Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4140 MembresCréer un compte

Greenpeace en mode hors-piste

Découvrez agri-meteo
Home_big_carte_fermes_usines_greenpeace

Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde agricole et bien au-delà car certains reprochent à l’ONG d’employer des méthodes de délation publique digne du régime de Vichy. Tout part du fait que, pour illustrer son propos et appuyer sa démonstration sur le phénomène de concentration de l’élevage dans des "fermes-usines", Greenpeace a décidé de rendre publics le nom et la localisation précise des élevages. Cette technique qui consiste à jeter une lumière crue sur un problème ou un enjeu est bien connue des activistes et des ONG. Elle porte le nom de blame and shame.

Pour faire connaitre sa cause et sensibiliser l’opinion publique, l’ONG blâme publiquement les personnes qu’elles jugent responsables d’une situation donnée en espérant que ce blâme, une fois rendu public, permettra de faire changer les pratiques. Cette technique de sensibilisation a par le passé permis de mettre en avant de vraies causes et d’alerter les opinions publiques des pays occidentaux sur des situations inacceptables sur le plan des droits humains et environnementaux. Greenpeace reproduit aujourd’hui cette technique bien rôdée auprès des firmes multinationales sur les éleveurs français. Cette méthode est discutable, sur le fond et sur la forme.

Sur la forme, il y a une différence fondamentale entre s’attaquer à une firme multinationale qui dispose de ressources parfois équivalentes à celle d’un Etat et de s’attaquer à un éleveur basé à Saint-Paulien (Haute-Loire). La multinationale dispose de cabinet d’avocats, d’experts en techniques de communication qui vont lui permettre de faire entendre sa voix et de se défendre. La multinationale a également la possibilité d’infléchir ses pratiques, de rembourser les dégâts causés et d’engager sur le long terme des démarches de progrès. Démarches dont elle reportera le coût sur ses clients ou actionnaires. Tout ce que ne peut pas faire l’éleveur de Saint-Paulien dont les équilibres financiers sont sans commune mesure par rapport à une grande entreprise. A travers sa cartographie publique des "fermes-usines", Greenpeace sort l’artillerie lourde face à des cibles en carton-pâte qui, pour certaines d’elles, se demandent chaque jour si elles vont passer le mois.

Sur le fond, la stigmatisation publique des éleveurs orchestrée par Greenpeace ne fait qu’ajouter de la tension dans les relations entretenues entre une partie de la société française et ses agriculteurs. Cette cartographie ne permet pas de nourrir un débat de fond sur les pratiques agricoles dont notre société a besoin pour assurer sa souveraineté alimentaire dans le respect des normes environnementales. Elle conduit à bâtir des murs entre les agriculteurs et la société au moment précis où nous avons besoin de construire des ponts pour relever collectivement les défis du développement durable. L’importance de cet enjeu nous invite à suggérer à Greenpeace de changer de techniques de sensibilisation et de cibles pour faire avancer, dans la sérénité et le respect des uns et des autres, les questions essentielles liées à l’agriculture et l’alimentation.

Bertrand Valiorgue
Professeur de stratégie et gouvernance des entreprises
Université Clermont Auvergne


En savoir plus : https://www.greenpeace.fr/espace-presse/fermes-usines-menace-lelevage-francais (lien vers le communiqué de Greenpeace qui renvoie vers la carte des "fermes-usines".
 

Notre illustration ci-dessous est une copie d'écran de la page internet de Greenpeace recensant, selon l'ONG, les "fermes-usines" en France.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 3
  • 6
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Valiorgue Bertrand
Thumb_bertrand_valiorgue

Professeur de stratégie et gouvernance des entreprises - Université Clermont Auvergne

Découvrez agri-meteo
  • Vous aimerez également
  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • Home_cerises_drosophile_suzukii

    Le temps des cerises, en France, c'était avant...

    Jérôme Mazely, arboriculteur des Bouches-du-Rhône (entre autres producteur de cerises) avait été l'auteur d'une tribune prémon...

  • Home_michel_dantin_pac_2020

    Une ambition politique et commune pour l'agriculture européenne

    Tribune de Michel Dantin     La sécurité alimentaire constitue depuis cinquante-cinq ans le cœur de la souveraineté europ&eac...

  • Home_earl_payssas_-_maurin_olivier_tribune_wikiagri

    Nicolas Hulot, vous ne serez pas le ministre qui aura la peau des bergers !

    A l’issue de 30 jours de dialogue avec les acteurs des filières d’élevage ovin, bovin, et équin ainsi qu’avec les associations de d&eac...

  • 2Commentaire
  • #1

    Il y a longtemps que Greenpeace n'est plus crédible. D'ou vient le financement énorme dont dispose cette "ONG" . Tout est fait pour détruir et non pour accompagner dans une nouvelle voie . Honte et critique sur ce rassemblement de destructeurs

  • #2

    Après les incendies de fermes en Alsace, dont une deux fois, un tel procédé est susceptible d'être considéré par certains comme un appel au crime, à la guerre civile. Que mangerons les français quand il n'y aura plus d'agriculteurs en France? Il n'y a pas de production destinée à l'alimentation humaine plus controlée qu'en France, tant en bio qu' en traditionnel.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro