Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

La filière bioéthanol en phase de croissance

Home_big_betterave

La filière bioéthanol s’est engagée dans un cycle de développement vertueux. Le E85 représente 3 % du marché de l’essence. L’objectif d’incorporation de biocarburants dans l’essence passera de 7,9 % en 2019 à 8,2 % en 2020. Un sixième des stations-service est équipé d’une pompe E85 et 13 modèles de boitiers homologués pour convertir les moteurs-essence au E85 sont en vente.

La consommation de E85 (essence composée à 85 % d’éthanol) a progressé de 85 % l’an passé. Elle représente désormais 3 % des parts de marché de l’essence en France.

Notre pays a les moyens d’augmenter la production de bioéthanol. Aujourd’hui plus de 50 000 agriculteurs sont engagés dans la filière en livrant une partie de leurs betteraves et de leurs céréales à la transformation, selon la Collective du bioéthanol (deux entités regroupées : l'association interprofessionnelle de la betterave et du sucre et le syndicat national des producteurs d’alcool agricole). Ils mobilisent l’équivalent de 0,6 % de la SAU (soit 180 000 hectares). Dans le secteur de la transformation, les 16 sites industriels génèrent directement ou indirectement 9 000 emplois.

Pour les céréaliers et les planteurs de betteraves, la production de bioéthanol est une opportunité pour valoriser leurs productions. La tonne de betteraves sucrières est plombée par les contrats à prix fixe.

7 000 hectares en plus pour le marché français

Cette année, la Collective du bioéthanol ambitionne une croissance de la consommation de E85 de 50 % et d'une part de marché de E10-SP98 de 50 %.

1,3 million d’hectolitres de bioéthanol en plus serait alors consommé aux dépens du marché de l’export, précise la Collective du bioéthanol. Pour le produire, il aura mobilisé 7 000 hectares de terres cultivées à part égales en céréales et en betteraves sucrières.

En France, la filière bioéthanol est promise à un bel avenir car les produits agricoles transformés (céréales, maïs, betteraves) ne résultent pas de la culture de terres présentant un important stock de carbone comme c’est la filière huile de palme dont l’essor est réalisé aux dépens des forêts et des terres humides, rapporte la Commission européenne dans un Règlement délégué publié l’an passé.

A 0,69 €/l en moyenne en 2019, l’E85 (essence composée à 85 % d’éthanol) est devenu un produit d’appel. Les stations-service, et surtout la grande distribution, ont compris l’intérêt de commercialiser l’E85 puisque ce carburant permet aux automobilistes de réaliser 600 € par an en roulant 13 000 kilomètres par an.

Résultat, on dénombrait 1 740 stations-service équipées en 2019 d’une pompe d’E85, soit 684 de plus en un an. A la fin de l’année, on  en comptera plus de 2 000.

Pour passer au E85 l’an dernier, les automobilistes ont aussi pu compter sur treize modèles de boitiers homologués proposés par les réseaux d’entretien de voitures et sur une fiscalité avantageuse (80 % de la TVA récupérable sur les véhicules de société, subvention dans trois régions pour installer des boitiers pour les particuliers).

Le constructeur Ford ne sera plus bientôt le seul à proposer des véhicules (des Kuga) qui roulent au E85. Ses concurrents doivent aussi proposer d’autres modèles.

Aujourd’hui, le SP95-E10 (10 % d’éthanol) reste le principal moteur de croissance de la production de bioéthanol. Il représente dorénavant 49,7 % de la consommation totale d’essence alors que de moins en moins de SP95 et de SP98 sont vendus. L’an prochain, la part de marché du SP95-E10 dépassera allègrement le seuil de 50 %.

En fait le marché de l’automobile s’est mis au diapason. Seules 36 % des véhicules neufs immatriculés roulent au diésel.

Un élan porté par une réglementation favorable

Depuis quelques mois, la filière bioéthanol est aussi portée par une actualité européenne et française qui favorise l’essor de la production des biocarburants, se réjouit la Collective du bioéthanol.

Certes, l’architecture règlementaire sur laquelle repose la production de bioéthanol est complexe mais elle est au final très favorable. Au niveau national, la loi de finances pour 2020 accroît l’objectif d’incorporation de biocarburants dans l’essence de 7,9 % en 2019 à 8,2 % en 2020 puis 8,6 € en 2021 tout en prenant en compte spécifiquement l’éthanol issu de résidus sucriers et amidonniers pour une part respective de 0,2 %, de 0,4 % et de 0,6 %.

Par ailleurs, la production de bioéthanol est un des piliers sur lesquels repose le pacte vert (green deal) présenté le 11 décembre 2019 par la nouvelle Commission européenne ,avec comme objectif la réduction de 50 % des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Dans les transports, ce green deal vise même une réduction de 90 % des gaz à effet de serre.

Pour sa part, la filière du bioéthanol demande la révision de la directive Red II pour augmenter l’objectif d’énergies renouvelables dans les transports en 2030 actuellement de 14 % et pour relever le plafond fixé à 7 % pour les bio carburants issus de matières premières agricoles.

La Collective du bioéthanol souhaite aussi que le règlement relatif aux émissions de CO2 des véhicules neufs soit revu pour intégrer, dans le bilan carbone, l’ensemble de la fabrication. Sont en l’occurrence visés, les véhicules électriques, dont la production est fortement émettrice de gaz à effet de serre.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 4
  • 3
  • 5
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_rebecca_vaissermann_salle_de_traite

    "Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

    Une pièce de théâtre devenue un ouvrage dépeint avec réalisme l'engrenage qui conduit un éleveur laitier jusqu'au suicide. Ce...

  • Home_ruches_abeilles_fleurs

    Le miel, fer de lance de la reconquête de l'opinion publique des céréaliers

    Comment peut-on mieux démontrer que les pratiques agricoles sont, en France, parmi les plus contrôlées au monde qu'en élevant des abeilles au b...

  • Home_l__levage_en_vrai_pr_sentation

    "L'élevage en vrai", ou comment connaître le quotidien d'un élevage allaitant

    Pierre Olivier est éleveur bovin et ovin dans l'Allier. Passionné, il partage la vie qu'il mène avec ses charolaises sur une chaine Youtube, &quo...

  • Home_cultivonsnoustv_edouard_bergeon

    CultivonsNous.tv, le Netflix de l'agriculture et de l'alimentation

    Edouard Bergeon, le réalisateur du film de cinéma Au Nom de la terre qui a fait deux millions d'entrées l'automne dernier, lance CultivonsNous.tv...

  • Home_commerce_mondial_agroalimentaire

    En 2019, la France a réalisé un quart de l'excédent commercial de l'Union européenne

    Les vingt-huit pays de l’Union européenne ont exporté 151 milliards d’euros de produits agricoles et agroalimentaires l’an passé, soit ...

  • Home_msa_coronavirus

    Coronavirus, les conseils de la MSA

    La MSA publie une série de fiches de consignes sanitaires pour les entreprises et leurs salariés. Neuf d’entre elles portent sur les consignes spéc...

  • Home_produits_locaux_bzh

    Produits-locaux.bzh, la plateforme de produits locaux de la région Bretagne

    Comme d’autres régions de France en cette trouble période de pandémie de Covid-19, la région Bretagne vient de monter une plateforme d&rsquo...

  • Home_post_brexit

    Au Royaume-Uni, la fin des paiements directs est programmée

    La future politique agricole britannique de l'après-Brexit sera "très verte". Les paiements directs disparaîtront après une pé...

  • 1Commentaire
  • #1

    la filière éthanol pose un problème de cohérence globale : il faut plus d'un litre de fuel pour faire un litre d'éthanol ... Si on prend en compte la consommation d'énergie pour fabriquer un litre d'éthanol (tracteur dans les champs + fabrication de l'éthanol) il faut dépenser plus d'énergie que ce que contient le litre d'éthanol ... donc le bilan est négatif ! la filière énergie agricole la plus "cohérente" c'est la méthanisation.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit