Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

Alternariose de la pomme de terre, comment la repérer et la combattre ?

Home_big_champ_de_pommes_de_terre

Aujourd’hui, le mildiou n’est plus le seul ennemi de la pomme de terre. L’alternariose fait également des ravages dans les rangs de nos chères patates, notamment dans la partie Nord de la France. L’accélération du développement de la maladie ces dernières années, avec des parcelles dont la récolte est parfois annihilée à 50 %, poussent les producteurs à une vigilance accrue 

Qu’est-ce que l’alternariose de la pomme de terre ?

De manière globale, l’alternariose représente un ensemble de maladie fongiques, qui peuvent toucher indifférent tomates, tournesols, carottes, choux, poireaux, navets, etc.

Chez la pomme de terre, la maladie s’annonce redoutable, par le biais de deux spores distinctes : l’Alternaria Solani, qui est le plus souvent à l’origine de la naissance de l’épidémie et l’Alternaria Alternata, considéré par les spécialistes comme une bactérie secondaire, se développant sur les surfaces déjà malades.

Ces champignons machiavéliques peuvent survivre jusqu’à dix ans cachés dans les sols, et c’est la raison de leur prolifération et de leur propagation actuelle.  

Quels sont les symptômes de l’alternariose de la pomme de terre ?

Généralement, l’attaque commence par les feuilles les plus âgées, c’est-à-dire celles les plus près du sol, au cours de la floraison. Ce sont des tâches brunâtres qui incarnent la plupart du temps l’alternariose. Ces nécroses repérables par la multiplication de cercles concentriques peuvent se répandre relativement rapidement.

Même si c’est plus rare, les tubercules peuvent également être touchés en cours de stockage, ce qui entraîne le plus souvent une pourriture de couleur noire et paradoxalement sèche.

La différence entre Alternaria Solani et Alternaria Alternata est difficilement décelable à l’œil nu.

Quels sont les facteurs favorables au développement de l’alternariose de la pomme de terre ? 

Deux critères majeurs sont à la genèse de l’apparition des champignons qui forment les rangs de l’alternariose : 

  • L’état de fragilité : une plante privée de lumière, gorgée d’eau, ou victime d’un quelconque stress sera plus vulnérable,
  • L’alternance des périodes sèches et des périodes humides va dynamiser la croissance des spores, avec un pic favorable lorsque les températures sont comprises entre 18° et 25°.

Période de présence de l’alternariose de la pomme de terre

Non, l’alternariose de la pomme de terre n’apparaît pas en fin de cycle comme il est coutume de l’entendre : c’est surtout durant l’été qu’elle se développe fortement.

Dans les régions du centre de la France, la contamination se fera dès la mi-juin, un peu plus tard dans le nord.

Les solutions pour soigner l’alternariose de la pomme de terre ?

Cette maladie fongique peut être combattue de manière agronomique ou par traitement phytosanitaire.

La première méthode, essentiellement préventive, fait appel aux bonnes méthodes de travail de la terre. Comme pour toutes cultures, l’élimination des résidus précédents est essentielle, puisque leur stagnation in situ est un véritable terreau pour le développement des champignons nuisibles. Irrigation, fertilisation, entretien de la terre sont autant de moyens pour éloigner la maladie.

Les produits phytosanitaires sont utilisables de manière préventive ; la prophylaxie raisonnée est le meilleur moyen d’éviter toute contamination.

D’un point de vue curatif, si la maladie a déjà fait son œuvre, les traitements dispensés contre le mildiou sont dans plusieurs cas également efficaces contre l’alternariose. 

Méthode d’observation de l’alternariose de la pomme de terre ?

Rien n’est plus essentiel qu’une vigilance accrue quand fini le printemps. Ainsi, une surveillance des plants dans le champ notamment dans les niveaux inférieurs, une anticipation météorologique pour une application adaptée des traitements, et enfin, en cas de premiers symptômes, une analyse bactériologique poussée sont des moyens d’observations efficaces.

Réagissez à l'article en un clic

  • 2
  • 0
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_limacapt

    Les nouvelles technologies à la rescousse de la lutte contre les limaces

    De nouveaux outils d'aide à la décision (OAD) vont faciliter le suivi des populations de limaces pour anticiper leurs dégâts et n’envisag...

  • Home_coccinelle_symbole_biocontrole

    Le biocontrôle en plein développement

    Solutions d’origine naturelle pour combattre les bio-agresseurs des cultures, les produits de biocontrôle se multiplient. Après les cultures maraîchères, l’ar...

  • Home__pandeur_anti-limaces

    Traitements anti-limaces : respecter les bonnes pratiques

    Comme toute intervention phytosanitaire, la lutte contre les limaces doit être raisonnée et conduite avec soin pour viser l’efficacité sans dommage ...

  • Home_roulage_d_chaumage_limaces

    Des leviers agronomiques pour baisser le risque limaces

    En faisant les bons choix dans ses pratiques agronomiques et ses couverts, il est possible d’entraver le développement des populations de limaces.   ...

  • Home_limace_noire

    Dans la lutte contre les limaces, le biocontrôle a tout son intérêt

    Pour lutter contre les limaces, une approche se développe, celle du biocontrôle. Par ses pratiques agronomiques et le recours à des molécules d&rsq...

  • Home_limace_orange

    Comment se débarrasser des limaces sans perturber la faune auxiliaire

    Les deux matières actives autorisées dans la lutte contre les limaces l’ont été car elles ne sont pas novices pour la faune bén&...

  • Home_limace_herbe

    Comment protéger ses cultures des assauts des limaces

    Voraces, les limaces attaquent graines et jeunes plantes. En plus de pratiques agronomiques adaptées, le recours à des produits molluscides peut être n&ea...

  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit