Le lexique de l’arracheuse à betteraves

Le lexique de l’arracheuse à betteraves

Véritables usines sur roues, les arracheuses à betteraves modernes sont des machines bien loin de ce qu’elles étaient au début du siècle dernier lorsque les premiers modèles furent brevetés par Léonce Demiautte. Également effeuilleuses et décolleteuse, ces mastodontes qui proposent une mécanisation complète de la récolte, ont un fonctionnement relativement complexe qui mérite que l’on s’y attarde. Tour d’horizon des principaux termes liés aux opérations successives.

D’abord, un petit point sur les différentes machines existantes pour la récolte de la betterave.

Il existe aujourd’hui deux grandes familles d’arracheuses, les automotrices et les intégrales. Si à l’image de la moissonneuse batteuse, ce sont des engins autonomes, disposant de leur propre cabine et de leur propre motorisation, et combinant selon les modèles, l’effeuillage, le décolletage, l’arrachage et le nettoyage, elles se différencient par le stockage. En effet, les automotrices doivent être suivies par un tracteur et sa remorque débardeuse, ou une débardeuse automotrice, pour récolter les racines, tandis que les intégrales disposent d’une trémie permettant de stocker temporairement la récolte et de la décharger en bout de rang.

Lectures connexes :

Le système d’effeuillage

Il s’agit du dispositif qui est fixé à l’avant de la machine, qui est chargé la partie supérieure de la betterave. Les feuilles sont coupées puis éparpillées.

Il comprend : 

  • Le rotor d’effeuillage : pièce cylindrique entraînée par des courroies dont le mouvement du bas vers le haut (sens inverse de l’avancement) entraine le passage des fléaux pour la découpe des feuilles.
  • Les fléaux métalliques : pièces en acier en forme de capes fixées sur le rotor qui entraîne la découpe.
  • Le convoyeur à vis : Pièce métallique hélicoïdale qui permet l’évacuation des feuilles de manière latérale dans le cas d’un éparpilleur ou sous la machine en cas d’effeuillage intégral.
  • Le rotor de nettoyage : nouvelle structure cylindrique optionnelle qui dispose de fléaux en caoutchouc ou lanières souples pour nettoyer les rangs avant décolletage et arrachage. 
  • Un broyeur : selon les modèles, il est rajouté afin de broyer les feuilles sur le champ.

Le système de décolletage

Comme son nom l’indique, ce passage consiste à couper le collet de la betterave, partie supérieure de la racine et base de ramification des feuilles. Manœuvre délicate, elle nécessite un réglage précis pour limiter les pertes.

Il comprend : 

  • Des scalpeurs ou couteux : Pièces métalliques destinées à la coupe ils peuvent être fixes ou rotatifs selon les engins. 
  • Un patin palpeur ou encore tâteur de rang : c’est un système d’autoguidage qui permet d’ajuster la taille de scalpe en fonction de la position de la betterave dans la terre et également, chose importante, en fonction de sa largeur.

Le système d’arrachage

Ce bâti arracheur dispose de plusieurs corps d’arrachage qui vont chacun gérer leur rang afin d’extraire au mieux la plante du sol. Il existe différents systèmes permettant de déterrer les racines : à roues, à socs ou à disques.

Il comprend : 

  • Les disques : légèrement inclinés, par deux, ils sont entrainés circulairement, ils enveloppent la betterave dans le sol et la prélève.
  • Les socs : chaque tête d’arrachage comprend un soc droit et un soc gauche en acier. L’avancement de l’automotrice les fait passer sous la betterave, la soulève et l’expédie dans le corps de la machine.

Le système de nettoyage

Une fois les racines prélevées, elles sont envoyées sur des rotors ou turbines à rayons pour les nettoyer avant de les placer dans le réservoir ou trémie pour stockage temporaire (dans le cas des machines intégrales). Il comporte généralement plusieurs unités de nettoyage. Les réglages et l’écartement des pièces seront différents selon que la terre soit sèche ou humide.

Il comprend :

  • La table à rouleaux : première phase du nettoyage, cette table est une grande grille métalliques où sont placées les racines. En rotation, elles sont frottées et séparées de la terre par des rouleaux supérieurs.
  • Le rotor, soleil, ou turbine de nettoyage : Ces disques larges successifs et en mouvement sont composés de rayons métalliques et de barreaux lisses ou de « queues de cochon » en cas sol plus argileux. La terre tombe à travers les interstices alors que la racine betteravière poursuit sa route.

Le système de stockage (intégrales)

Une fois récoltée, les racines sont placées dans une trémie à l’arrière de l’arracheuse intégrale.

Il comprend :

  • Un élévateur circulaire : entrainée par une turbine, il permet d’élever les racines jusqu’à la bande de remplissage et les envoyer dans la trémie temporaire.
  • La trémie : c’est le réservoir situé à l’arrière de la machine qui stocke en attendant le déchargement vers les monticules de récolte.

Laisser un commentaire