Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5067 MembresCréer un compte

Zones défavorisées, 14 élus bourguignons menacent de démissionner pour soutenir leurs agriculteurs

Home_big_zones_d_favoris_es_saone_et_loire

La question des zones défavorisées n’en finit plus de défrayer la chronique. WikiAgri l'évoqué à maintes reprises pour l’Aude et le Gers. Mais en Saône-et-Loire aussi le sujet ne fait pas que des heureux. 14 élus du secteur de Cluny menacent de démissionner, si jamais ils n’obtiennent pas gain de cause pour les agriculteurs de leurs communes.

Rien ne va plus à Cluny et dans sept communes voisines de Saône-et-Loire. Depuis le début de cette année 29 de leurs exploitations agricoles ne sont plus supposées être prises en compte par la carte des zones défavorisées et donc bénéficier de l’ICHN (indemnité compensatrice au handicap naturel).

« Pour nos agriculteurs c’est la double peine ! »

Une vraie difficulté pour ces agriculteurs, si l’on sait que cette indemnité annuelle européenne représente de 12 à 15 000 €, soit une grosse partie voire la quasi-totalité pour certains, de leurs revenus. Une manne indiscutable qu’il est hors de question pour eux de laisser s’échapper. Voilà pourquoi 14 élus de Bray, Cortambert, Berzé-le-Châtel et Cluny, dont Jean-Luc Delpeuch, le président de la communauté de communes du Clunisois (qui regroupe 42 communes), ont décidé de se mobiliser fortement. Si l’arrêté interministériel, qui devrait paraître dans les prochains jours au Journal officiel, leur est défavorable ils présenteront leur démission. « Pour nous c’est le seul moyen de montrer notre mécontentement, notre colère ! » appuie Joëlle Delsalle, maire de Berzé-le-Châtel. « Pendant des mois on a beaucoup écrit aux deux ministres de l’Agriculture successifs, Stéphane Travert et maintenant Didier Guillaume. Mais on n’a jamais eu de réponse. Il faut bien comprendre que notre zone est classée Natura 2000. Nos agriculteurs doivent laisser leurs prairies intactes, donc ce ne sont que des éleveurs. Alors si maintenant ils perdent aussi l’ICHN, ce n’est pas possible. C’est la double peine ! » Et l’édile d’insister. Avec un point culminant à 592 mètres d’altitude, elle n’admet pas que sa commune soit rattachée au Mâconnais, une zone de plaine. Alors que géographiquement elle est bien à quelques encablures de Cluny et de ses paysages vallonnés.

Pas de démission dans l’Aude

Dans l’Aude en revanche, la démission est une issue qui n’est pas jugée stratégiquement possible. « On l’a évoqué entre nous cet été, mais nous pensons que ce ne serait pas favorable à la négociation » tranche Brice Asensio, le jeune maire de Cazalrenoux qui a pris la tête de la fronde des élus, au sein du secteur de La Piège.

En ce tout début d’année cependant, en Saône-et-Loire, l’espoir a renaît lorsque Jean-Luc Delpeuch a eu l’opportunité de rencontrer Didier Guillaume et de lui exposer la problématique. Ce dernier avait alors promis de faire plancher ses services sur le sujet. Mais quelques jours plus tard son cabinet a fait savoir qu’il était inenvisageable de revenir en arrière. Une réalité que Jean-Luc Delpeuch n’admet pas. « Nous ressentons tous une incompréhension totale. Le gouvernement a tous nos arguments pour justifier d’une correction. Il suffit d’une simple retouche administrative. Nous avons vérifié cela avec Bruxelles. C’est à chaque Etat membre de faire ses propres propositions ! »

Pour l’heure, la carte des zones défavorisées, avec ses nouvelles dispositions, n’est pas entrée en vigueur comme cela était prévu au 1er janvier dernier. En réalité seule la méthodologie vient d’être validée par la Commission européenne. Le ministre Didier Guillaume s’en est d’ailleurs félicité au mois de décembre.

« Le commissaire européen veut une solution de sortie »

Mais la carte définitive elle-même risque fort de se faire attendre encore un peu. Il faut dire qu’elle n’a toujours pas été reçue par le commissaire à l’Agriculture, l'Irlandais Phil Hogan. Ce dernier l’a précisé au député socialiste européen, Eric Andrieu au cours d’un entretien que les deux hommes ont eu il y a tout juste quelques jours à Bruxelles. L’élu audois de Narbonne tenait à évoquer ce thème épineux des zones défavorisées. Puisqu’il suscite également beaucoup d’émoi dans l’Aude, mais aussi dans le Gers et les Hautes-Pyrénées, autant de départements de sa circonscription. « Au regard de ce que cela représente en terme financier, Phil Hogan demande une solution de sortie. Il compte le dire au ministre très prochainement, pour plaider en faveur de nos territoires ! » souligne Eric Andrieu. Lequel insiste encore pour dire que l’avocate engagée par les communes du Sud-Ouest ne parvient pas à se faire communiquer les documents qu’elle demande, de manière à porter le fer devant le tribunal administratif de Montpellier. « Donc comme en plus la nouvelle carte n’est toujours pas rendue publique, nous pensons qu’il y a anguille sous roche. »

Reste qu’en Saône-et-Loire aussi on attend avec fébrilité la publication de l’arrêté interministériel qui fixera les contours de ladite carte. Car là aussi les municipalités entendent bien poursuivre le combat devant le tribunal administratif de Dijon, cette fois.

 

Ci-dessous, pour soutenir les agriculteurs de leurs communes, 14 élus menacent de démissionner. Comme dans le Sud-Ouest, un recours doit aussi être déposé devant le tribunal administratif.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 0
  • 1
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Morineau-Cooks Christophe
Thumb_cmc

Journaliste professionnel depuis 25 ans. Toulousain, reporter dans de grands quotidiens régionaux du nord de la Loire et la radio. Aujourd'hui de retour à To...

  • Vous aimerez également
  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • Home_culture_de_manioc

    Le manioc et l'arachide contribuent à l'équilibre des marchés céréaliers

    309 millions de tonnes de manioc sont produites dans le monde et destinées essentiellement à la consommation locale. La production mondiale d’arachides (4...

  • 1Commentaire
  • #1

    Quelle tristesse de voir nombreux de nos exploitants attendre la manne de Bruxelles, de l Europe ou d'ailleurs pour pouvoir subvenir à leur activité.. Une vraie cata, j'ai le souvenir des années précédents 1993 où nombreuses de nos exploitations ne vivaient pas sur l'or mais vivaient encore honnêtement.. Des exploitations dont le couple a élevé 2-3-4 enfants, tous on fait des études et s'en sont pas si mal sortis.. jusqu'à quand cette mendicité va-t-elle durer à la merci de cette technocratie pour vivre décemment..

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit