Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5479 MembresCréer un compte

L’eau, les bassines, on ne nous dit pas tout… pour nous cacher l’essentiel !

Home_big_water-splash-isolated-on-white-background
La loi 92-3 du 3 juillet 1992 reconnaît « l’eau comme patrimoine commun de la nation ». Mais cette décision n’apaise pas les tensions entre les utilisateurs. En témoignent les affrontements du 29 octobre 2022 à Ste Soline (79120). Entre 4 000 et 7 000 manifestants (selon les sources) se sont violemment opposés aux forces de l’ordre en occasionnant une cinquantaine de blessés parmi les manifestants et 61 blessés dont 22 sérieusement chez les forces de l’ordre. Seulement 6 interpellations ont été effectuées. La violence des affrontements avait-elle pour but ultime une issue dramatique comme à Sivens pour enterrer tout projet similaire ?
 
Les revendications des manifestants :
« Bassines non Merci » qui a rameuté ces manifestants qui s’opposent à la création de réserves de substitution d’eau destinées à l’irrigation, communique ses objections :
 
La disponibilité de l’eau, strictement contrôlée et encadrée.
La contestation majoritaire, que l’on retrouve dans plusieurs items ci-dessus, réside dans l’utilisation de l’eau.
 
Le contrôle piézométrique des nappes détermine le niveau supérieur de la nappe par rapport au niveau de la mer.
Le graphique ci-dessous, démontre que sur près de trente ans, les niveaux maxi et mini de cet aquifère de référence n’ont pas été affectés par les prélèvements antérieurs, et que la ressource se reconstitue, avec quelques variations dans le temps dues à la variabilité de la pluviométrie. Il est ainsi clairement démontré que l’irrigation n’a pas épuisé la ressource.
On peut consulter sur le site du BRGM que les courbes de la très grande majorité des sites ont la même horizontalité. Les données dont sont tirés ces graphiques sont les relevés quotidiens des piézomètres installés pour le suivi du niveau des nappes.
On remarque que le niveau ne dépasse jamais un maximum pour lequel l’eau de la nappe s’écoule vers la mer via les sources et les rivières de surface ou souterraines. C’est pour profiter de cet excès d’eau que les pompages sont autorisés dans des temps déterminés et sous contrôle strict et permanent du niveau de la nappe. Toute infraction aux arrêtés préfectoraux qui encadrent ces pompages est sévèrement sanctionnée.
 
Emplir des bassines ou des réserves d’eau dans ces conditions ne peut qu’être profitable.
On peut constater sur le zoom suivant que du 16 février au 15 avril, et du 1er octobre au 6 décembre, le niveau de la nappe continue de descendre, hors période d’irrigation. L’amplitude des variations de niveau est importante, mais la ressource se reconstitue d’année en année comme démontré précédemment.
Il est donc totalement faux de prétendre que les prélèvements dans les nappes, que ce soit pour l’irrigation ou pour les besoins d’eau potable, mettent en péril la ressource. On peut aussi constater que la baisse de niveau hors période d’irrigation provient du phénomène naturel de
capillarité qui permet aux végétaux en surface (cultures, forêts) de croître et d’évapotranspirer, participant ainsi au cycle de l’eau qui génère les pluies.
L’eau n’est pas consommée comme une énergie fossile, elle est utilisée et recyclée dans un mouvement perpétuel.
 
Du partage inéquitable de l’eau.
Combien de sympathisants de « Bassines non Merci » possèdent des piscines, quand d’autres économisent l’eau du robinet par précarité financière ? Ne s’accaparent-t-ils pas une part importante de la ressource pour une utilisation non essentielle ? Certes, les promoteurs de bassines profiteront d’une ressource qui n’est pas à proximité de tous, mais la multiplicité de projets devrait permettre la généralisation de l’accession. Dans un contexte de sécheresses récurrentes, l’irrigation sera la condition de rentabilité et de survie d’un très grand nombre d’exploitations. Elle permet à des sols peu fertiles d’atteindre une productivité suffisante là où une culture sèche dépérirait.
 
Du prétendu déni de démocratie.
La création des bassines est assujettie à des consultations publiques où les associations écologistes sont largement représentées. Les procédures sont interminables, les décisions de justices font l’objet de nombreux recours et appels, et les arrêtés préfectoraux sont, eux aussi, contestés près de la justice administrative. Et quand la décision finale permet la construction, les manifestants se réunissent en masse pour affronter violemment les forces de l’ordre et saccager des bassines, mais aussi des biens privés sans relation directe avec les bassines.
 
Du financement public.
Pour des investissements de grande envergure, les financements publics sont très souvent mobilisés. La justification d’un financement public est l’intérêt général qu’il permet d’envisager. L’utilisation de l’eau excédentaire hivernale pour irriguer les cultures en période de sécheresse garantit une production régulière en quantité et en qualité dont le consommateur profite directement par l’abondance de produits au top de leurs capacités nutritives. Cette régulation de production évite les pénuries génératrices de hausse des prix et de baisse de qualité. Si on se réfère aux comptabilités des associations, nombreuses sont celles qui perçoivent des subventions d’organismes publics, et heureusement la majorité d’entre elles ne vont pas saccager des bassines.
 
De l’agriculture intensive.
Le leitmotiv des anti-irrigation est la culture intensive. Il faut bien comprendre que la mondialisation a mis l’agriculture en concurrence avec les producteurs mondiaux. Pour s’aligner, les agriculteurs français ont dû conjuguer l’utilisation du machinisme, des énergies fossiles et de leurs sous-produits pour abaisser leurs prix de revient dans l’intérêt du consommateur qui place le prix en tête de ses critères de choix. Cette adaptation a nécessité des investissements lourds, qui pour être amortis, a entraîné l’agrandissement des structures.
Cette production intensive complète la production Bio qui, par des rendements largement inférieurs, ne serait pas en mesure d’assurer à elle seule une alimentation suffisante aux populations.
Quant à la haine des anti-irrigation envers le maïs, elle occulte volontairement et arbitrairement le fait que le maïs est une plante excessivement productive, qui fournit des volumes conséquents pour l’alimentation du bétail à des périodes où les prairies sont totalement brûlées. De plus pour la production en grain, le maïs laisse sur le terrain une masse végétale énorme productrice d’humus, si précieux pour la fertilité des sols. Il ne faut pas non plus ignorer toutes les destinations du maïs : plus de 400 produits alimentaires contiennent de l’amidon de maïs, il est le 4ᵉ légume le plus consommé en France.
Il est aussi utilisé :
• Dans les produits alimentaires (fécule de maïs (Maïzena), comme épaississant, liant, adhésif ou gélifiant) ;
• Dans l’industrie (papiers, cartons, peintures, détergents, colles, matériaux de construction, etc.) ; • Dans les produits pharmaceutiques et cosmétiques (antibiotiques, crèmes de beauté, dentifrices, etc.) ;
• Dans la production d’éthanol (par fermentation de l’amidon), qui entre dans la composition des carburants notamment ;
• Dans la fabrication d’emballages à base d’amidon PLA recyclables et compostables.
 
C’est dire si sa production est devenue indispensable dans la vie courante. Le maïs est la plante qui utilise de façon la plus efficiente l'eau qu'elle reçoit : pour 1 kg de matière sèche produite, le maïs fourrage nécessite 240 litres d'eau, le maïs grain 450, le blé 590, le soja 900, le tournesol 1 200 et le riz inondé 5 000. Son seul handicap est que sous nos latitudes, ses besoins correspondent aux périodes estivales, c’est pourquoi sa rentabilité dépend des capacités d’irrigation.
La quantité totale de l’eau qui transite dans les végétaux n’est que le moteur, avec le soleil, pour permettre à la photosynthèse de créer de la matière sèche (grain, sucre, tige ou bois). La quasi-totalité de l’eau utilisée est recyclée sous forme de transpiration des plantes. 1 Kg de grain de maïs au stockage ne contient que 120 G d’eau.
En fonction de sa rusticité, de sa productivité, de ses faibles besoins en phytosanitaires, le maïs est une culture incontournable de nos sociétés modernes.
 
De l’alimentation en eau potable.
L’irrigation est toujours présentée comme une concurrence à la disponibilité d’eau potable. Il est certain que des priorités doivent être établies afin de garantir aux populations un accès constant à l’eau potable. Il ne faut pas non plus perdre de vue que l’eau des chasses d’eau, incluse dans le volume d’eau potable, est moins prioritaire que l’eau qui sert à irriguer les légumes ou les productions alimentaires. Il n’est pas très médiatisé que certains forages agricoles sont parfois utilisés pour pallier la défaillance du réseau public.
 
Conclusion.
Dans un contexte global où les sécheresses semblent se répéter, où la croissance démographique augmente les besoins alimentaires, où la Bio malgré les soutiens écologiques et politiques rencontre des reculs, nous aurons besoin de toutes les capacités de production pour éviter que ne se renouvellent les émeutes de la faim de 2008.
Il est démontré que le stockage de l’excédent hivernal d’eau n’est pas contraire à la pérennité de la ressource, qu’il est la meilleure assurance récolte pour les agriculteurs pour éviter leur disparition, et que les consommateurs ont, eux aussi, intérêt à gérer intelligemment une eau qui, repartant à la mer, ne profite à personne.
Il y aura aussi un intérêt collectif à stocker après traitement les eaux citadines usées pour irriguer des cultures, au lieu de les déverser directement dans les cours d’eau avec des résidus de médicaments non éliminés en station d’épuration.
 
Au lieu de s’affronter en luttes idéologiques stériles et destructrices, utilisons tous les moyens que permet la technologie moderne pour utiliser, sans gaspiller la ressource ni obérer sa pérennité, une eau source de vie et de prospérité.
 
Également publié sur contrepoints 

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 4
  • 3
  • 20
  • 0
  • 2
  • 3
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_11

    Le tournesol quitte sa zone de confort

    Des filières se développent aujourd’hui dans les bassins des Hauts-de-France, de l’Est, et de la Normandie. La plante offre notamment la possibilit&...

  • Home_image1

    « Une agriculture sans agriculteurs »

    "Une agriculture sans agriculteur : La révolution indicible" est un livre, dense, co-écrit par François Purseigle et Bertrand Hervieu qui dress...

  • Home_ffxgwfnpipvqmtqlnw21wsbk9v0p4

    Une implantation bien huilée pour le colza

    La qualité de la levée et la vigueur au démarrage de la culture implique de réaliser les bons choix en matière de travail du sol, de techni...

  • Home_33izcnkci6i4lwjwzx1h3swm0mucl

    Dans le bain du colza érucique

    Jean-Marc Leroy sème chaque année entre 25 à 40 ha de colza érucique au sein d’une rotation qui intégrait en 2022, 20 ha de betterave...

  • Home_source_amazone_spot_spraying_ou_pulverisation_ultra_localisee

    Retrait des phytos : et si les alternatives venaient de l’AgTech ?

    Saga de la fin du Glyphosate, valse des dérogations nationales pour les néonicotinoïdes en betteraves… Et demain, sonnera la fin du Bonalan qui...

  • Home_couv_4

    Chimique et/ou mécanique : élaborer une stratégie de désherbage efficace

    Parce que les solutions phytosanitaires sont de plus en plus soumises à contraintes, que la présence d’adventices résistantes s’étend,...

  • Home_capture_2

    Les clés du semis rapide en maïs grain

    Les semoirs rapides, permettent aujourd’hui de doubler la vitesse de travail pour pouvoir théoriquement travailler à des vitesses allant de 12 à 20...

  • Home_couv_3

    Protégez vos maïs des ravageurs

    Une fois que les larves de pyrale sont dans la tige, il n'y a plus de traitement curatif. Il faut agir en amont, dès la récolte précédente, en...

  • Home_couv_2

    Adapter sa fertilisation azotée à la conjoncture

    Le fractionnement des apports azotés permet de mieux faire coïncider les apports aux besoins de la plante, donc une meilleure valorisation.   Quand, ...

  • 3Commentaire
  • #1

    Pour sauver les campagnes il faut aider les villes à se mettre aux normes ! L'eau est recyclable à 100% et à l'infini mais pas en France (0.8%), la seule et unique méthode pour perdre de l'eau douce c'est de la jeter en mer au lieu de la recycler PROPREMENT dans les terres. L'eau est un bien commun qui commence par la pluie, les villes rejettent 90% des pluies dans la mer via les rivières et épuisent les nappes phréatiques l'été en ne recyclant pas l'eau (et en polluant les rivières ...). Pour la ville de Niort le potentiel en eaux usées et pluies dépasse les 40 millions de m3 par an ... Pour l'Agglo de Bordeaux c'est 1 million de m3 par jour ...

    on ne manque pas d'eau on en jette beaucoup trop et même DEUX fois trop. Une ville comme Poitiers utilise 900 000m3 par an d'eau potable uniquement pour les toilettes ... 

    La Nouvelle Aquitaine reçoit plus 58 Milliards de m3 par an (84 000km2 et 700mm de pluie en moyenne) pour des prélèvements annuels à 1.5 Milliards irrigation comprise ... avec 18mm de pluie on couvre les besoins d'une année ... avec ce qui coule sur le béton pendant un an (9.3% du territoire est artificialisé) on pourrait tenir 3 ans irrigation comprise ... Pour sauver les campagnes il faut imposer la mise aux normes des collectivités = aucun rejet en rivière ! Le volume de la bassine de Sainte Soline (720 000m3) ne représente que 0.1% du volume d'eau douce rejeté par la Sèvre Niortaise dans la mer en une année ... Une bassine évapore 20 à 65% des pluies qu’elle reçoit et pas du volume total, ce qui veut dire qu’il reste tous les ans au moins 20cm de pluie dans les bassines ! A surface égale, une forêt de feuillu évapore DEUX fois plus d'eau qu'une bassine, si on écoute certains "environnementalistes" il faudrait couper les arbres pour économiser l'eau ... Contrairement aux idées reçues, les deux tiers des précipitations continentales proviennent de la végétation (évapotranspiration) et seulement un tiers de l'évaporation en mer, la végétation ne consomme pas d'eau mais provoque les pluies dans un rapport 2/3 1/3 : 2 litres d'évapotranspiration produisent 3 litres de pluies et c'est aussi pour cela qu'il ne pleut pas dans les déserts ( sources : https://www.inrae.fr/actualites/nouvelle-representation-du-cycle-leau-integrant-activites-humaines )

  • #2

    Dans les rapports du GIEC il est clairement écrit qu'il n'y aura pas moins d'eau mais une dégradation dans la répartition annuelle des pluies (inondations et sécheresses) ! Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite… Après une sécheresse historique il faut mathématiquement se préparer à des inondations historiques !

    Une pluie, même forte, n'est pas un raz de marée mais elle ne devient AUTOMATIQUEMENT si on ne retient pas l'eau : Retenir en AMONT pour ne pas inonder en AVAL ! Actuellement les rivières françaises rejettent entre 50 et 70% des précipitations (La Sèvre Niortaise est à 75%) alors qu'il ne faudrait jamais dépasser les 30% ... ce qui provoque un assèchement mathématique des bassins hydrologiques. Avec 10% du volume des inondations on ne parlerait plus de sécheresse. . Avec DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été. Tous les ans les indemnités sécheresses et inondations coutent des milliards aux contribuables sans parler des vies humaines et de la destruction de la biodiversité.

  • #3

    La plante qui "transpire" le plus au m2 l'été, donc qui climatise le mieux, c'est l'arbre (le feuillu : 300 à 500 litres d'eau par jour, 5000 m3 à l'hectare et par an), il faut au minimum 30 ans pour qu'un arbre soit pleinement opérationnel, en attendant il faut assurer une couverture végétale vivante l'été sur toutes les surfaces agricoles pour évacuer la chaleur (20°c de moins grâce à l'évaporation) et provoquer les pluies. Contrairement aux idées reçues, aucun champ irrigué ne peut évaporer plus d'eau qu'une forêt, il faut replanter des arbres mais une haie dans un champ sec l'été c'est une goutte d'eau dans le désert : c'est avec des champs verts qu'on fait pleuvoir, c'est avec des champs secs qu'on fabrique des déserts sans eau et sans vie.

    à partir de 01.58.10 et à partir de 09:28:00 sur cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=CfS5DUSCfkc&t=34329s

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit