Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

300

Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur que leurs collègues exerçant hors de ces zones. Mais les exploitations sous label ne se distinguent pas par leur performance en matière de bien-être animale.

+ 9000 € par Utans, c’est la différence de revenu par unité de travail agricole non salarié agricole (Utans) entre les producteurs laitiers installés dans des zones d’élevage sous signe IGP et leurs collègues exerçant leur activité hors de ces zones, selon une étude du centre d’études et de prospective du ministère de l’agriculture.

Cependant, cette différence masque d’importantes disparités de revenu entre bassins laitiers sous zone IGP.

En Franche comté, le revenu supplémentaire par Utans est supérieur de 22 000 € au revenu par UTA hors IGP. Mais dans la région du Munster, aucune différence de revenu n’est réellement perceptible.

En général, le prix auquel est vendu le lait collecté, et sa valorisation fromagère qui en découle, expliquent ces différences de revenu.

Le centre d’études et de prospective s’appuie sur un panel de 245 exploitations réparties dans différentes zones IGP et AOP pour réaliser son étude. Outre les questions de revenu, sont traités différents aspects sociétaux, environnementaux et de bien-être animal.

Les exploitations laitières rendent les territoires où elles sont implantées plus dynamiques. Elles contribuent à préserver et à valoriser des savoirs faire.

Sans ces zones IGP ou AOP, les exploitations laitières « fromagères » peineraient à valoriser leur lait collecté.

Très bonne performance environnementale

Son prix de vente serait en partie établi en fonction des cours des produits standardisés de première transformation (poudre de lait, beurre).

« Au-delà des garanties qu’elles apportent aux consommateurs sur la qualité des produits, les exploitations agricoles en bovins lait sous IGP veulent conserver leur position favorable sur le marché, écrivent les auteurs de l’étude. La labellisation de la zone où elles sont implantées leur confère une grande notoriété en matière de performance environnementale et en matière de bien-être animal qu’actuellement ».

Les meilleurs scores affichés sur le plan de l’environnement résulteraient d’abord de leur localisation (régions montagneuses ou bocagères) et non de leur origine géographique en tant que telle. Les exploitations agricoles valorisent les atouts des zones où elles sont implantées.

En zone de montagne, la part des prairies et dans l’alimentation des animaux est toujours très importante tandis que l’emploi de produits phytosanitaires est plus faible.

Mais les exploitations en zones IGP consomment plus d’aliments achetés que leurs congénères hors de ces zones. La raison invoquée par le ministère de l’Agriculture : leur vulnérabilité aux aléas climatiques (sécheresses).

En matière de bien-être animal, la notoriété acquise par les éleveurs en zone IGP est contestable.

Bien-être animal décevant

Les exploitations sous IGP ne se distinguent pas fondamentalement des autres exploitations du fait du caractère souvent peu contraignant des cahiers des charges auxquels sont soumis ces systèmes de production, selon le centre d’études et de prospective.

Hormis la zone Poitou Charente, les exploitations sous labels les plus connus présentent des scores décevants.

Leur point fort est la surface de pâturage plus importante réservée aux vaches dans les IGP (+16 %) mais leurs points faibles sont les conditions de logement des animaux.

Dans les zones IGP, les effectifs des troupeaux de vaches sont moins importants qu’en zone de plaine mais les étables, où sont logées les bêtes, sont anciennes et parfois vétustes. Les vaches bénéficient de peu de place pour circuler.

Les cahiers des charges des producteurs de lait en zone AOP Auvergne Rhône Alpe imposent une période de pâturage particulièrement longue et sur une surface d’herbe beaucoup plus importante.

 

A score équivalent, les indicateurs de bien être animal masquent des différences notables. De très bons indicateurs en matière de pâturage compensent des indicateurs de vétusté en matière de logement dégradées. Dans les zones de montagne, les vaches sont souvent logées dans des étables étroites, attachées.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 2
  • 1
  • 0
  • 1
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • Home_ma_s

    Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

    La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une productio...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • Home_adobestock_87111125_preview

    La réforme de l’assurance MRC faite pour rassurer

    Le nouveau dispositif d’assurance multirisque climatique (MRC) à trois étages établit une couverture universelle contre les risques climatiques acc...

  • 1Commentaire
  • #1

    1er plan retraite de la fonction publique et privée

    E-mail: [email protected] Whatsapp: +33 7 48 56 81 63 Un fond Perso adapté à tous vos projets, couplé à une souscription 100% en ligne ! offre de crédit allant de cinq mille euro à quinze million d'euros Vous souhaitez changer votre situation financière en demandant un crédit rapide et sécurisé? E-mail: [email protected] Whatsapp: +33 7 48 56 81 63

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit