Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4228 MembresCréer un compte

Fusariose, comment la repérer et la combattre ?

Home_big_bl__dur

Pour les céréales à paille comme le blé ou le maïs, les fusarioses sont des maladies fongiques rédhibitoires, que ce soit pour la quantité du grain cultivé ou la qualité du produit fini. Leur développement peut s’éradiquer à la base, à condition de bien l’anticiper

Qu’est-ce que la fusariose ?

La fusariose nait du développement en masse de champignons décomposeurs du genre fusarium. Des spores très fortement présentes dans les sols, notamment dans les résidus de récolte.

Les céréales font parties des nombreuses victimes des différentes fusarioses, ces maladies cryptogamiques dont certaines développent des agents pathogènes qui peuvent persister jusque dans les farines. Ces mycotoxines ne doivent pas dépasser un stade établi par la réglementation alimentaire, au péril de devenir dangereux pour l’homme lorsqu’il mange son pain !

La fusariose prolifère généralement par la base de la tige de la céréale, avant de s’étendre jusqu’à l’épi. Ces maladies peuvent entraîner des pertes de 5 à 10 quintaux par hectare, notamment dans le cas de la culture du maïs.

Quels sont les symptômes de la fusariose ?

Selon les fusarioses (dont les fusarium graminearum et fusarium culmorum), les symptômes ne sont pas tout à fait identiques mais entraînent généralement ces stigmates, proches de la nécrose :

  • Pour les blés, un noircissement de la base la tige, le brunissement de la glume ou de l’épillet et le blanchissement de l’épi,
  • Pour le maïs, une fragilisation des tiges (« tiges creuses »), un assèchement des feuilles et un changement de leurs couleurs, du vert au rosé.

Les couleurs inhérentes à l’infection peuvent changer, du marron à l’orangé, en passant par l’argenté : pour connaître l’origine exacte de la fusariose contaminante d’une parcelle, il peut être judicieux de faire appel à des examens microbiologiques complets.

Dans certains cas extrêmes, la Fusariose peut entraîner le flétrissement ou le pourrissement des tiges.

Quels sont les facteurs favorables au développement de la fusariose ?

Ces maladies fongiques se délectent des milieux humides qui favorisent leur développement, d’autant plus en cas de pluies régulières au moment de la floraison des céréales. La combinaison pluie + températures élevées est un engrais pour les fusarioses.

Si le sol de la plantation comporte des nombreux résidus de précédentes cultures, le risque de contamination est là aussi décuplé : les spores s’y trouvent en abondance. 

Enfin, troisième facteur pouvant impliquer une prolifération de la fusariose ou « maladie du blé » : le choix de la variété à planter. Certaines sont bien plus sensibles que d’autres.

Période de présence de la fusariose

Pour le blé comme pour le maïs, c’est au moment de la floraison qu’apparaitra la fusariose si elle n’a pas été anticipée. Une période légèrement décalée dans le temps suivant que le champ soit cultivé dans le Sud-Ouest ou dans le Nord Est.

Contrairement à certaines maladies fongiques, l’apparition de la fusariose est mauvais signe : il n’existe pas de traitement curatif purifiant totalement les plants infectés.

Les solutions pour soigner la fusariose ?

Rotation de la culture de la parcelle, travail et qualité du sol, variétés plantées : ces trois facteurs agronomiques sont primordiaux. Il est très important d’éliminer les résidus de culture par broyage ou enfouissement.

La densité des semis (trop serré, ils sont privés de lumière et favorisent l’humidité) est également à modérer. Le respect de ces critères permettra d’anticiper et d’annihiler quasiment tous les risques d’infection à la fusariose. 

D’un point de vue phytosanitaire, des fongicides sont utilisables en complément des solutions agronomiques, avec une utilisation au moment de la floraison et/ou après de fortes pluies.

Il existe plusieurs gammes, plus ou moins efficaces selon les champignons fusarium à combattre. D’où l’importance d’une analyse microbiologique anticipée. Parce qu’une fois les symptômes présents, il est trop tard. Les plants ne pourront être guéris. 

Méthode d’observation de la fusariose

Rien de mieux que l’œil humain : l’observation de la fusariose se fait in situ, au milieu du champ, au milieu des grains et principalement lors des phases épiaisons/floraisons.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_charrue

    Comment bien choisir une charrue ?

    Equipement agricole destiné dans sa mission principale à labourer les champs pour en retourner la terre et l’aérer, la charrue et ses déclin...

  • Home_c_r_ales

    Les graminées annuelles

    Les graminées (du latin poaceae) sont une grande famille de plantes monocotylédones, regroupant environ 12000 espèces, notamment les céréa...

  • Home_champ_agricole

    Les graminées vivaces

    Les graminées (en latin, poaceae) regroupent une grande famille de plantes monocotylédones, réparties en environ 12000 espèces, notamment les c&e...

  • Home_v_ronique_des_champs

    La véronique des champs

    Il existe trois variétés principales de véroniques, très proches mais présentant quelques différences physiologiques et de d&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro