Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4319 MembresCréer un compte

Médiation animale, quand des animaux de la ferme apaisent enfants et adultes

Home_big_m_diation_animale_flourens

Depuis septembre 2017 à Flourens, près de Toulouse, des séances de médiation animale sont dispensées avec l’aide d’animaux de la ferme, avec une éducatrice spécialisée. Les enfants et les adultes qui participent, à l’origine en difficulté sociale, trouvent une forme de bien-être et d’apaisement.

Six chèvres, des poules, un âne, un alpaga et deux chevaux. Ce sont les animaux qui composent la ferme pédagogique du pôle social du Chêne vert, une importante structure intégrée de l’Anras (Association nationale de recherche et d’action solidaire) situé à Flourens, dans la banlieue Est de Toulouse (Haute-Garonne).

Une cinquantaine de personnes prises en charge

Depuis septembre 2017, cette ferme pédagogique – appelée aussi le ranch du Chêne vert – organise des séances de médiation animale à destination de 25 adultes, qui ont longtemps été privés de logement et d’une trentaine d’enfants de 5 à 18 ans. Certains d’entre eux sont hébergés sur le site et d’autres au centre de Toulouse. Le tout est réalisé sous la conduite d’Alice Belloc, une éducatrice spécialisée et monitrice équestre. Certes ce type d’initiative se pratique beaucoup avec de jeunes autistes ou des mineurs affectés par des troubles du comportement, mais en l’espèce l’accompagnement mis en place par Le Chêne vert s’applique à panser une problématique sociale.

Les enfants dont il est question en effet, sont placés là par l’Ase (Aide sociale à l’enfance) ou après une décision de justice. Car il s’agit d’enfants souvent déscolarisés, victimes de maltraitances, ou dont les familles débordées ne parviennent plus à affronter les difficultés du quotidien. La médiation animale qui est possible avec des chiens et des chats est donc une réalité aussi avec des animaux de la ferme.

Mais pour la direction du Chêne vert, ceci est à apprécier dans un ensemble, ainsi que le souligne Julien Chanut, le directeur adjoint : « Pour nous, c’est un volet de la prise en charge qui intervient dans la globalité d’un dispositif que nous avions déjà auparavant bien sûr. Et c’est très positif parce que, même si cela ne fait pas tout, c’est quand même un aspect des choses qui permet aux personnes qui en bénéficient de reprendre confiance en elles. »

Des agriculteurs ont apporté leur contribution

Deux chèvres ont été offertes par un agriculteur, tandis que deux autres proviennent d’une chèvrerie et les chevaux Ulysse et Arielle ont, eux, été achetés. Quant aux poules elles ont été données par un autre agriculteur de Clermont-le-Fort, au sud de Toulouse et l’alpaga par un particulier. Ces animaux sont sereins, dans la mesure où ils sont habitués maintenant à côtoyer enfants et adultes. Mais lorsqu’ils arrivent pour la première fois au Chêne vert, ils sont tout d’abord isolés dans un abri pendant quelques jours. Par la suite, Alice Belloc les manipule avant qu’ils ne rejoignent le troupeau. C’est elle encore qui leur prodiguent certains soins. Mais en cas d’urgence deux vétérinaires sont appelés.

Et puis les adultes pris en charge par la ferme pédagogique sont également mis à contribution. Ce sont eux qui changent la paille des animaux, les nourrissent, nettoient leur espace et vérifient l’état des clôtures. « On constate que ces bêtes leur redonnent un repère et les valorisent. Ils retrouvent des responsabilités qu’ils avaient perdu », se félicite Alice Belloc. « Outre le fait que la présence de l’animal crée une forme de bien-être et d’apaisement, cela leur permet aussi d’être tout simplement eux-mêmes. De cette façon, ces adultes dont nous nous occupons voient que, à travers les animaux, ils ont de nouveau un statut social, ce qui a un effet miroir sur eux-mêmes. » Les bénéfices sont tout aussi certains sur les enfants chez qui un lien affectif se tisse sans tarder. « D’autant que pour le bien de l’animal les enfants prennent des initiatives. Comme ils ont souvent une faible estime d’eux, c’est très favorable aussi, parce qu’ils se fixent des objectifs ! »

Le terrain va encore s’agrandir

A 15 ans, Benjamin est l’un d’eux. Voilà quatre ans qu’il est pensionnaire du Chêne vert. Depuis son arrivée dans les lieux, il est très assidu auprès des animaux. « Heureusement que j’ai fait leur connaissance. Ils m’apportent de la confiance en moi et je suis bien avec eux. Parce que je les promène et je prends soin d’eux. A l’extérieur je ne parle pas de cela. Je préfère me garder cet espace pour moi. »

Cerise sur le gâteau. Les adultes récupèrent les œufs des poules et les consomment. Quant au fumier, il est évacué sur le terrain des jardins partagés voisins du Chêne vert. Alors bien sûr la médiation animale n’est pas bénéfique pour la totalité de ces publics accueillis. Alice Belloc évalue à trois personnes sur quatre pour qui le programme a connu une issue positive. « C’est vrai que nous avons des échecs. On n’est pas des magiciens. Quand cela se produit, on en parle en équipe pour savoir ce qui n’a pas fonctionné. On se doit d’être en perpétuelle adaptation car l’idée est de ne pas être figé. »

Il n’empêche, à Flourens, la médiation animale semble avoir de beaux jours encore à vivre. Le pouvoir des animaux de la ferme continuera donc à s’exercer. Car le Chêne vert, financé par la préfecture et le Conseil départemental de la Haute-Garonne, nourrit le projet d’agrandir ce terrain de 4000 mètres carrés et d’acquérir d’autres amis de l’homme, notamment un poney.


Près de Toulouse, c’est grâce à ces animaux que cette éducatrice spécialisée pratique la médiation animale pour enfants et adultes.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 9
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Morineau-Cooks Christophe
Thumb_cmc

Journaliste professionnel depuis 25 ans. Toulousain, reporter dans de grands quotidiens régionaux du nord de la Loire et la radio. Aujourd'hui de retour à To...

  • Vous aimerez également
  • Home_export_orge__cultures_

    Export d'orge 2019-2020, six pays se partagent un marché de 27 millions de tonnes

    La production mondiale d’orge record (150 millions de tonnes) ne va pas relancer le commerce mondial de la céréale.  L’Union européenne ...

  • Home_ma_s_export__culture_

    Export de maïs 2019-2020, cinq pays se partagent un marché de 163 millions de tonnes

    Le maïs est la première céréale produite dans le monde avec 1 091 millions de tonnes (Mt) en 2019-2020. Le marché mondial du maïs est po...

  • Home_bl__export__culture_

    Export de blé 2019-2020, un marché de 162 millions de tonnes pour sept pays et l'Union européenne

    Sur les 768 millions de tonnes (Mt) de blé produites dans le monde, 174 Mt seront exportées (22,6 % de la production mondiale) durant la campagne 2019-2020, sel...

  • Home_export_c_r_ales__moisson_france_

    Marchés céréaliers 2019-2020, l'export monopolisé par une dizaine de pays

    L’approvisionnement céréalier de nombreux pays repose sur un nombre restreint de pays exportateurs de grains. Durant la campagne céréali&egr...

  • Home_agriculture_france

    Chambres d'agriculture, le projet stratégique 2019-2024 menacé par un plan de restructuration

    Si la baisse de 15 % de la taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TA-TFNB) envisagée par le gouvernemen...

  • Home_zhomivores

    mangerdetout.fr, un site d'information et de réflexion sur notre alimentation

    Pour contrebalancer les prises à partie anxiogènes des mouvements animalistes, les filières bretonnes lancent mangerdetout.fr, un site qui affirme la pro...

  • Home_bertrand_patenotre

    Sa bergerie prend feu, il arrête tout

    Bertrand Patenotre a 58 ans. Un âge auquel on ne redémarre pas tout de zéro. Précurseur dans l’Aube dans un système où il a li&...

  • Home_tri_de_laine_24h_de_la_tonte_cr_dit_photo_phoebus_communication__11___1_

    Le Dorat accueille le championnat du monde de tonte de moutons

    Du 4 au 7 juillet, la commune de Le Dorat, en Haute-Vienne, va multiplier sa population par 20 voire par 30. Les 1686 habitants comptabilisés au dernier recensement de...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit