Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

mangerdetout.fr, un site d'information et de réflexion sur notre alimentation

Home_big_zhomivores

Pour contrebalancer les prises à partie anxiogènes des mouvements animalistes, les filières bretonnes lancent mangerdetout.fr, un site qui affirme la promotion du régime omnivore et aide à trouver des informations sur son alimentation, mais aussi sur les relations entre les hommes et les animaux. De quoi aider le consommateur à retrouver du plaisir dans son assiette et de la confiance dans les filières de production et de transformation.

« Depuis des millénaires, l’homme est omnivore. Les produits de l’élevage sont nécessaires pour faire grandir et vieillir l’homme en bonne santé, rappelle Loïc Hénaff, président de Produit en Bretagne. Dans la pluralité de ses formes, l’élevage est nécessaire à l’équilibre alimentaire et environnemental de la planète et il impose des devoirs de l’homme envers ces animaux qu’il élève. »

Un discours qui n’étonne pas venu de la part de celui qui dirige une entreprise de salaisonnerie mais qui exprime aussi le point de vue des 96 % de Français omnivores, dans un débat sociétal sur l’alimentation accaparé par les mouvements animalistes et végans. Sous leur influence, les choix alimentaires se politisent, bafouant les nécessités nutritionnelles. Leurs discours, extrémistes et alarmistes, ont levé une certaine défiance alors même que les consommateurs veulent se reconnecter à leur alimentation et à ceux qui la produisent.

Danielle Even, présidente d’Agriculteurs de Bretagne, en donne pour preuve les 40 000 visiteurs à l'opération Breizh agri food, pendant laquelle 180 exploitations ou entreprises agroalimentaires ont ouvert leurs portes.

Des informations scientifiques et vérifiées

Dans ce climat complexe, les Z’Homnivores est une démarche qui réunit, depuis deux ans, les filières (*) de la production et de la transformation en Bretagne, pour défendre le « bien manger » et réfléchir au sens large autour de l’alimentation, depuis la production jusqu’aux impacts des filières sur l’environnement. Ce collectif de collectifs a fait le constat que, dans ces débats qui tournent vite au passionnel, il était difficile pour les consommateurs de trouver de l’information sûre et facile d’accès. « Nous voulons opposer à la violence du dialogue, de l’information pour affirmer nos convictions », explique Loïc Hénaff. Ce qui se concrétise par le site mangerdetout.fr, une mine d’informations sur notre alimentation, ses conséquences sur la santé, les relations entre les hommes et les animaux, l’impact environnemental des filières. « Notre but est de fournir une source d’informations et de réflexions sur l’alimentation, précise Danielle Even. Chacun a la liberté de choisir son régime alimentaire, les modes de production de ses aliments mais il doit pouvoir le faire de façon éclairée. »

Dans ce site, le collectif des Z’homnivores produit des contenus, mais aussi synthéthise et vérifie toutes les informations autour de l’alimentation, les éclaire par des avis de nutritionnistes. On peut donc y trouver de multiples renseignements sur les différents régimes alimentaires, sur la nutrition, les signes officiels de qualité, le locavorisme, les impacts environnementaux des filières animales. Autant d'arguments pour ceux qui veulent défendre les produits des filières animales.

(*) Note : Produit en Bretagne, l’Association bretonne des entreprises agroalimentaires, Agriculteurs de Bretagne, l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne, Interbev Bretagne, la chambre d’agriculture de Bretagne, avec le soutien du Conseil régional de Bretagne.

 

Ci-dessous, Danielle Even et Loïc Hénaff (montage de deux photos).

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 2
  • 4
  • 0
  • 1
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Julien Cécile
Thumb_photo_cj

Passionnée par l'agriculture, ses hommes, ses femmes, ses innovations, je parcoure les campagnes de l'Ouest pour en partager l'actualité.

  • Vous aimerez également
  • Home_kossowski_derambarsh

    Arash Derambarsh : "Nous voulons une ville durable à Courbevoie"

    Connu pour la lutte qu'il mène contre le gaspillage alimentaire, Arash Derambarsh, vient de devenir adjoint au maire à Courbevoie, chargé du dé...

  • Home_pac_2027

    Relance économique de l'Europe, la Pac et le Green Deal passeront après

    Le coronavirus, le confinement qu'il a impliqué, et la crise économique qui en découle ont changé la donne au niveau des priorités en E...

  • Home_commerce_mondial_c_r_ales

    Après coronavirus, deux poids deux mesures entre farmers américains et agriculteurs européens

    Aux Etats-Unis, la politique agricole et une partie des 3 000 milliards de dollars débloqués pour relancer l’économie américaine vienne...

  • Home_s_bastien_alaire_banques_infos_recours

    Le débat sur le plafonnement des frais bancaires concerne aussi les agriculteurs

    Cette semaine, une proposition de loi a été rejetée mais un décret gouvernemental est annoncé : le sujet du plafonnement des frais bancaire...

  • Home_foncier_agricole_safer

    Foncier agricole, ces centaines de milliers d'hectares qui échappent au contrôle des Safer

    Les ventes de parts sociales, de biens en usufruit ou en nue-propriété, masquent des transactions foncières et financières qui échappent au...

  • Home_rebecca_vaissermann_salle_de_traite

    "Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

    Une pièce de théâtre devenue un ouvrage dépeint avec réalisme l'engrenage qui conduit un éleveur laitier jusqu'au suicide. Ce...

  • Home_ruches_abeilles_fleurs

    Le miel, fer de lance de la reconquête de l'opinion publique des céréaliers

    Comment peut-on mieux démontrer que les pratiques agricoles sont, en France, parmi les plus contrôlées au monde qu'en élevant des abeilles au b...

  • Home_l__levage_en_vrai_pr_sentation

    "L'élevage en vrai", ou comment connaître le quotidien d'un élevage allaitant

    Pierre Olivier est éleveur bovin et ovin dans l'Allier. Passionné, il partage la vie qu'il mène avec ses charolaises sur une chaine Youtube, &quo...

  • 1Commentaire
  • #1

    L’État laisserait-il les lobbies contrôler l’assiette de nos enfants ?

    Les protéines animales représentent aujourd’hui 61 % de nos apports en protéines. Il est urgent de renverser ce rapport, c’est-à-dire d’opter pour une alimentation essentiellement végétale, comme c’était le cas au début du XXe siècle108. En résumé, il s’agit simplement de manger moins et mieux ! Cette mesure est également celle portée par plus de 15 000 scientifiques dans leur Appel pour la planète de novembre 2017/09. Les leviers pour modifier le régime alimentaire des Français-es sont multiples. La modification des règles alimentaires dans la restauration publique, en particulier pour les enfants, offre un levier essentiel et indispensable. Parce que l’État se doit d’être exemplaire pour impulser la dynamique, parce que les quantités de nourriture qui sont fournies par la restauration collective sont significatives, et parce qu’il est fondamental de sensibiliser les jeunes générations et de protéger leur santé. Le succès des initiatives menées par les collectivités locales qui ont su s’affranchir des recommandations officielles ou les gouvernements qui ont pris le parti de faire passer des lois nationales pour imposer les plats végétariens aux menus des cantines publiques montre qu’il est possible, souhaitable et rentable de faire évoluer les menus. Ces démarches vont souvent de pair avec une réduction du gaspillage alimentaire et une diversification des sources de protéines – deux axes de travail qui permettent de dégager des économies et de ce fait d’augmenter la part des aliments de haute qualité, comme ceux issus de l’agriculture biologique. Lorsqu’elles font le choix d’opter pour ces menus bons pour la santé de nos enfants et respectueux de l’environnement, les collectivités s’approvisionnent le plus souvent auprès d’agriculteurs et d’éleveurs locaux. Elles soutiennent alors le tissu économique local et déclenchent de véritables dynamiques de territoire. C’est le cas de la ville de Saint-Étienne, qui sert 3 500 repas par jour 100 % bio et locaux, incluant un repas végétarien par semaine. Ou encore de l’exemple bien connu de la ville de Mouans-Sartoux, qui sert 1 100 repas par jour, 100 % bio. La réduction de la part de la viande, associée à la lutte contre le gaspillage alimentaire, a permis à la ville de mener cette politique sans impact budgétaire. Et celui de Lons-Le-Saunier où toute la viande servie est bio et majoritairement locale. Plus récemment enfin, le Centre national des œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) s’en engagé à ce que l’ensemble des restaurants universitaires proposent des repas végétariens d’ici à la fin de l’année. Ailleurs en Europe, la ville de Copenhague s’est illustrée en proposant des plats d’origine biologique à 75 % de bio et une réduction de la part de protéines animales pour 60 000 repas par jour. Tandis qu’au Portugal, une loi oblige désormais les institutions publiques à proposer des alternatives végétaliennes (sans aucun produit d’origine animale) quotidiennement.

    Ces initiatives demeurent à ce jour malheureusement trop limitées. Afin que de plus en plus d’enfants aient accès à des repas bons pour leur santé et pour la planète, voici les mesures que l’État doit mettre en œuvre selon Greenpeace :

    1) Réformer en profondeur la gouvernance des politiques publiques en matière d’alimentation : • En créant ou en élargissant les missions d’une autorité interministérielle, opérationnelle et efficace, sous l’égide du Premier ministre, qui assurera la cohérence des initiatives et l’implication de l’ensemble des ministères concernés par les enjeux, notamment Santé et Environnement. • En impliquant des experts indépendants à même de pouvoir enrichir et consolider les propositions : des médecins de la prévention, des économistes, des représentants de la société civile, et notamment les associations de protection de l’environnement. • En prévenant les conflits d’intérêt dans l’établissement des repères nutritionnels et plus généralement des politiques Santé et Alimentation (rendre transparents les échanges et les budgets alloués aux activités de lobbying, s’assurer de l’indépendance des experts santé… : les mesures pour minimiser l’impact des lobbies sont nombreuses)(1). • En intégrant les contraintes environnementales et notamment les enjeux liés à la lutte contre les changements climatiques (Stratégie nationale bas carbone…). • En dotant cette réforme des moyens nécessaires pour une mise à jour rapide des recommandations nutritionnelles (PNNS 4, GEM-RCN, décret et arrêté de 2011).

    2) Assurer les ressources nécessaires à la mise en œuvre de ces politiques en faveur d’une alimentation plus saine et plus durable : par exemple la formation des personnels de cuisines aux notions d’équilibre nutritionnel, l’accompagnement pédagogique des élèves pendant les repas ou encore celui des collectivités locales, pour qu’elles puissent s’approvisionner en produits locaux, sains, de saison, le moins transformés possibles, à dominante végétale et biologique.

    3) Interdire les interventions des lobbies de la viande et des produits laitiers auprès des enfants (passages directement dans les écoles, distribution de kits pédagogiques orientés, …) qui, sous couvert de vouloir nous faire retrouver le goût des produits, renouer avec la terre et les animaux, développer l’économie locale (intentions tout à fait louables au demeurant), publient des informations relativement subjectives. Ces interventions viennent pallier les lacunes de l’État en la matière, qui doit donc allouer des budgets au développement d’outils pédagogiques objectifs.

    4) Introduire deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires, à horizon 2020.

    5) Augmenter la part du bio dans toute la restauration scolaire, issu le plus souvent possible de filières locales, pour garantir une alimentation sans pesticides, sans OGM, sans additifs chimiques.

    Ces demandes font écho aux recommandations de l’ANSES (avis de décembre 2016 sur la nécessité de diminuer la part de viandes et de produits laitiers) ainsi qu’à celles du Haut Conseil à la Santé Publique. Le rapport de septembre 2017 du HCSP demande en effet que « les préoccupations environnementales et la durabilité (contaminants, empreinte carbone, …) [soient] également intégrées dans la définition des repères de consommation alimentaire ». Preuve supplémentaire de son ouverture d’esprit et d’un besoin d’évolution profond des politiques Santé et Alimentation nationales, le HCSP stipule également qu’il faut « associer les patients et citoyens à la définition de la politique et aux enjeux sociétaux que cela implique »(2). En parallèle, la société civile s’active et n’a de cesse de pousser la demande d’une alimentation plus durable et plus saine au sein de la restauration scolaire(3). Tous les éléments sont là. Qu’attend le gouvernement pour agir ?

    1 Voir les propositions du
    HCSP de septembre 2017 : http://bit.ly/2Ag36ui

    2 Pour une Politique Nationale Nutrition Santé, Septembre 2017

    3 Voir États Généraux de l’Alimentation : 63 priorités de la Plateforme Citoyenne pour une Transition Agricole et Alimentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit