Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4587 MembresCréer un compte

La ferme des 1000 vaches vue de l'intérieur

Home_big_ferme_1000_vaches_michel_welter

Etienne Fourmont (AgriYoutuBeurre sur YouTube), éleveur laitier sarthois, a rendu visite à son homologue de la célèbre ferme des 1000 vaches dans la Somme, pour découvrir son fonctionnement vu de l'intérieur.

En savoir plus : https://www.youtube.com/channel/UCcmBUG56igRMAK1mVPbOuaw (la chaine YouTube de Etienne Agri YoutuBeurre) ; @agrikol (son compte Twitter) ; https://www.facebook.com/Etienne-Agri-110544400382301 (sa page Facebook).

Les vidéos du même auteur sur WikiAgri : https://wikiagri.fr/tags/agriyoutubeurre

Réagissez à l'article en un clic

  • 3
  • 3
  • 27
  • 1
  • 4
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : AgriVideoClub
Thumb_logo_wikiagri

Compte WikiAgri pour les mises en ligne des vidéos traitant de l'agriculture.

  • Vous aimerez également
  • Home_conseils_agronomiques_bl__orge_colza

    Conseils agronomiques sur l'orge, le blé et le colza

    Dans le centre de la France, la coopérative Bonneval Beauce et Perche analyse les conditions de cette année 2020 de pousse des principales cultures cér&e...

  • Home_engrais_c_r_ales_elisa_agripassion

    Engrais sur céréales dans la Haute-Vienne

    Elisa, de la chaine Youtube AgriPassion, montre le deuxième apport d'engrais sur céréales dans sa ferme familiale de Haute-Vienne. En savoir...

  • Home__pandage_calcium

    Du calcium dans le champ pour sauver la culture de blé

    Alex, agriculteur dans la Vienne, a une parcelle semée en blé beaucoup trop acide, avec un gros risque de voir la culture disparaitre ou manquer à tout l...

  • Home_strip-till_travail_du_sol_loiret

    Je teste le strip-till pour préparer mes sols avant les semis de maïs et de tournesol

    Gilles VK, agriculteur dans le Loiret, teste le strip-till de sa Cuma pour travailler ses sols avant les prochains semis de tournesol et de maïs. En savoir plus...

  • Home_oeufs_confinement

    Production d'oeufs et solidarité locale du fait du confinement

    Lucie, avicultrice en Vendée, explique comment elle adapte sa production d'oeufs aux besoins locaux accrus du fait du confinement dû au coronavirus. ...

  • Home_passage_charrue_vignes_champagne

    Passage de la charrue dans les vignes de champagne

    David Faivre, des champagnes Robert Faivre, montre et explique son premier passage de charrue de l'année pour désherber ses vignes de champagne... ...

  • Home_impacts_coronavirus_agriculture

    Les impacts du coronavirus sur l'agriculture française

    Filière par filière, l'analyse d'un expert, Jean-Marie Lett, directeur métier conseil chez CDER (entreprise de conseil de gestion, comptabilit&ea...

  • Home_d_sherbage_vigne_intercep

    Désherbage mécanique de la vigne bio avec l'intercep

    Benjamin, de la chaine Vitibio, parle du désherbage de ses vignes en bio. Ce désherbage est mécanique, à l'aide de l'intercep. En...

  • 1Commentaire
  • #1

    QUEL AVENIR POUR LES FERMES MILLE VACHES?

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) , le Fonds mondial de recherche contre le cancer et nombre d’autres organisations de santé et scientifiques ont en effet pointé du doigt notre niveau actuel de consommation de viande, lequel augmenterait le risque de diabète , de maladie cardiaque et de cancer. L’Association européenne de santé publique (EUPHA), qui chapeaute les associations et instituts de santé publique de l’UE, a par ailleurs appelé à « augmenter la part des aliments végétaux dans nos assiettes et à réduire la consommation de produits d’origine animale afin de protéger notre santé » . En janvier 2019, un rapport publié dans The Lancet concluait qu’un régime alimentaire bon pour la santé et la planète passe par un « changement significatif de notre mode d’alimentation et notamment par la réduction de plus de 50 % de la consommation mondiale d’aliments mauvais pour la santé tels que la viande rouge, et par une augmentation de plus de 100 % de la part des produits sains tels que les noix, les fruits, les légumes et les légumes secs » TOUTEFOIS, CE SONT LES POLITIQUES AGRICOLES MISES EN PLACE PAR L’UE ELLE MÊME QUI ENTRETIENNENT CE SYSTÈME ALIMENTAIRE FONDÉ SUR LA VIANDE ET LES PRODUITS LAITIERS, ALORS QU’IL EST DÉCRIÉ PAR LES SCIENTIFIQUES ET SES PROPRES AUTORITÉS DE SANTÉ PUBLIQUE. Les trois quarts ou presque des terres agricoles européennes sont destinées à nourrir les animaux plutôt que les humains , et environ un cinquième du budget annuel total de l’UE – soit entre 28,5 et 32,6 milliards d’euros – est versé aux élevages de bétail ou aux exploitations produisant des aliments pour les animaux . La surconsommation de viande et de produits laitiers contribue par ailleurs à la crise climatique actuelle. Le secteur de l’élevage est une cause importante de la déforestation , et il représente environ 60 % des émissions directes de gaz à effet de serre liées à l’agriculture. Ces chiffres sont des raisons supplémentaires qui poussent diverses autorités à promouvoir un changement de nos comportements alimentaires en faveur d’un régime essentiellement végétal. Le rapport L’avenir de l’environnement mondial du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) publié en mars 2019 est la dernière étude en date à démontrer qu’une baisse de la consommation mondiale de viande réduirait significativement l’empreinte écologique de l’occupation des sols découlant de la production alimentaire, et ainsi son impact environnemental et climatique. SANS SURPRISE, LES IMPORTATIONS DE SOJA SONT LA PREMIÈRE CAUSE DE DÉFORESTATION IMPORTÉE DANS L’UNION EUROPÉENNE. UNE ANALYSE MENÉE PAR L’UE ELLE-MÊME A AINSI CONCLU QUE 47 % DE LA DÉFORESTATION IMPUTABLE À SES IMPORTATIONS EST LE SEUL FAIT DU SOJA . La solution ne réside pas pour autant dans la relocalisation de la production de soja sur le territoire européen. Et pour cause : près de 70 % des terres agricoles européennes (terres arables et prairies, soit environ 1,2 million de km2), sont déjà utilisées pour nourrir le bétail . Il faudrait mobiliser 110 000 km2 supplémentaires (une superficie équivalente à l’Autriche et à la Belgique réunies) pour cultiver la même quantité de soja que celle importée dans l’UE à l’heure actuelle . En d’autres termes, pour que l’UE puisse devenir autosuffisante en soja et autres cultures protéagineuses destinées à l’alimentation animale, au niveau actuel de la production de viande et de produits laitiers (sans compter la croissance annoncée dans les secteurs laitier, porcin et avicole), il faudrait convertir près de 30 % de l’ensemble – déjà restreint – des terres arables européennes utilisées à d’autres fins que pour la production animale . Un tel choix non seulement entretiendrait les effets de la surconsommation de viande et de produits laitiers sur le climat et la santé, mais pousserait également la production d’aliments destinés à la consommation humaine en dehors des frontières de l’UE, remplaçant ainsi potentiellement un facteur de déforestation par un autre. Si l’UE entend atteindre les objectifs de l’Accord de Paris et faire face aux dangers auxquels notre santé et la biodiversité sont de plus en plus exposées. L’UE DOIT AU CONTRAIRE CONSIDÉRABLEMENT RÉDUIRE SA PRODUCTION ET SA CONSOMMATION DE PRODUITS D’ORIGINE ANIMALE D’ICI À 2050 . Ce changement devra être incité par des mesures politiques, et notamment par une réforme en profondeur de la Politique agricole commune (PAC) afin que les subventions soient versées au secteur de l’alimentation végétale et de l’élevage écologique plutôt qu’aux fermes-usines type mille vaches…

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit