Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Au Royaume-Uni, la fin des paiements directs est programmée

Home_big_post_brexit

La future politique agricole britannique de l'après-Brexit sera "très verte". Les paiements directs disparaîtront après une période de transition.

Au fil des réformes de la Pac, les gouvernements britanniques avaient retenu toutes les options à leurs dispositions pour allouer au second pilier d’aides, le maximum de crédits possibles pour financer des mesures agroenvironnementales aux dépens des montants des aides du premier pilier.

Aussi, les orientations de la prochaine politique agricole britannique ne constituent pas totalement une rupture avec les dernières réformes de la Pac mises en œuvre par les gouvernements britanniques successifs. Après une période de transition de 5 à 8 ans, la politique agricole britannique (PAB) ne comprendra qu’un seul pilier d’aides quelque peu assimilable à celui du second pilier de la Pac. « Mais les aides allouées seront destinées à financer uniquement la production de biens publics (protection et amélioration de l’environnement, du patrimoine culturel ou naturel ……l’atténuation ou de l’adaptation au changement climatique », explique Ludivine Petetin, maître de conférences à l’université de Cardiff. Elle est l’auteure d’un des articles parus dans le Déméter 2020 piloté par Sébastien Abis.

Pour autant, le Royaume-Uni ne renonce pas à soutenir des systèmes de production conventionnels productifs. Mais comme la mise en œuvre de sa politique agricole post-Brexit sera décentralisée : quatre politiques différentes seront lancées en Angleterre, au Pays-de-Galles, en Ecosse et en Irlande du Nord. Ce qui pourrait générer des distorsions au sein même du Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique n’a pas attendu la sortie officielle du Royaume-Uni de l’Union européenne pour présenter dès 2018, les orientations de sa politique agricole après 2021.

Une réforme encore à l'état de projet

Enfin la prochaine politique agricole britannique dépendra de l’issue des accords commerciaux en cours de négociations avec l'Europe.

A ce jour, trois scénarios sont envisageables. Soit le Royaume-Uni conclut un retrait négocié sur mesure avec l’UE, soit il décide une libéralisation unilatérale de son commerce, soit il opte pour une sortie de l’UE sans accord (ce qui reviendrait alors à appliquer les règles de l’OMC à ses frontières).

« En théorie, le principal atout pour signer un futur accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni est que les conditions réglementaires et normatives du marché britannique sont similaires à celles de l’Union européenne », précise Ludivine Petetin.

Mais dans tous les cas de figure, le Royaume-Uni prendra les dispositions qui s’imposent pour protéger « sur mesure », son marché intérieur de la concurrence agressive des pays tiers et de la volatilité des cours des matières premières agricoles.

A ce jour, la prochaine politique agricole britannique n’est pas encore votée par le parlement britannique. De nombreuses incertitudes demeurent. Celles-ci portent sur le budget qui sera alloué à cette politique agricole « post-Brexit » et aux montants des aides que les agriculteurs recevront. Par ailleurs, la PAB ne prévoit pas « la création de programmes de développement rural, souligne Ludivine Petetin. Et aucun engagement gouvernemental n’a été exprimé pour s’assurer que les normes réglementaires européennes seraient maintenues ».

Enfin, le gouvernement laisse en suspens la question de l’accès du marché du travail à la main-d’oeuvre agricole étrangère, indispensable pour faire fonctionner les exploitations. Plus de 98 % des 90 000 salariés agricoles sont originaire des 27 pays de l’Union européenne ! Si ces hommes et ces femmes n’ont pas de titres de séjour pour venir travailler, qui les remplacera alors ? Ne pouvant compter sur le marché du travail britannique pour embaucher des salariés, les agriculteurs pourraient tout bonnement ne plus pouvoir produire.


Notre illustration ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_rebecca_vaissermann_salle_de_traite

    "Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

    Une pièce de théâtre devenue un ouvrage dépeint avec réalisme l'engrenage qui conduit un éleveur laitier jusqu'au suicide. Ce...

  • Home_ruches_abeilles_fleurs

    Le miel, fer de lance de la reconquête de l'opinion publique des céréaliers

    Comment peut-on mieux démontrer que les pratiques agricoles sont, en France, parmi les plus contrôlées au monde qu'en élevant des abeilles au b...

  • Home_l__levage_en_vrai_pr_sentation

    "L'élevage en vrai", ou comment connaître le quotidien d'un élevage allaitant

    Pierre Olivier est éleveur bovin et ovin dans l'Allier. Passionné, il partage la vie qu'il mène avec ses charolaises sur une chaine Youtube, &quo...

  • Home_cultivonsnoustv_edouard_bergeon

    CultivonsNous.tv, le Netflix de l'agriculture et de l'alimentation

    Edouard Bergeon, le réalisateur du film de cinéma Au Nom de la terre qui a fait deux millions d'entrées l'automne dernier, lance CultivonsNous.tv...

  • Home_commerce_mondial_agroalimentaire

    En 2019, la France a réalisé un quart de l'excédent commercial de l'Union européenne

    Les vingt-huit pays de l’Union européenne ont exporté 151 milliards d’euros de produits agricoles et agroalimentaires l’an passé, soit ...

  • Home_msa_coronavirus

    Coronavirus, les conseils de la MSA

    La MSA publie une série de fiches de consignes sanitaires pour les entreprises et leurs salariés. Neuf d’entre elles portent sur les consignes spéc...

  • Home_produits_locaux_bzh

    Produits-locaux.bzh, la plateforme de produits locaux de la région Bretagne

    Comme d’autres régions de France en cette trouble période de pandémie de Covid-19, la région Bretagne vient de monter une plateforme d&rsquo...

  • Home_prot_lis

    Avec Protélis, les coopératives se lancent dans l'épargne de précaution

    Les coopératives agricoles complètent leur gamme de services en mettant à disposition de ses adhérents Protélis (www.protelis.fr), un outil...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit