Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Le commerce extérieur agroalimentaire 2018 est en convalescence mais la concurrence est féroce

Home_big__changes_agroalimentaires_internationaux

Plusieurs facteurs concourent au redressement du commerce extérieur de produits agricoles et agroalimentaires déficitaire l’an passé, sans les exportations de boissons et d’alcool. Sur les douze derniers mois, l’excédent commercial a bondi de 44 % pour atteindre 6,6 milliards d’euros. Mais en 2013, le solde commercial était 11,2 milliards d’euros.

En août dernier, une très grande majorité des indicateurs du commerce extérieur des produits agricoles et agroalimentaires français étaient passés au vert. Sur douze mois (juillet 2017-juin 2018), l’excédent commercial était de 6,66 milliards d’euros (Mds d’€) contre 4,6 Mds d’€ en glissement annuel un an plus tôt.

Le secteur des fruits et légumes et, celui des produits préparés à partir de viande, voyaient encore leurs échanges se dégrader sur un an. Au cours des douze derniers mois, le déficit atteint 3,6 Mds d’€. En 2013, le déficit n’était que de 1,1 Mds d’€.

En fait, la France a exporté 62,1 Mds d’€ entre juillet 2017 et juin 2018 de produits agricoles et agroalimentaires contre 60Mds d’€ en 2013 alors que l’excédent commercial avait atteint 11,2 Mds d’€. Mais les importations s’élèvent dorénavant à 55,4 Mds d’€ en glissement annuel contre 48,9 Mds d’€ cinq ans plus tôt.

Les autres secteurs déficitaires ou excédentaires voient leur situation s’améliorer. Ceux qui sont structurellement déficitaires, sont moins déficitaires et ceux qui sont traditionnellement excédentaires, retrouvent des couleurs.

La ferme France parvient à exporter toujours plus mais la concurrence accrue à laquelle se livrent les pays européens conduit immanquablement à des importations sur le marché intérieur en forte croissance. D’où la dégradation du solde commercial.

Ainsi, le solde des échanges commerciaux n’a cessé de diminuer jusqu’à ces derniers mois. L’agriculture et l’industrie agroalimentaire françaises étant moins compétitives, des filières de production ont réduit leur voilure (fraises, asperges) et certaines deviennent de plus en plus importatrices nettes. Avant parfois de disparaître.

Les produits laitiers symbolisent au mieux cette pression concurrentielle. Les exportations (6,6 Mds d’€) ayant augmenté au cours des douze derniers mois moins vite (+ 3%) que les importations (4,06 Mds d’€, +15% en un an), l’excédent commercial de 2,5 milliards d’euros a reculé de 12 %. Et il est inférieur d’un milliard d’euros par rapport au record de 2014.

Depuis janvier 2018, la tendance s’inverse nettement sans que les maux de l’économie agricole et agroalimentaires ne soient pour autant surmontés. L’agroalimentaire français est porté par la conjoncture mondiale et par des récoltes meilleures. Aussi bien au sein de l’Union européenne qu’avec les pays tiers, les échanges se redressent.

Avec les pays tiers hors de l’Union européenne, l’excédent commercial de produits transformés converge vers le record de 2013. Mais avec ses voisins européens, les chiffres de ventes et d’achats traduisent nettement la perte de compétitivité précédemment évoquée de l’industrie alimentaire et de la production agricole. L’excédent quasi nul en 2017 atteint, en glissement annuel sur douze mois, 578 millions d’euros. Mais il était en en 2013 de 5,24 milliards d’euros.  Les ventes de 39,3 Mds d’€ sont au niveau de 2013 mais les importations de produits bruts et surtout transformés (38,8 Mds d’euros) ont bondi de 4 ,8 milliards d’euros en cinq ans.

Ce sont les achats de viandes préparées (5,7 Mds d’€) et de fruits et légumes (7 milliards d’euros) qui pèsent sur les échanges commerciaux entre pays européens. Le déficit s’est accru de 780 millions d’euros en cinq pour s’élever à 3,7 milliards d’euros. Et la filière laitière française fait face à des importations massives.

Toutes destinations confondues, le redressement du commerce extérieur français est imputable aux livraisons de céréales en hausse en volume en 2017-2018 par rapport à l’année catastrophique de 2016-2017. Sur les six premiers mois de l’année, les ventes sont supérieures de 900 millions d’euros et en glissement annuel (juillet 2017-juin 2018), elles ont atteint 5,9 Mds d’€, en progression de 34 %.

Dans les mois à venir, les exportations sont attendues en hausse en valeur mais le record de 2013 ne sera pas renouvelé semble t-il. Alors que les prix étaient au plus haut, les ventes portaient sur 9,5 Mds d’€ et l’excédent céréalier était de 7,6 Mds d’€.

Les oléo-protéagineux ont bien résisté en revanche à la tempête concurrentielle au cours de ces cinq dernières années, mais la filière est plus sensible aux aléas climatiques qu’à la volatilité des marchés. Leurs ventes affichent de meilleurs résultats. La France a vendu au cours de ces douze derniers mois 1,3 Mds d’€, soit 90 millions d’euros de plus qu’en 2013, et elle dégage un excédent de 100 millions d’euros.

En affichant un excédent commercial de 12,3 milliards d’€, en progression en glissement annuel de 1,6 Mds d’€ entre 2013 et 2018, le secteur des boissons et des alcools affiche une certaine insolence. Il est le seul à afficher des résultats en net progrès. Et ce n’est pas fini !
 

Notre illustration ci-dessous est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/166014040.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_budget_europe_2021_2027

    Budget européen, un très bon placement financier pour les 27 Etats-membres

    Contributeur net ou pas, tous les pays membres de l’Union européenne savent qu’ils tireront d’importants bénéfices de leur accès...

  • Home_soutiens_agricoles_dollars

    54 pays versent 708 milliards de dollars d'aides agricoles par an

    Le soutien total au secteur - comprenant l'aide aux producteurs (536 milliards USD), aux consommateurs (66 milliards USD) et aux services environnementaux (106 milliards ...

  • Home_prix_et_marges_loi_egalim

    Revenu des agriculteurs, la loi EGAlim n’a rien changé

    Dans chaque filière, le revenu des agriculteurs et des éleveurs est d’abord lié à la conjoncture des prix. Seuls les éleveurs de porc...

  • Home_kossowski_derambarsh

    Arash Derambarsh : "Nous voulons une ville durable à Courbevoie"

    Connu pour la lutte qu'il mène contre le gaspillage alimentaire, Arash Derambarsh, vient de devenir adjoint au maire à Courbevoie, chargé du dé...

  • Home_pac_2027

    Relance économique de l'Europe, la Pac et le Green Deal passeront après

    Le coronavirus, le confinement qu'il a impliqué, et la crise économique qui en découle ont changé la donne au niveau des priorités en E...

  • Home_commerce_mondial_c_r_ales

    Après coronavirus, deux poids deux mesures entre farmers américains et agriculteurs européens

    Aux Etats-Unis, la politique agricole et une partie des 3 000 milliards de dollars débloqués pour relancer l’économie américaine vienne...

  • Home_s_bastien_alaire_banques_infos_recours

    Le débat sur le plafonnement des frais bancaires concerne aussi les agriculteurs

    Cette semaine, une proposition de loi a été rejetée mais un décret gouvernemental est annoncé : le sujet du plafonnement des frais bancaire...

  • Home_foncier_agricole_safer

    Foncier agricole, ces centaines de milliers d'hectares qui échappent au contrôle des Safer

    Les ventes de parts sociales, de biens en usufruit ou en nue-propriété, masquent des transactions foncières et financières qui échappent au...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit