Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Les consommateurs de viande bio pensent avant tout à leur confort personnel

Home_big_viande_bio

Qu’est-ce qui poussent les consommateurs à manger de la viande bio ? Le bien-être apporté à leur santé, et la bonne qualité du produit, selon un sondage réalisé par l'Ifop pour la commission bio d’Interbev, l'interprofession bétail et viande. Et non la protection de l'environnement ou le revenu des éleveurs, alors que ces arguments sont ceux avancés par les citoyens prônant l'agriculture biologique.

A cet effet, un échantillon de 1007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, a été interrogé.

Les citoyens et les consommateurs français sont a priori les mêmes individus et pourtant ils pensent différemment. Leurs motivations pour encourager l’essor de l’agriculture biologique et la consommation de la viande bio ne sont pas les mêmes. Les consommateurs achètent d’abord ce produit pour des raisons de santé et de bien-être personnel.

Au-delà, les différents reportages médiatisés pour dénoncer les mauvais traitements infligés aux animaux, mais aussi les conditions d’abatage et d’élevage dans certains établissements, préoccupent de plus en plus les consommateurs depuis l’an passé (+ 4 points).

Cependant, la protection de l’environnement et le revenu des éleveurs, qui sont les deux arguments avancés par les Français citoyens pour promouvoir l’agriculture bio, ne sont pas ceux les consommateurs de viande bio. Seuls 11 % d’entre eux associent l’achat de ce produit à une action en faveur de la protection de l’environnement.

Même en répondant, aux questions à choix multiples de ce sondage, les consommateurs avancent des arguments globalement similaires. Les 1007 personnes interrogées ne font pas le choix de consommer de la viande bio pour défendre en priorité le revenu de l’agriculteur (8 %) ou  parce que "c’est bénéfique pour l’environnement" (11 %). Ce qui les pousse à acheter et à consommer bio est le bénéfice apporté par ces aliments à leur santé et la qualité des contrôles effectués sur le plan sanitaire.

Seuls 4 % des Français ne mangent que de la viande bio

Toutefois, les réponses suggérées aux questions posées aux consommateurs pour comprendre l’intérêt porté à la viande bio diffèrent quelque peu.

Parmi ces réponses suggérées, ils soulignent en particulier que ce produit « provient d’élevages respectueux du bien-être animal ». Mais là encore, le revenu des éleveurs et le bénéfice apporté à l’environnement ne sont pas des critères qui les guident dans leur acte d’achat.

L’analyse sociologique des consommateurs de viande permet de comprendre les réponses du sondage.

Les consommateurs de viande bio font partie des 96 % de Français consommateurs de viande. Ces derniers sont même 70 % à en manger plusieurs fois par semaine. Mais la consommation de viande bio ne fait pas encore partie de leurs habitudes alimentaires : seuls 4 % des Français ne mangent que de la viande bio. Certes le produit n’est pas vendu partout mais est-ce pour autant la seule explication ?

Les Français sont majoritairement urbanisés. La culture agricole a disparu dans leur mode de raisonnement. Parmi eux, les consommateurs de viande bio sont encore plus typés.

Des précurseurs de la société de consommation de produits bio

Ce sont en fait des précurseurs. Leurs goûts et leurs motivations pour consommer de la viande bio seront, dans dix ou vingt ans, ceux ce l’ensemble des Français.

Les plus nombreux à consommer de la viande bio sont le 18-24 ans (76 %), les Français appartenant aux classes socioprofessionnelles les plus aisées (ou CSP +) (77 %) et surtout, habitant dans l’agglomération parisienne (79 %).

Pour autant, les résultats du sondage de l’Ifop montrent que la consommation de viande bio est déjà très répandue : près de 7 français sur 10 ont consommé, au une fois, de la viande bio, qu’ils soient actifs ou retraités, urbains ou ruraux !

Mais les éleveurs bio devront batailler pour que la défense de leur revenu influence davantage le choix des consommateurs à acheter de la viande bio.
 

Notre image ci-dessous est issue de Adobe

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit