des deux parties, aussi bien à Bruxelles qu’à Londres, de trouver un terrain d’entente pour rendre les échanges commerciaux aussi aisés que possible. Il ne faut pas qu’une nouvelle crise économique s’ajoute à la détresse politique dans laquelle est déjà plongée le Royaume-Uni mais aussi l’Union européenne. Un reflux des échanges commerciaux conduirait, par ricochet, à un engorgement des marchés européen et britannique, et à des prix agricoles faibles.

Trois scénarios possibles pour les échanges Royaume-Uni - Europe

En s’inspirant des accords commerciaux en vigueur entre l’UE et des pays tiers, trois scénarios sont envisageables :

1) Le Royaume-Uni acquiert un statut identique à celui de la Norvège et scelle, dans ce cas de figure, un accord de libre échange moyennant une contribution au budget européen, sans participation aux décisions politiques. Elle est actuellement de 106 livres sterling par Norvégien. A titre de comparaison, la contribution au budget européen de la Grande-Bretagne est de 153 livres par Britannique.

2) Aucun accord commercial n’est conclu et alors les échanges commerciaux seront soumis aux règles de l’OMC stricto-sensu, avec à la clé l’instauration de droits de douane.

3) Enfin, l’Union européenne opte pour un régime des échanges intermédiaire qui reste à définir.

« Le prochain accord commercial dépendra du rapport de force que l’UE saura exercer sur la Grande-Bretagne, qui temporise actuellement pour activer la procédure de sortie », rapporte François Thaury. Dans le contexte actuel, il est difficile d’imaginer que le Royaume-Uni impose son calendrier de négociations ou s’affranchisse d’un marché européen de 500 millions de consommateurs convoité par l’ensemble des pays la planète.

Quid des aides PAC perçues par les agriculteurs britanniques ? Ils les percevront pour 2017 et 2018 puisque le Royaume-Uni continuera encore à financer le budget européen. Mais après ?

Le gouvernement britannique devra conduire sa propre politique agricole en compensant les 3,9 milliards d’aides de la PAC que ses exploitants agricoles perçoivent actuellement. A condition cependant que le Royaume-Uni ait les moyens budgétaires pour financer cette politique agricole. Car dans un contexte dépressif, la priorité du gouvernement britannique pourrait ne pas être l’agriculture. Et alors livrées à eux-mêmes, seules 10 % des exploitations, les plus puissantes, pourraient survivre, selon certaines études d’experts. Mais la Grande-Bretagne sacrifierait alors sa sécurité alimentaire et s’exposerait imprudemment à des marchés agricoles encore plus volatils que sa livre sterling !

 

Notre illustration ci-dessous est issue du site Fotolia. Lien direct : https://fr.fotolia.com/id/114244263.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • Home_culture_de_manioc

    Le manioc et l'arachide contribuent à l'équilibre des marchés céréaliers

    309 millions de tonnes de manioc sont produites dans le monde et destinées essentiellement à la consommation locale. La production mondiale d’arachides (4...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit