Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4529 MembresCréer un compte

Bien-être animal, les éleveurs affichent leurs actions sur une page web

Home_big_etienne_fourmont_-_bien-_tre_animal

L'élevage est désormais souvent soumis à la pression de ses détracteurs. Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe, a pris l'habitude de répondre aux attaques subies par son activité sur les réseaux sociaux. Aujourd'hui, il va plus loin, en invitant les éleveurs à s'inscrire sur www.bienetre-elevage.fr, et à cocher ainsi leur ferme sur une carte de France en mentionnant leurs actions en faveur du bien-être animal. De nombreuses exploitations ouvrent même leurs portes au public.

Sous les pseudos de Agrikol sur Twitter ou AgriYouTuBeurre sur Youtube, Etienne Fourmont ne cesse d'intervenir sur les réseaux sociaux pour dénoncer l'agribashing et autres désinformations, en particulier sur l'élevage. "Je comprends que l'on puisse refuser de manger de la viande, dit-il ainsi à WikiAgri, mais pas que l'on justifie ses choix par la propagation de fausses informations." Il défend ainsi l'élevage français depuis plusieurs années, et a pris l'habitude de contester un à un tous les arguments qu'il estime fallacieux. WikiAgri a ainsi diffusé en juin 2018 une vidéo qu'il a publiée sur sa chaine YouTube (cliquez sur ce lien pour la voir) où il reprend point par point les "vraies fausses informations" données sur une vidéo virale réalisée par une "anti-élevage", pour les démonter un par un.

Plus récemment (le 27 mars 2019), il a répondu à la star télévisuelle Nagui sur Twitter, lui reprochant d'affirmer que l'élevage polluait plus que les transports, et justifiant par la suite sa propre intervention par de multiples chiffres officiels.

Une action résolument positive pour revendiquer le bien-être animal

Aujourd'hui, il propose tout autre chose, en lançant une page web représentant une carte de France, où les éleveurs sont invités à s'inscrire pour y mentionner, sur une carte de France, leurs actions en faveur du bien-être animal. Il l'a lancée au moment du dernier salon de l'agriculture, et d'ores et déjà elle explore toute la richesse de l'élevage français, avec des éleveurs laitiers comme lui, mais aussi de bovins destinés à la viande, de porcs, de brebis et autres ovins, de chèvres, de chevaux, de volailles ou autres palmipèdes... Sur la carte de France de la page web, une couleur par production animale, une mise en valeur des fermes ouvertes aux visites du public, qui bénéficient de pastilles violettes (et sur la fiche de chacune de ces fermes, un contact, mail ou téléphone).

Les éleveurs s'inscrivent donc eux-mêmes. "On m'a reproché qu'il n'y ait pas d'organismes vérificateurs des affirmations sur le bien-être animal, commente Etienne Fourmont. Mais je n'ai pas envie d'une carte pleine de logos de partenaires, ni de complications pour ceux qui veulent s'inscrire, car je souhaite qu'ils soient le plus nombreux possible." De toutes façons, ces derniers savent qu'en apparaissant ainsi, ils ouvrent en quelques sortes les portes de leurs fermes et qu'une forme de "publicité mensongère" finirait par leur retomber dessus.

Autre aspect, Etienne Fourmont tient particulièrement à l'inscription de fermes de différentes tailles. "Il y a aussi bien des petits producteurs que des éleveurs industriels, et c'est très bien ainsi. Beaucoup critiquent l'élevage industriel dans son ensemble sans distinguer quoi que ce soit, alors que oui, il existe bel et bien des éleveurs industriels qui prennent des dispositions pour le bien-être animal."

L'intérêt d'aller sur bienetre-elevage.fr

Pour les producteurs, il s'agit de se montrer aussi nombreux que possible comme des adeptes des meilleures pratiques qui soient vis-à-vis de leurs élevages. C'est une façon de combattre les médisances, une communication positive qui ne peut qu'intéresser tous ceux qui ont des doutes.

Pour le grand public, la carte donne la possibilité de savoir où trouver des élevages garants du bien-être animal près de chez soi. En cliquant sur une pastille colorée, les renseignements donnés par l'éleveur offrent une première impression, qu'il est donc possible, dans le cas des pastilles violettes, d'aller vérifier sur place.

Dans notre monde actuel où les fake news se mêlent si facilement aux informations contrôlées, qu'espérer de mieux que de pouvoir se rendre compte de la vérité de ses propres yeux ?
 

Ci-dessous, vidéo où Etienne Fourmont présente la page web http://www.bienetre-elevage.fr.

En savoir plus : https://www.youtube.com/channel/UCcmBUG56igRMAK1mVPbOuaw (la chaine YouTube de Etienne Agri YoutuBeurre) ; @agrikol (son compte Twitter).

Les vidéos du même auteur sur WikiAgri : https://wikiagri.fr/tags/agriyoutubeurre

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 2
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • Home_limousines__archives_

    Les effectifs en élevage bovin viande en diminution

    L’Institut de l'élevage ne dénombre plus que 58 000 ateliers de vaches allaitantes en France dont les effectifs ne progressent plus pour compense...

  • Home_accord_mercosur

    Viande bovine, la crise économique au Brésil rend l'accord de libre-échange plus menaçant

    Pour exporter sa viande bovine, le Brésil a de plus en plus intérêt à ce que l'accord de libre-échange Europe-Mercosur soit ratifi&eacut...

  • Home_vache_laiti_re_collecte

    Un apport encore léger de la loi Egalim pour les producteurs laitiers

    Sur le terrain la conjoncture est différemment ressentie par les éleveurs car le prix payé par les industriels, dépend de leur mix produit. Selon ...

  • 1Commentaire
  • #1

    A propos du bien- être des animaux domestiques.

    Vétérinaire vient du latin « veterina » « bête de somme », mais il caractérise aussi l’animal « vieux » ou « malade ». Aussi un tel animal est soigné ou abattu, pour offrir un dernier service. Jusqu’à la fin, l’animal s’est dévoué à l’humanité, jusqu’au sacrifice ultime. Aujourd’hui les animaux sont livrés à un abattage sanguinaire dans des usines à viande, sans contact ni compassion, (lire AFP 15/11/19 : Des ONG réclament l'arrêt des exportations de bétail hors UE…). Ainsi la valeur du sacrifice de l’animal se perd-elle, nous ne sommes plus reconnaissants aux animaux pour leur sacrifice. En italien sacrifice se dit « sacrificio ». Le sacrifice, c’est quelque chose de sacré. Aujourd’hui nous n’avons plus aucun sentiment de reconnaissance. Un sacrifice est une offre. L’animal s’offre et est sacralisé par la mort, c’est seulement ensuite qu’on peut le manger. C’est le destin de la rencontre entre l’animal et l’être humain. Il ne subsiste aujourd’hui un rituel sacrificiel que dans l’abattage cascher ou halal. La confrontation avec la mort de l’animal est pour l’être humain aujourd’hui une importante possibilité de se confronter avec ses propres sentiments en s’offrant des moments de prise de conscience. Depuis que la loi de protection animale est devenue plus stricte en Italie, les animaux blessés doivent être abattus sur place. Alors soudain les familles de fermiers sont devenues conscientes de ce qui se passe. Quel sentiment de culpabilité ceci engendre-t-il ? Au cours des années, nous avons compris que les animaux ne redoutent pas la mort, car celle-ci leur est aussi naturelle que la naissance. Le seuil de la mort, comme nous le comprenons, n’existe pas pour l’animal. Naturellement, il n’en est pas de même à l’abattoir. Là, ils ressentent une épouvantable peur. Mais celle-ci n’appartient pas à l’animal individuel seulement, mais à tout le groupe animal, et s’étend jusqu’à l’âme groupe, ( Lire AFP du 07/08/19 : Bétail exporté par mer en pleine canicule : la Roumanie fait fi de l'UE…). Les animaux souffrent avec tout leur corps et leur stress agit sur tous leurs pores, jusque dans la viande ! Nous mangeons la peur et l’angoisse des animaux. Si la qualité de la viande est perdue, alors le sens du sacrifice animal n’existe plus. La dignité que nous conférons à l’animal avant sa mort est déjà une partie de notre reconnaissance. C’est une expérience lors de laquelle il nous faut gagner une distance émotionnelle, sans devenir froid pour autant, mais en pleine compassion. Dans ma pratique de vétérinaire, je ne dois pas seulement exercer de la compassion à l’égard de l’animal, mais aussi à l’égard de son propriétaire. Je soigne l’animal malade et je guide le propriétaire vers un comportement raisonnable à son égard. Je comprends le propriétaire grâce àla maladie de son animal, car l’animal est un miroir de l’être humain. Il révèle lumière et ombre du propriétaire. Ceci est aussi pour l’animal sa façon de se sacrifier pour l’être humain. Je suis médecin, propriétaire, amie. L’animal soutient l’être humain dans la nourriture, le travail, le jeu. J’ai compris qu’un fil d’or réunit l’animal et l’être humain. C’est pourquoi les animaux affectionnent la proximité de l’être humain, en effet, ils ont besoin d’elle et aspirent à être reconnus par nous. La science ne comprend pas pourquoi l’animal domestique sait le moment où le propriétaire rentre à la maison. Chacun peut chercher à comprendre tout seul. Il s’agit de créer un langage commun. À la fac, on nous disait : « Tu dois simplement rester un mois durant dans l’étable et observer les bêtes pour apprendre ». François d’Assise dit dans son cantique au Soleil que lorsqu’on fait du mal à la nature, à la pierre, à la plante ou à l’animal, c’est-à dire à l’environnement, c’est avant tout à nous-mêmes que nous nuisons. Il voulait que les animaux puissent vivre dans leur environnement et selon leurs qualités. Il savait vraisemblablement aussi que toute attention affectueuse envers les animaux résout un karma ancien, adoucit d’anciennes dettes. Comme nous le savons de la science , les animaux font partie de notre évolution humaine. Nous les avons rejetés de nous-mêmes au cours de notre évolution humaine. Mais nous avons gardé en nous leurs facultés d’âmes. Je peux acquérir une compréhension de ma propre vie d’âme par l’observation et la compassion à l’égard de l’animal. Ainsi la rencontre avec l’animal devient aussi un chemin vers la connaissance de soi. Être humain, connais-toi toi-même et connais l’animal en toi. Il ne s’agit donc pas seulement d’une rédemption de l’animal de son animalité. L’animal attend très patiemment notre retournement intérieur. Il attend que l’être humain se sacrifie pour lui. Pour s’élever lui-même, l’être humain doit se sacrifier aujourd’hui pour l’animal. Celui-ci a tout donné à l’être humain. Et, à présent, le temps est venu où l’être humain doit se donner à lui. C’est seulement ainsi que nous libèrerons les animaux. Plus mes actions sont conscientes, plus mes actes seront sacrés.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit