Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5448 MembresCréer un compte

Les alpages dans le plus grand respect des vaches

Home_big_davoine_jean-marie

Un randonneur averti en vaut deux ! Tout l’été, la Fédération des alpages de l’Isère enseigne aux promeneurs les bons gestes pour approcher les troupeaux en toute sécurité. Ou comment être touriste et respectueux

Jean-Marie Davoine a été berger pendant 20 ans dans l’Isère et le sud de la France. Souhaitant partager son expérience, il est devenu éducateur canin et formateur en maniement animal pour la fédération des alpages de l’Isère. Tout l’été, il propose les animations « dialogue avec un troupeau ». Itinérantes sur l'ensemble des massifs du département, ces journées sont destinées au grand public. L’objectif est de mieux comprendre les réactions des vaches en liberté. Ainsi, les promeneurs énervent moins les troupeaux… « et les bergers ! », ajoute en souriant l’animateur. « Dans la conduite des troupeaux, nous avons beaucoup insisté sur la technique en oubliant les fondamentaux. Par exemple, les bergers avaient coutume  de donner du sel en grain aux bêtes en alpage. Aujourd’hui, ils se contentent de poser des blocs et perdent l’occasion d’un contact. Les bêtes deviennent plus sauvages. La présence est indispensable. Berger, ce n’est pas un métier compatible avec les 35 heures… », glisse Jean-Marie Davoine.

L'exemple d'une randonnée...

Nous avons suivi pour vous la session du 29 juillet, en plein cœur du Grésivaudan. Notre petit groupe est composé d’un jeune berger qui effectue sa première saison à la Grande Sure (massif de la Chartreuse), d’une ancienne éleveuse, d’un guide de moyenne montagne en formation, d’un couple en vacances, Marie Lenglart, stagiaire de la Fédération des alpages et de Yannick Croisier, vétérinaire et moniteur en contention de l’Institut de l’élevage. Après une marche d’approche d’une heure au petit jour, nous arrivons au refuge communal du Mollard, à la Combe de Lancey. Chaque jour, le troupeau bovin de Roger Giraud est surveillé par le gardien du refuge où nous déjeunerons.

Jean-Marie Davoine commence par parquer une dizaine de vaches avec de la rubalise : « C’est une solution économique pour contenir les troupeaux, trop peu utilisée. Le vent fait bouger le ruban, et l’effet de surprise les maintient à distance. Les vaches ont un champ de vision étroit, mais elles ont peur des mouvements soudains et perçoivent bien les couleurs flashy. Quand on rentre dans un alpage, les gestes doivent être lents et assurés. »

... Pour mieux appréhender certains gestes à éviter

A ce propos, le jeune berger témoigne d’une expérience désagréable : « J’ai eu un souci récemment avec trois coureurs habillés en fluo. Ils ont traversé à fond l’alpage au petit matin. Les charolaises affolées couraient devant eux mais malgré mes cris, ils ne se sont pas arrêtés. J’ai vraiment eu peur que ça se finisse mal », peste-t-il.

Est-il utile de rappeler que les chiens (même tenus en laisse) sont strictement déconseillés dans les alpages ? « Contrairement aux patous, ils surprennent les troupeaux. Lorsque les bêtes chargent, les chiens reviennent vers leur maître. C’est très dangereux. Chaque année, nous déplorons des accidents de ce type dans les Alpes et le Massif Central. De plus, les patous peuvent être très agressifs vis-à-vis des autres chiens », prévient Jean-Marie Davoine.

Autre détail à éviter absolument : les lunettes de soleil qui empêchent les vaches de capter la direction du regard. « Les animaux deviennent agressifs lorsqu’on les regarde dans les yeux », précise le formateur.

Quelques exercices pour gagner la confiance des vaches

Premier exercice : avancer doucement vers le troupeau à reculons. Si on contrôle ses gestes, les vaches se déplacent de quelques pas et on entend les cloches s’éloigner calmement. Une fois au cœur du troupeau, on s’arrête. Certaines vaches s’approchent à 50 centimètres, reniflent l’intrus, quand d’autres feignent l’indifférence ou se figent. L’expérience est saisissante ! « Les randonneurs devraient toujours avancer à reculons, cela évite de croiser les yeux des vaches », plaisante Jean-Marie Davoine.

Un peu plus engageant, l’exercice du « veau mort » : deux personnes s’allongent face à terre au milieu du champ. « En général, il y a toujours une curieuse qui va s’approcher. Si elle estime que vous n’êtes pas dangereux, elle va vous renifler et peut-être même vous lécher. Ne bougez surtout pas et ne riez pas. Ensuite, vous vous relèverez doucement. Les vaches vont renifler votre odeur et la confiance sera établie pour toujours », annonce l’animateur. Deux courageux volontaires se lancent. Effectivement, une vache les fixe, réfléchit, cherche une contenance puis décide finalement de s’éloigner.

Le troupeau évoluera un moment autour d’eux, en faisant semblant de ne pas les voir. « L’exercice n’a pas fonctionné car il est un peu trop tard. Les bêtes sont plus réceptives après la rosée », regrette Jean-Marie Davoine.

Autre apprentissage essentiel : conduire une vache par le regard. Lorsqu’on fixe le haut du dos, la vache se décale immédiatement de trois mètres. Il suffit de maintenir fermement le contact pour la mener où l’on veut. Dès que la pression redescend, la vache bondit et s’éloigne. « Cela sert à trier les animaux et de cette façon, on peut même arrêter une vache qui charge ! Par contre, évitez absolument d’éloigner les mères de leurs veaux. De même, si une vache émet des cris de détresse, restez à l’écart. Les autres peuvent devenir agressives pour diminuer la tension », précise Jean-Marie Davoine.

Enfin, le dernier atelier (sans doute l’expérience la plus émouvante) consiste à former une ronde autour des vaches. Au bout d’un moment, les bêtes se concentrent au centre, têtes contre têtes. On peut alors s’approcher jusqu’à leur flanc. Une personne se colle alors contre une vache, tandis que les autres reculent.

Pour notre randonnée, comme nous n’étions pas assez nombreux, nous n’avons malheureusement pas pu faire cet exercice. Nous avons donc mené tranquillement les bêtes vers leur alpage du mois d’août...

 

En savoir plus : www.alpages38.org (site de la fédération des alpages de l'Isère) ; http://lessentiersdesbergersenbelledonne.fr (les sentiers des bergers en Belledonne, tout un choix d'itinéraires pour randonneurs, avec également une page dédiée au pastoralisme).

A lire : « domestiquer autrement » (La Cardère éditeur), ouvrage sorti en 2014 dont Jean-Marie Davoine est co-auteur. On le trouve notamment ici : http://www.amazon.fr/Domestiquer-autrement-homme-animal-extensif-confiance/dp/2914053738.

Réservations : 04 76 71 10 20 ou [email protected] Prochains ateliers : le 10 août (La Ferrière d’Allevard, alpage du crêt du Bœuf), et le 13 août (Saint-Pierre d’Allevard, alpage du crêt du Poulet).

 

Ci-dessous : Jean-Marie Davoine, formateur à la fédération des alpages.

Ci-dessous, comment conduire le troupeau du regard. d'abord avec Jean-Marie Davoine...

... Puis avec l'ensemble du groupe.

Aller à reculons parmi les vaches pour se faire accepter, une technique qui prête à sourire mais efficace.

Trois prochaines photos : à plat ventre, jusqu'à l'arrivée de la curieuse.

Ci-dessous, deux photos prises avec d'autres groupes, de rondes autour des vaches (fournies par la fédération des alpages de l'Isère).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_1

    Une exploitation attachée à sa culture locale

    Dans le Nord-Vendée, le Gaec de la Mitonnière est l’un des 70 producteurs de mogette vendéenne label rouge. Sur le secteur, la culture repré...

  • Home_eta_29_semaine_18_couverture

    De la prestation agricole à l’entretien du matériel des clients

    Depuis 2008, l'entreprise Paquet Développement propose une prestation d'atelier à ses clients. L'ETA est également spécialiste de l...

  • Home_image_1_abelio_02-2022

    Abelio : le couteau suisse de l’agriculture de précision

    « Un drone solaire autonome réalise les relevés du spectre lumineux des parcelles pour détecter notamment les maladies, les adventices, les besoins...

  • Home_eta_28_semaine_8_couverture_2

    S'adapter et suivre les évolutions du marché

    La montée au capital de François Guillet à 100 % s’est faite en deux étapes. Il a ensuite construit le nouveau siège de son entrepris...

  • Home_wiki_49_semaine_6_couverture

    Le pari de l’agroécologie en pommes de terre

    L’agriculteur est un fidèle de la marque Fendt « pour la fiabilité et le faible niveau de décote ». Agriculteur sur 600 ha dans le ...

  • Home_eta_17_semaine_2_bis_couverture_v2

    SARL Saffray: Saisir l’opportunité de la méthanisation

    Lorsqu’il a repris la tête de l’entreprise, Anthony Saffray a décidé de diversifier la gamme de prestations pour répondre à la d...

  • Home_eta_27_semaine_01_bis_couverture

    Un parc matériel au top chez le Charentais Matthieu Cobérac

    Matthieu Cobérac a fondé en 2006 l’ETA du même nom. Toujours basée à Saint- Amant-de-Nouère, non loin d’Angoulême, ...

  • Home_eta_27_semaine_51_couverture

    Entre lisier et récolte, l’ETA Templon a trouvé son équilibre

    C'est à l’extrémité Est de la Bretagne, sur la commune de Vergéal au voisinage de la Mayenne, que se trouve l’ETA Templon. La domi...

  • Home_wiki_48_semaine_50_bis_image_1

    Digitalisation : la solution collective de FarmLEAP

    Proposer la certification collective Haute Valeur Environnementale (HVE) s’inscrit dans le prolongement des activités de FarmLEAP, le Ceta numérique. A ce...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit