Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4983 MembresCréer un compte

La réforme territoriale sur le dos des paysans

Home_big_agriculture_bretagne

Dogmatisme urbain et médiatique : les paysans en souriraient presque s'il ne se transformait pas en réglementations contraignantes ! Avec la réforme territoriale en toile de fond…

L’agriculture et l’agroalimentaire sont des secteurs stratégiques pour la France : aucun doute n’est permis, et c’est un devoir absolu de les maintenir au rang qu’ils méritent. Alors que d’autres Etats l’ont bien compris, la France regarde le train passer. La France s’égare dans un flot de débats quasi ésotériques sur l’existence d’un soi-disant « modèle agricole », plaçant ainsi au second plan les actions nécessaires à notre secteur : simplification administrative, compétitivité, rééquilibrage des négociations commerciales. Nos politiques devisent tandis qu’il faudrait agir, ou plutôt laisser les entrepreneurs agir. Sur tous les territoires français, l’énergie de paysans, et de bien d’autres, est là, créative, innovante, pourvoyeuse d’emplois. Mais plutôt que de libérer les énergies dans nos territoires ruraux, la politique agricole est gangrenée par une forme de dogmatisme urbain adepte du « small is beautiful ». Les paysans traînent à leur pied le boulet de la bien-pensance urbaine, qui oppose « petites » aux « grosses » exploitations, l’agriculture « biologique » à l’agriculture « intensive », les circuits courts à l’export… Brièvement résumé, il y aurait d’un côté les « bons » agriculteurs, et de l’autre les « mauvais ». Face à ce manichéisme, il est plus qu’urgent d’apporter de la nuance ! Arrêtons de parler de « modèle agricole », car il existe une multitude de types d’agriculture ou de façons de produire, sous un même climat et sur un même territoire.

"Les ruraux peuvent légitimement craindre
que les métropoles ne deviennent
des Paris en province
"

 

Les métropoles, de nouveaux Paris en province ?

L’apologie, en agriculture, du « small is beautiful » n’est l’apanage ni de la gauche ni de la droite. Le manque de bon sens paysan dans les réglementations, et d’une volonté farouche de défendre l’agriculture et l’agroalimentaire français, sont aussi le fait d’un manque de représentation de la ruralité dans nos institutions. Et cela ne va pas s’arranger avec le projet de loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), qui fera émerger encore plus les « élus des villes » avec la création des métropoles. Ces fameuses métropoles seront bien évidemment des centres de décision, par ailleurs dotés de moyens financiers non moins importants. Les ruraux peuvent légitimement craindre que les métropoles ne deviennent des Paris en province, à l’instar de ce que sont déjà les préfectures de région, mais aussi les nombreuses autorités administratives qui sont devenues un Etat dans l’Etat. Le rapport de la mission de lutte contre l’inflation normative* estimait que, plus proches du terrain, les Préfets de département et les Directions Départementales du Territoire et de la Mer (DDTM), étaient jugés plus à même de mettre en œuvre une interprétation facilitatrice des normes. A l’inverse, les Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) étaient identifiées par les auteurs du rapport comme des « foyers d’interprétation rigide des normes » ! Quelle vision ! Je n’ose imaginer ce que ceux-ci pourraient écrire à propos des projets de SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux) qui ne font qu'enfler zonages et contraintes, toujours sous l’influence d’une vision dogmatique d’un soi-disant « modèle agricole »...

On joue sur la peur du consommateur et le sensationnel !

Il est urgent de sortir d’une vision de l’agriculture et de l’agroalimentaire cantonnée au seul prisme des signes de qualité et d’origine. Encore une conception qui accrédite l’idée du « small is beautiful » ! Dans la réalité, cela fait belle lurette que l’agroalimentaire s’est affranchi des territoires. Prenons l’exemple de Lactalis, leader mondial des fromages, qui est aussi le riche propriétaire de plusieurs AOC françaises : voilà comment des entreprises internationales, souvent éloignées des territoires se forgent une image artisanale.

De plus, la vision bucolique de la campagne, avec des paysans en chemise à carreaux et coiffés d’un béret, est largement entretenue par les médias. L’agriculture dite « conventionnelle » est régulièrement mise au pilori dans des talk-shows très parisiens, où se côtoient chanteurs, acteurs, écrivains. Ces derniers, bien souvent encouragés par les présentateurs télé, délivrent leur vision « boboïsée » de l’agriculture sous prétexte de « débattre » sur des sujets d’actualité comme la ferme des 1000 vaches, la défense des droits des animaux (ah, Zahia et la ruralité !), les champs d’OGM, les pesticides, les antibiotiques, et que sais-je encore… On joue sur la peur du consommateur et le sensationnel ! Les paysans français en souriraient presque si ce dogmatisme urbain et médiatique ne se transformait en lois et réglementations contraignantes. Ces boulets supplémentaires qui ne s’appliquent qu’aux paysans français ne font qu’accroître notre manque de compétitivité par rapport à nos concurrents européens voire mondiaux.

"Conventionnel, bio, export, circuits courts sont complémentaires,
et sont la force de nos territoires :
que l’on cesse d’opposer la diversité
de l’agriculture française !
"

 

Arrêtons les clichés : conventionnel, bio, export, circuits courts sont complémentaires !

Pire, le changement de « modèle agricole » s’écrit à présent dans les régions, avec une réorientation juridique, technique et financière vers des « modèles dits vertueux », comme l’agriculture biologique, les signes d’origine et de qualité, ou les circuits courts. La plupart des régions françaises, avec une utilisation plus qu’orientée du 2e pilier de la PAC, vont à l’encontre d’une dynamique globale de production. Le rêve d’un ré-enchantement de l’agriculture par de « petites exploitations » aux pratiques « artisanales » pourrait rapidement se transformer en cauchemar pour les paysans. Trop de stratégie politique régionale réductrice conduira au déclin des territoires. Conventionnel, bio, export, circuits courts sont complémentaires, et sont la force de nos territoires : que l’on cesse d’opposer la diversité de l’agriculture française !

Il faut remettre les choses à l’endroit, en mettant en place des stratégies globales pour que le plus grand nombre de paysans responsables, dans leur diversité, puissent vivre de leur passion grâce à des prix rémunérateurs, participant ainsi à des territoires dynamiques et attractifs.

 

Note (*) : Rapport de la mission de lutte contre l’inflation normative http://missionnormes.fr/remise-du-rapport-sur-la-mission-de-lutte-contre-linflation-normative-au-premier-ministre/

 

En savoir plus : https://wikiagri.fr/articles/la-france-nest-plus-gouvernee-elle-est-administree/967 (précédent article de WikiAgri où Thierry Merret était interviewé).

Notre illustration est issue du site Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/65741864.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Merret Thierry
Thumb_img_1618

Né le 27 décembre 1960 à Morlaix.Marié en 1983. 3 enfants ( 29,23,18 ans ). Agriculteur, producteur de légumes de plein champs ( échalotes, artichauts). 30 ...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats p...

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de...

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 3Commentaire
  • #1

    Du grand Thierry ! Une réflexion qu'on aimerait lire en une du Monde, de Libé, du Figaro et de Ouest-France. Malheureusement, sans bouder le plaisir de lire une aussi excellente réflexion, elle restera cantonnée à l'auditoire (para)agricole. Comment la diffuser à une sphère plus large ?

  • #2

    Pour votre info, nous avons essayé de la relayer sur d'autres médias plus généralistes, qui n'ont malheureusement pas vu l'intérêt d'une reprise.

  • #3

    PÉTITION ORGANISÉE par la liste aux élections régionales de décembre 2015

    MA COMMUNE, MON DÉPARTEMENT, LA FRANCE, PEUPLE SOUVERAIN EN AVANT !

    Des citoyens pour une France une et indivisible, laïque et sociale.

    NON à l'acte III - ABROGATION DE LA LOI NOTRe

    Une réforme territoriale contre la France, les Français et la démocratie de proximité.

      1. Allons-nous accepter la disparition des communes?

    En regroupant les communes en blocs locaux par tranche de 15 000 habitants, en organisant le dépérissement des services publics de proximité, en réduisant de 25% les ressources affectées aux communes, en dépossédant les élus par transfert des compétences aux niveaux supérieurs , la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) entérine la fin des communes. Les 26468 communes rurales ( 31% de la population) sont les premières touchées par cette réforme. Ce sont des millions de citoyens français que l'on va priver, faute de financements publics, ici de cantine, là de crèche ou d'association sportive... Pour les démarches administratives, comme pour se soigner, ce sera toujours plus compliqué, plus loin, plus long et donc plus cher! La vie locale (citoyens, agents communaux, paysans, artisans et commerçants), les entreprises locales subiront une régression préjudiciable qui favorisera la désertification.

    -2. Allons-nous accepter la fédéralisation de notre pays et sa disparition?

    L'ensemble de la réforme territoriale- l'acte III de la décentralisation- organise avec la montée en puissance des métropoles et des régions, la destruction de la République et de l'égalité de traitement sur le territoire pour tous les citoyens. En donnant tous les pouvoirs ( communes, départements, nation) aux régions, la loi NOTRe signe la soumission des hommes et des territoires à l'Union européenne et aux multinationales en particulier étatsuniennes ( traités CETA et TAFTA). La loi NOTRe crée, à l'insu des citoyens, les conditions d'une euro régionalisation propice à la disparition de l'Etat-nation et de la souveraineté populaire.

    Nous devons nous élever contre cette destruction de notre organisation républicaine et nous devons lutter contre la dislocation de notre Etat-nation au profit d'intérêts contraires au peuple. La souveraineté est un droit du peuple imprescriptible.

    Nous appelons chaque citoyen à se mobiliser pour défendre la commune, le département et l’Etat-nation, la démocratie de proximité et le modèle social français auxquels nos concitoyens sont si attachés. Chaque habitant de notre pays doit se mêler de politique, c’est notre vie, c’est à nous de décider !

                                            Ni région ni fédéralisme euro-régional.                
    

    SIGNEZ & APPELEZ A SIGNER MASSIVEMENT CETTE PÉTITION : http://www.petitionduweb.com/Petition-non-l-acte-iii---abrogation-de-la-loi-notre-1003247.html

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit