Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

La réforme de l’assurance MRC faite pour rassurer

Home_big_adobestock_87111125_preview

Le nouveau dispositif d’assurance multirisque climatique (MRC) à trois étages établit une couverture universelle contre les risques climatiques accessible à tous les agriculteurs. En 2023, il couvrira les agriculteurs exposés à des événements climatiques de plus en plus intenses. Pour Groupama, cette réforme était devenue indispensable.

 

La réforme de l’assurance multirisque climatique (MRC) attendue depuis des années fait partie du bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron, président de la République.  Les agriculteurs auront davantage en main les moyens de gérer le risque sur leur exploitation.

« Après un vote à une large majorité à l’Assemblée nationale puis au Sénat, le projet de loi portant réforme des outils de gestion des risques climatiques en agriculture est définitivement adopté par le Parlement, se réjouit le ministère de l’Agriculture dans un communiqué paru quelques jours avant l’ouverture du salon de l’Agriculture, Porte de Versailles à Paris. Cette réforme historique portée par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, revoit en profondeur le système actuel pour mieux protéger tous les agriculteurs face aux aléas climatiques ».

La réforme des outils de gestion des risques climatiques en agriculture sera un succès si 60 % des surfaces en vignes, grandes cultures et légumes industriels seront couvertes d’ici 2030 par un contrat multirisque climatique (MRC), défend Groupama, le premier assureur agricole du marché français présidé par Jean Yves Dagès. Pour les surfaces en prairies et en arboriculture, l’objectif visé est de 30%. Or aujourd’hui, seules 17 % des surfaces cultivées, toutes productions confondues, sont assurées.

Mais il revient d’ores et déjà au gouvernement de « prendre par voie d’ordonnance toute mesure relevant du domaine de cette loi….afin de permettre aux systèmes de production agricole de surmonter durablement (les aléas climatiques), et de garantir un large accès des agriculteurs à un régime d’assurance contre ces risques », précise le texte voté en commission mixte.

Il s’agira entre autres de définir les paramètres du nouveau dispositif d’assurance à trois étages et les contours du pool de coréassurance (cf encadré).

« La réforme en cours de la MRC est historique. Elle repose sur les principes de solidarité et d’universalité », se réjouit Pascal Viné, directeur des relations institutionnelles.

Cette réforme a été inspirée par le rapport de Frédéric Descrozaille, député LREM et président du groupe de travail relatif à la gestion des risques et l’assurance. Il avait en effet proposé de transformer en profondeur le fonctionnement des couvertures assurantielles privées et publiques en redéfinissant l’intervention de l’État.

Et depuis, le député a été entendu puisque le nouveau dispositif assuranciel repose dorénavant sur une articulation entre l’auto-assurance, l’assurance récolte multirisque climatique et la solidarité nationale en cas de pertes exceptionnelles. A cet égard, le gouvernement abondera un fonds de 600 millions d’euros incluant les subventions à l’assurance et la prise en charges des pertes exceptionnelles.

Tel qu’il est bâti, le fonctionnement de l’assurance MRC actuel est devenu insoutenable. En indemnisant ses sociétaires sinistrés en 2021, Groupama a essuyé une perte sèche de 200 M€. L’épisode de gel survenu au printemps a endommagé 105 000 ha de vignes et 20 000 ha de betteraves sucrières.

Depuis 2008, le montant total des indemnisation est supérieur de 9 % au montant de l’ensemble des primes versées.

Le nouveau dispositif MRC « indemnisera mieux les assurés », défend Groupama. Le seuil de perte, au-delà duquel l’agriculteur est indemnisé, devrait être porté à 20% et le taux de subvention des primes pourrait atteindre 70 %. « Mais ces taux politiquement acquis doivent être confirmés », précise Pascal Viné.

Le marché de la MRC sera ouvert à toutes les compagnies d’assurance. Aussi, les agriculteurs se verront proposer une multitude de contrats sans pour autant être obligés d’en souscrire un.

« Les montants des primes des nouveaux contrats d’assurance MRC seront calculés au plus juste », affirme François Schmitt, président délégué de Groupama. Mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’ils baissent car les évènements climatiques à couvrir sont de plus en plus intenses. Toutefois, « le montant à l’hectare d’une prime MRC n’excèdera pas celui d’un traitement sur une », souligne encore François Schmitt.

Photo: Champ de céréale touché par une sécheresse (@Toxyle)

 

Coréassurance 

Les compagnies d’assurance qui se lancent dans la MRC devront adhérer à un pool de coréassurance. Cette mutualisation est un point clé pour garantir la pérennité du nouveau dispositif MRC. En mettant en commun l’ensemble de données techniques, les assureurs maitriseront mieux la nature des risques à couvrir et leurs coûts.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • Home_ma_s

    Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

    La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une productio...

  • 300

    Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

    Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur qu...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • 1Commentaire
  • #1

    Si les nappes phréatiques n'existaient pas, nous aurions des réserves d'eau de surface équivalent à nos besoins (potable, agricole industrie et nucléaire) , donc le meilleur moyen de préserver les nappes c'est d'exploiter en priorité les eaux de surfaces au lieu de les évacuer en mer ! L'eau est un bien commun qui commence par la pluie et si on prend en compte les publications de l'INRAE (sur la nouvelle représentation du cycle de l'eau), c'est l'agriculture qui fait la pluie et le beau temps ... C'est avec des champs verts l'été qu'on fait pleuvoir et avec des champs secs qu'on sauve les vacances des bobos parisiens ... Écoutez bien le début de cette vidéo de Jadot qui a parfaitement raison : "quand les écologistes arrivent la pluie s'en va ..." https://www.youtube.com/watch?v=tpyOVSSOIo4&t=534s

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit