Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4911 MembresCréer un compte

La petite altise

Home_big_champ_de_colza

Tout comme la grosse altise, la petite altise est un ravageur qui s’attaque principalement au colza mais également à d’autres crucifères comme le chou. Plusieurs espèces de coléoptères peuvent être regroupées dans ce terme de petite altise, avec toutefois un acteur principal le phyllotreta nemorum. Cet insecte sauteur de couleur bleu foncé mesure jusqu’à trois millimètres de long à taille adulte et sa larve atteint 5 à 6 millimètres.

Cycles du développement de la petite altise

L’insecte adulte sort de la retraite où il a passé l’hiver à partir des premiers jours du mois de mai. Leur premier objectif est de se nourrir pour prendre des forces puis de très rapidement effectuer leur ponte, généralement sur le sol à proximité des collets. Mais selon les espèces de petite altise, les œufs peuvent aussi être fixés sur la face intérieure des feuilles de végétaux grâce à un mucus produits par l’insecte.

Les larves vont entrer en nymphose puis se métamorphoser en insectes adultes au milieu de l’été. Ces derniers vont rester actifs jusqu’en novembre où ils vont alors chercher un abri pour passer l’hiver.

Les types de cultures touchées

La petite altise prolifère sur les cultures de colza mais également sur les crucifères (ou désormais brassicaceae) cultivés comme le chou, le chou-fleur, chou-rave, brocoli… ou sur les crucifères sauvages.

Les dégâts causés par la petite altise

C’est d’abord en bordure de parcelle que débutent les ravages de la petite altise, qui resserre petit à petit son étreinte vers le cœur du champ. Les adultes, sauteurs, sont assez voraces et mordent les cultures naissantes, croquant abondement tigelles et cotylédons, ce qui peut détruite le plant dès ses premiers jours. Les attaques donnent un aspect poinçonné aux feuilles touchées.

Ce coléoptère est également capable de pénétrer dans le sol pour se nourrir directement des semis.

Contrairement à la grosse altise, cette fois, ce sont les coléoptères adultes qui sont plus néfastes que leurs larves, même si ces dernières sont également friandes des feuilles des plantes qu’elles ont colonisées.

Quand intervenir ?

Avant de se lancer dans un traitement, il est important de procéder à l’observation des parcelles.

Certains préconisent la surveillance du stade de 6 feuilles jusqu’au développement de la tige.

Il peut être judicieux d’utiliser le protocole de l’entonnoir de Berlèse pour prélever des larves et ainsi identifier leur impact futur sur la récolte.

Il est nécessaire d’intervenir à partir du moment où chaque plant ou plante sera colonisé par quelques larves ou si plus de 50 % des pieds sont porteurs.

Quelles solutions agricoles pour lutter contre ce ravageur ?

D’un point de vue agronomique, il est important de désherber la proximité des parcelles de culture et d’éliminer les résidus de récolte. Les végétaux sauvages présents y sont un refuge pour la petite altise.

L’arrosage est aussi un moyen d’endiguer la prolifération : l’eau perturbe le cycle de développement favorise l’apparition de parasites qui se nourrissent alors des coléoptères. Des insectes auxiliaires comme la coccinelle sont aussi de très bons alliés pour l’élimination de la petite altise.

Sur petites cultures, l’utilisation d’un filet de protection est aussi envisageable.

D’un point de vue phytosanitaire, comme pour la grosse altise, l’utilisation d’insecticides à base de deltaméthrine est possible (pyréthrinoïde de synthèse). Mais ces produits ne doivent être appliqués qu’en traitement de complément.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_img119

    Déterminer sa date de récolte optimale

    La période de récolte de l’herbe est un compromis à trouver entre qualité du fourrage, quantité, conditions météorologi...

  • Home_img110

    Rénover sa prairie

    Une prairie qui n’assure plus correctement les fonctions attendues notamment en termes de qualité et de quantité de production mérite parfois d&rsq...

  • Home_img95

    Réussir l’implantation de ses prairies

    Le démarrage des prairies est une étape clé qui va déterminer une grande partie du potentiel de production et donc la rentabilité pour les ...

  • Home_img52

    La force des systèmes fourragers est dans leur diversité

    Les cultures fourragères sont diverses pour répondre aux besoins des éleveurs, de leur organisation, mais aussi des animaux à nourrir. Cette ...

  • Home_img46

    Une exploitation de l’herbe de plus en plus technique

    Bien loin d’une image désuète, les prairies sont des cultures porteuses d’avenir, dont la valorisation est de plus en plus pointue. © ...

  • Home_img31

    Des prairies aux multiples intérêts

    Les prairies sont l’une des clés dont disposent les filières d’élevage pour relever les défis de demain : adaptation au réchauf...

  • Home_derive

    Une solution face à la dérive

    La combinaison d’un adjuvant et d’une buse antidérive est une solution gagnante pour éliminer la quasi-totalité de la dérive, pr&eacut...

  • Home_eta-mag_22-1

    Herbicides de sortie d'hiver : gagner des points avec les adjuvants

    L’utilisation d’adjuvants pour les traitements de rattrapage en sortie d’hiver permet d’accroître l’efficacité des produits et de m...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit