Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !1175 MembresCréer un compte

Les dix autres choses à savoir sur l'Europe et l'agriculture

Thumb_agricultureroumanie
10Juin2014
Imprimer

L’agriculture en Europe ne se résume pas qu'à Bruxelles et à la Pac. Voici les dix autres éléments à retenir sur cette Europe de l’agriculture.

L’Europe reste encore et toujours d’actualité dans le monde agricole après les élections européennes. La France pourrait ainsi devoir rembourser à Bruxelles 3,6 milliards d’euros d’aides agricoles dans le cadre de la Pac au cours de deux prochaines années. Par ailleurs, selon WikiAgri, le commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural, Dacian Ciolos, qui est de nationalité roumaine, serait candidat à sa propre succession.

Mais l’Europe de l’agriculture, ce n’est pas que Bruxelles et la Pac, c’est aussi l’agriculture dans les 28 pays membres de l’Union européenne. Or, que sait-on de ce point de vue ? Si l’on se réfère aux données fournies par Eurostat, la principale institution de statistiques européennes, qui sont principalement basées sur le recensement agricole de 2010, les dix éléments suivants peuvent être retenus.

(1) C’est en Roumanie que le nombre d’exploitations agricoles est le plus élevé. Selon les données d’Eurostat pour 2010, il y aurait ainsi 3,86 millions d’exploitations dans ce pays. Viennent ensuite l’Italie (1,62 millions), la Pologne (1,51 millions) et l’Espagne (990 000). La France, avec ses 516 000 exploitations apparaît en septième position (après la Grèce et la Hongrie). Il est intéressant de noter qu’en nombre d’exploitations, la part de l’Europe centrale et orientale est bien supérieure à sa part dans la population européenne. Si en 2010, ces pays représentaient 20,4 % de la population de l’UE, ils totalisaient 57,0 % des exploitations agricoles, dont 31,5 % pour la seule Roumanie et 43,8 % pour la Roumanie et la Pologne. Il est à noter également que l’Europe du Sud (Grèce, Espagne, France, Italie, Portugal) représente 33,9 % de ce nombre d’exploitations. Cela signifie que la part des autres Etats, principalement d’Europe occidentale, est très faible, de l’ordre de 9 %. C’est donc à l’Est et, dans une moindre mesure, au Sud de l’Europe que se concentre la plus grande part des exploitations agricoles dans l’UE.

(2) En revanche, en termes de surface agricole utile (SAU), la France arrive en tête avec 27,84 millions d’hectares, devant l’Espagne (23,75 millions) et l’Allemagne (16,70 millions). Les autres membres de l’Union qui ont plus de 10 millions d’hectares de SAU sont le Royaume-Uni, la Pologne, la Roumanie et l’Italie. Ces pays totalisent d’ailleurs à eux seuls 72,2 % de la SAU de l’Union. On voit à cet égard un écart très net entre l’Italie avec 12,86 millions d’hectares et le pays suivant, à savoir l’Irlande avec 4,99 millions d’hectares. C’est donc en France que la part de la surface agricole dans l’UE est la plus élevée (16,0 %), devant l’Espagne (13,6 %), le Royaume-Uni (9,7 %) et l’Allemagne (9,6 %).

(3) La taille moyenne d’une exploitation dans l’Union européenne est de 14,2 hectares. C’est en République tchèque que cette taille est la plus élevée de l’Union avec une moyenne de 152,4 hectares. Ensuite, c’est le Royaume-Uni (90,4 ha), la Slovaquie (77,5), le Danemark (62,9 ha), le Luxembourg (59,6 ha), l’Allemagne (55,8 ha) et la France (53,9 ha) qui ont les exploitations moyennes les plus importantes. Si le nombre d’exploitation est le plus élevé en Roumanie et en Pologne, ces exploitations sont de très faible taille : 3,4 ha en moyenne pour la première (les trois quart des exploitations roumaines ont même moins de 2 ha en moyenne) et 9,6 ha pour la seconde. Dans 12 pays de l’UE, la taille moyenne des exploitations agricoles est inférieure à la moyenne européenne. En dehors des cas spécifiques de la République tchèque et de la Slovaquie, dans la plupart des autres pays d’Europe centrale et orientale, cette taille est très faible et même souvent inférieure à 10 ha (Croatie, Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovénie). C’est également le cas pour certains pays d’Europe du Sud (Chypre, Grèce, Italie, Malte).

(4) Les effectifs des secteurs de l’agriculture, de la forêt et de la pêche de l’Union européenne s’élèvent à 11,3 millions de personnes de plus de 15 ans en 2010, soit 5,2 % de la population active. Mais plus largement, 25,5 millions de personnes en Europe travaillent régulièrement dans l’agriculture. Cependant, si l’on prend en compte les personnes qui travaillent à temps plein, on aboutit alors à un effectif plus faible, de l’ordre de 9,9 millions de personnes. Ce sont les grands pays agricoles d’Europe orientale qui disposent de la main-d’œuvre agricole la plus élevée en nombre d’unités de travail annuel (UTA) : Pologne (1,90 millions d’UTA) et Roumanie (1,61). Ces pays représentent à eux deux 35,3 % des UTA de l’ensemble de l’UE, alors qu’ils ne regroupent que 11,6 % de la population européenne. Viennent ensuite les pays d’Europe du Sud : Italie (954 000 UTA), Espagne (889 000) et France (780 000). Si l’on recoupe ces données avec le point précédent, on peut voir que les agriculteurs polonais, roumains et italiens sont nombreux, mais qu'ils ont des exploitations en moyenne de faible taille, inférieures à 10 ha.

Une forte concentration des terres et des revenus

(5) Il existe dans l’Union européenne une forte concentration des terres avec, d’un côté, un grand nombre d’agriculteurs qui ont des exploitations de très petite taille et, de l’autre, très peu d’agriculteurs qui ont des exploitations très importantes. Ainsi, 6 millions d’exploitations, soit à peu près la moitié du total des exploitations de l’UE, ont une taille inférieure à 2 ha pour ne représenter que 2,5 % de la SAU européenne. De l’autre côté, les exploitations de plus de 100 hectares en moyenne, qui correspondent à 2,7 % du nombre total d’exploitations, totalisent à elles seules 50,2 % de la SAU. Semblent donc cohabiter au sein de l’Union deux types d’agriculture : une agriculture traditionnelle que l’on retrouve notamment à l’Est et, dans une moindre mesure, au Sud de l’Europe et une agriculture moderne à l’Ouest.

Ce n’est pas l’Amérique latine, mais on en est tout de même pas très loin… Un article récent de Terre-net indiquait ainsi qu’au Brésil, il existait aussi deux types d’agriculture : une agriculture familiale, dont les exploitations ont 18 ha en moyenne, et une agriculture tournée vers l’exportation, avec 39 000 exploitations de plus de 2 000 ha. Ces dernières fermes exploitent ainsi 42,5 % des terres du pays, tandis que 3 millions de petits producteurs ont moins de 25 ha en moyenne.

(6) C’est en France que les grandes exploitations sont les plus nombreuses : 247 000 exploitations ont plus de 30 ha et même 94 250 d’entre elles ont plus de 100 ha. Si la France dispose de 4,2 % du total des exploitations européennes, en revanche, elle totalise 28,9 % des exploitations de plus de 100 ha. Elle figure également parmi les pays dans lesquels la part des exploitations de plus de 100 ha dans le total des exploitations est la plus élevée : 18,3 %, contre 21 % pour le Royaume-Uni, 20 % pour le Luxembourg… et 0,3 % pour la Roumanie. C’est également en France que la SAU des grandes exploitations est la plus élevée : 16,45 millions d’hectares pour les exploitations de plus de 100 ha, devant l’Espagne (13,09 millions) et le Royaume-Uni (12,48). La concentration des terres est importante dans plusieurs pays de l’Union si l’on considère la part des exploitations de plus de 100 ha dans le total de la SAU du pays : 91,0 % en Slovaquie, 88,5 % en République tchèque, 82,4 % en Bulgarie, 73,9 % au Royaume-Uni, 73,2 % en Estonie, 66,2 % au Danemark, 64,7 % en Hongrie, 57,7 % au Portugal, 55,1 % en Allemagne et en Espagne. En France, cette part s’élevait à 59,1 %.

(7) On observe également de très fortes disparités en Europe en termes de revenus. 5,5 millions d’exploitations, soit 44,6 % du nombre total d’exploitations, avaient ainsi en 2010 une production standard (PS) inférieure à 2 000 euros, tandis 1,9 % des exploitations avaient une PS de plus de 250 000 euros. Les premières totalisaient 1,4 % de la production agricole européenne, contre 47,8 % pour les secondes. 68,7 % de la production en Europe était le fait d’exploitations qui rapportaient plus de 100 000 euros et 31,3 % de celles qui rapportaient plus de 500 000 euros. Sur les 12,25 millions d’exploitations en Europe, 5,3 % d’entre elles avaient une PS supérieure à 100 000 euros et 0,7 % une PS supérieure à 500 000 euros. Les exploitations les plus rentables (PS supérieur à 500 000 euros) se trouvent en Allemagne (13 280), en Italie (11 770) et en France (10 870). En France, 79 % de la production est réalisée par des exploitations qui rapportent plus de 100 000 euros.

(8) C’est en France que l’on peut trouver le plus gros cheptel européen avec 22,67 millions de bêtes. Elle est suivie de l’Allemagne (17,79 millions), de l’Espagne (14,83 millions), du Royaume-Uni (13,31 millions) et de la Pologne (10,38 millions). Les autres Etats ont moins de dix millions de bêtes. La France dispose du plus gros cheptel européen de bovins (avec 21,6 % du total européen) et de volailles. Le plus grand nombre de moutons se trouve en Espagne, de chèvres en Grèce et de porcs en Allemagne.

La France, toujours première puissance agricole européenne

(9) La France reste la première puissance agricole européenne avec en 2012 une production végétale, animale et de services agricoles de 76,14 milliards d’euros. Elle devance l’Allemagne (55,71), l’Italie (48,49), l’Espagne (43,15) et le Royaume-Uni (29,59). A l’exception notable des Pays-Bas, on retrouve dans ce classement les pays qui ont la SAU la plus importante.

(10) Enfin, l’Allemagne est la première puissance européenne dans le secteur de l’industrie et du commerce de gros agroalimentaires avec un chiffre d’affaires d’un montant de 374 milliards d’euros. Elle arrive devant la France (332 milliards d’euros), l’Italie (237 milliards), le Royaume-Uni (221 milliards) et l’Espagne (212 milliards). 11 pays de l’UE représentent à eux seuls 90 % du CA de l’Union. On peut remarquer que, parmi ces pays, ne figure qu’un seul pays d’Europe centrale et orientale, en l’occurrence la Pologne, qui arrive au septième rang.

 

En savoir plus : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_OFFPUB/KS-FK-13-001/EN/KS-FK-13-001-EN.PDF (édition 2013 des statistiques agricoles d’Eurostat), http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/memo13_integral.pdf (Mémento de la statistique agricole de l’Agreste paru en décembre 2013), www.terre-net.fr/marche-agricole/actualite-marche-agricole/article/le-bresil-deja-6eme-puissance-economique-mondiale-avec-une-agriculture-duale-1395-100772.html (article de Terre-net consacré à l’agriculture brésilienne).

Notre photo ci-dessous : c'est en Roumanie que le nombre d'exploitations agricoles est le plus élevé, mais elles sont de petite taille.

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

Auteur :
Thumb_eddy-fougier_1

Fougier Eddy

Journaliste

J'interviens chaque semaine dans Wikiagri.fr dans la rubrique "Réflexions" pour y développer un "autre regard" sur le monde agricole et le monde rural, mais ...

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.


Les cours des marchés en €/t

blé meunier En voir +

Nov 14173.5 
Jan 15176 

colza En voir +

Nov 14325.75 
Fev 15328.5 

mais En voir +

Nov 14151.5 
Jan 15154.5 

orge de brasserie En voir +

Nov 14196=
Jan 15196=